Gantry 5

 

Malgré les pressions subies lors des votes dans les régions, notamment sur les cadres, plus de 95 % des cheminots sur 60 % de votants ont confirmé leur non à la réforme du gouvernement et ont ainsi conforté la grève en cours. Ce résultat doit être entendu; Le gouvernement doit revoir sa copie malgré les votes de classe de l'assemblée nationale et du sénat pour toujours plus de profits pour les grands groupes capitalistes.
Gouvernement et patronat s'accordent pour livrer le bien public aux intérêts du capital et à abaisser les conditions sociales des salariés.

Non à la venue du criminel de guerre Netanyahou en France!

Soutien aux marches du retour et à la résistance palestinienne
Non à la venue du criminel de guerre Netanyahou en France!
Annulation de la saison France Israël!

*où est annoncée l'inauguration de la saison croisée France-Israël en présence du Président Macron Et de Netanyahou.

Ce mercredi 30 mai, le gouvernement présente au conseil des ministres la mise en place d’un nouveau plan de casse des acquis sociaux. Ce plan consiste à faire des « économies sur les dépenses publiques ». Les collectivités territoriales, le fonctionnement de l’État et la Sécurité Sociale sont au premier plan des «économies » visées.
«Les aides sociales atteignent 1250 milliards» se plaint Darmanin, répétant le discours entendu sans cesse de la part des gouvernements précédents. « La France vit au-dessus de ses moyens », « les caisses sont vides », « la dépense publique plombe la compétitivité » etc.

Grève des cheminots - journée nationale de grèves et manifestations de la fonction publique le 22 mai, le mouvement de contestation des étudiants qui se poursuit, lutte des magistrats qui dénoncent les conditions difficiles pour rendre la justice, grève à Air France
Les luttes, grèves, débrayages s’organisent partout dans les entreprises, pour les salaires, sur les conditions de travail, contre les suppressions d’emplois.
La fédération santé et action sociale CGT a organisé du 3 avril au 3 mai des mobilisations sur la situation à l’hôpital. Les luttes sont nombreuses dans les hôpitaux: grève du personnel du centre hospitalier de St Etienne du Rouvray (Seine Maritime) contre la dégradation des conditions de travail – grève du personnel des urgences de Ste Mousse du Centre hospitalier de Toulon pour obtenir plus de moyens – grève au CHU d’Angers ( Maine et Loire) contre les suppressions de postes – grève à Wattrelos contre la fermeture des urgences – Au centre médical des Monts de Flandre ( Nord) après 10 jours d’action ils ont obtenu 212.000 euros d’aide ponctuelle pour les EPHAD – fin de conflit à l’Institut de lutte contre le cancer Gustave Roussy de Villejuif (94), les aides- soignantes et infirmières réclamaient une revalorisation de leurs salaires – inférieurs à ceux de l’Assistance Publique de Paris. Création de groupes de travail qui formaliseront les mesures à mettre en œuvre avant le 1er Juillet.
Action des postiers, contre les fermetures, pour l’emploi, les conditions de travail, en Gironde, à Paris, dans l’Oise, les Bouches du Rhône, le Lot et Garonne
Ils ont gagné:
Dans le Nord, à Trith, les travailleurs de Valdunes, après 5 jours de grève ont obtenu 30euros d’augmentation mensuelle et des primes exceptionnelles – chez SKF à Rouvignies après une semaine de débrayages quotidiens ils ont obtenu une augmentation générale de 50 euros.
Dans la Loire, les salariés de l’usine PRAXAIR surface texhnologique à St Etienne, ont obtenu après 3 semaines de grève: une augmentation de salaire de 55 euros – une prime d’assiduité de 45 euros - le maintien de l’emploi après la fusion avec Linde- le maintien des dispositions actuelles dans le cadre de la mise en place du CSE- le paiement des 3 1ers jours de grève
Dans le Lot et Garonne à la Poste de DAMAZAN, ils ont obtenu: 5CDI (en pérennisant les intérimaires actuels) la date de mise en place de la réorganisation du bureau de poste. Après 3 jours de grève chez LISI CREUSET à Marmande: 1,5% de revalorisation des salaires au lieu de 1,2 – augmentation de la prime d’ancienneté de 3,3% soit une augmentation de 0,75% de salaire – une prime d’intéressement de 200 à 300 euros
Dans la Vienne, les salariés de la société SRA Savac ( sous-traitant EDF à la centrale nucléaire de Clairvaux) après 3 jours de grève ont obtenu: revalorisation des indemnités de déplacement – de meilleurs conditions de l’utilisation des véhicules de service – de nouvelles primes en cas de décalages de congrès ou repos après de longs déplacements notamment.
A Paris, les salariés de la société sous-traitante STN GROUPe qui intervient au Park Hyatt Vendôme après un arrêt de travail ont obtenu: le respect des minimas conventionnels majorés de 2 euros au 1er mars – le respect des délais des réunions des CE et CSSCT, le respect des évolutions de carrières pour tout le personnel
Dans le Val de Marne, les salariés des EHPAD de Gentilly, l’Hay Les Roses et Cachan après 5 jours de grève ont obtenu le renforcement des effectifs, le paiement des jours de grève, la levée des sanctions, l’ouverture de négociations sur les conditions de travail
En Seine Maritime après une grève organisée par la CGT, qui a mobilisé plus de 70% du personnel, la direction a dû céder: 3% d’augmentation de la masse salariale, comprenant une augmentation générale – un budget additionnel pour la prise en compte des minimas conventionnés qui touche de nombreux salariés, pour les augmentations contractuelles – un abondement de 0,35% de la prime d’intéressement portant cette dernière à 1500 euros.
En Seine-Saint-Denis- les salariés de Vente Privée de Blanc-Mesnil – ainsi que ceux de Saint-Vulbas dans l’Ain et ceux de Mitry Mory en Seine et Marne, en grève depuis une semaine, ont obtenu: une prime annuelle de 900 euros au lieu de 200 actuels – 2% d’augmentation de salaire – le paiement des jours de grève.
Des luttes partout et dans de nombreux secteurs d’activité. Le 1er Mai, à l’appel de la seule CGT et malgré les obstacles des organisations syndicales réformistes, CFDT en tête, et les manœuvres diverses pour faire échouer les rassemblements, des dizaines de milliers de travailleurs ont porté dans 180 villes de France leur volonté d’unir leur force pour défendre ensemble leurs revendications. Ce succès commun de nombreuses professions doit se poursuivre et s’amplifier, s’ancrer dans les entreprises. Après les attaques tous azimuts contre les acquis sociaux, Macron et son équipe déclarent poursuivre les «réformes». La santé, les retraites, les salaires sont dans la ligne de mire, seules les luttes massives et déterminées peuvent stopper le pouvoir. Notre Parti soutien par sa présence et son action toutes les initiatives de lutte prévues, mais la situation sociale pose la question de la perspective politique. Notre Parti est prêt à en débattre avec toutes celles et ceux qui luttent, discutons-en.

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche