Gantry 5

 

France.
Luttes. Personnels de santé. Ils manifesteront le 14 novembre.
Ibis Batignolles. (hôtellerie, Paris). Le personnel de la société de nettoyage salarié d’une société sous-traitante est en grève depuis le 17 juillet. La fédération des hôtels de la CGT a appelé à une manifestation de soutien le 31 octobre.
Méridionale (transport maritime Marseille). Les marins (CGT et syndicat corse) bloquent un navire, face aux menaces de liquidation de la compagnie à la suite du refus des nationalistes corses de lui attribuer une partie de la délégation de service public.
SNCF. Les débrayages se poursuivent à l’atelier du Landy (région Nord). Une rencontre syndicats-direction sur les revendications des personnels des dépôts n’a rien donné
Grève des contrôleurs sur la région Est et suppression de trains. Ils refusent les nouveaux horaires que veut imposer la direction.
La Poste. Bastia Cap (Corse) En grève contre la suppression de 10 postes sur 40. La CGT proteste contre l’utilisation de jaunes pour la distribution du courrier.
Total. (Feysin, Rhône) La raffinerie est en grève depuis 20 jours. Devant le refus de la direction de négocier la sortie des camions de carburant, le site est bloqué avec un risque de pénurie à bref délai dans la distribution.
Casino. La CGT appelle l’ensemble des salariés du groupe à un débrayage le 25 novembre contre les suppressions d’emplois en cours.
Débrayage au magasin Casino de Fontaine-les Didon (Côte d’Or) contre l’allongement de la durée du travail le samedi.
Laboratoire d’analyses de proximité. Sont en grève contre la décision du gouvernement de leur imposer une économie de 170 millions sur leurs facturations. Une pétition de soutien est à la disposition des patients.
Soutertech. (métallurgie, Pont de Vaux, Isère et Oloron, Pyrénées Atlantique). Mise en liquidation judiciaire, sa production est relancée par les salariés et le syndicat CGT après accord avec Renault.
Syndicats. La CFTC vient de tenir son congrès et fêter son 100 eme anniversaire. Le nouveau président C. Chabanier déclare que les valeurs sociales chrétiennes sont une boussole pas une fin en soi. La boussole CFTC indique toujours le même cap de la collaboration de classe. C. Chabanier déclare que son syndicat continuera à privilégier la concertation à la confrontation.
L. Berger sur France-Inter confirme son refus de participer à l’action du 5 décembre sous le prétexte que la consultation n’est pas terminée.
Répression. A l’hôpital de Long-le Saunier (Jura) la direction expulse la CGT et FO des locaux qu’ils occupent, sous prétexte de réorganisation des locaux.
A Foix (Ariège). Sur décision de justice la municipalité a fait expulser l’UD CGT des locaux municipaux qu’elle occupait
Nouveau coup de rabot. Cette fois c’est la formation des chômeurs-pourtant présentée comme essentielle dans le retour à l’emploi- qui voit son budget diminué de120 millions en 2020. Cela dans le cadre d’une « économie » dans le budget du ministère du travail de 324 millions. Il reste encore beaucoup de coups de rabot à donner pour atteindre l’objectif.
De son côté le Comité olympique français -d’habitude très discret- proteste dans une tribune parue dans le journal du dimanche contre la diminution réelle du budget des sports. Son augmentation provient des sommes allouées pour la préparation de JO.
Peugeot. Pour réaliser sa fusion avec Chrysler-Fia, le groupe a vendu sa part de 46,3% dans sa filiale Faurecia soit 3 Mds qui serviront à verser un dividende supplémentaire aux actionnaires. Faurecia, équipementier de Peugeot se retrouve seul. « Les Echos » estime que Sorti du giron de PSA l’équipementier est plus vulnérable à un raid financier ou une OPA hostile. Pour mémoire Faurécia a fermé des dizaines d’usines en France et supprimé des milliers d’emplois.
D’autre part Peugeot annonce qu’il arrête de produire des DS en Chine ou seulement 5575 voitures ont été produites depuis le début de l’année. Le partenaire chinois de Peugeot, Chang’an, va continuer à produire des DS en sous-traitance. Un échec qui ne veut pas être reconnu par Peugeot.
La Poste. Poursuit sa « diversification ». Après avoir demandé aux facteurs de se livrer à diverses activités payantes qui n’ont rien à voir avec la distribution du courrier, elle vient d’en ajouter une autre : le conseil en économie d’énergie au travers de l’achat d’EDE pour une somme non précisée. Les facteurs seront chargés de la promotion d’EDE auprès des usagers.
Profit. La Société Générale annonce un résultat net au 3 eme trimestre de 854 millions (- 34,8% sur 2018) Résultat prévu avec la suppression d’activités bancaires et de 1600 emplois. Ce résultat n’a pas surpris en bourse ou l’action a pris 5%.
LVMH. Vient de passer les 200 Mds d’euros de capitalisation boursière (+ 50% depuis le début de l’année) Elle est la première du CAC 40. Son propriétaire B. Arnault, qui possède un groupe de presse (les Echos, le Parisien, radio Classique) voit sa fortune approcher les 100 Mds, la deuxième du monde derrière B. Gates.
Presse. « l’Echo du centre » journal communiste qui rayonnait sur cinq départements est paru pour la dernière fois le 6 novembre. 44 salariés se retrouvent sans emploi.
Monde.
Allemagne. Une grève des personnels de cabines de la compagnie aérienne Lufthansa les 30 et 31 octobre a entrainé l’annulation de 1900 vols. Cette grève fait suite au refus de la direction de négocier avec un syndicat dont elle conteste la représentativité.
Arabie saoudite. Annonce qu’elle va mettre en bourse entre 3,5 et 5% du capital de la société pétrolière Aramco. La compagnie garanti à ses futurs actionnaires 75 Mds de $ de dividendes par an.
USA. Google achète pour 2,1 Mds une société spécialisée dans l’électronique grand public.
Le fond Berkshire du milliardaire W. Buffett dispose d’une trésorerie de 128 Mds de $ au troisième trimestre contre 122 au deuxième, cela malgré le rachat d’actions pour 2,8 Mds cette année.
Chine. Les trois entreprises de téléphonie mobile lancent le réseau 5G, vingt fois plus rapide que l’ancienne 4G. Ils ont déjà 10 millions de clients en pré-abonnements et en espèrent 110 en 2020 pour un prix de l’abonnement entre 16 et 76 euros. Mieux que toute les mines d’or du monde.
France-Chine. Macron vient d’y séjourner trois jours, en cherchant à se présenter comme un représentant de l’Europe plus qu’en président de la France. Comme d’habitude le patronat était présent. Pour autant peu de contrats d’importance, dont certains comportent des transferts de technologie, ont été conclu et ne résorberont pas le déficit commercial entre la Chine et la France.
F. Godement de l’institut Montaigne dans un commentaire sur les résultats de cette visite en tire la conclusion : Pékin n’a pas fait beaucoup de concessions ce qui ramène à la réalité les déclarations ronflantes de Macron et des médias.
La Chine exporte pour 49,9 Mds d’euros vers la France. Parmi ces exportations 30% sont représentées par du matériel électronique, 20% pour l’habillement, 11% par du matériel électrique.
La France exporte pour 20,8 Mds dont 40% pour l’aéronautique, 17% pour des machines et de l’électronique,11% pour le luxe, agriculture 11%, le reste étant marginal. Le déséquilibre vient en premier de la désindustrialisation en France.
Italie. Une bombe sociale d’après les syndicats se prépare à l’aciérie d’Ilva de Tarente (sud de l’Italie). Reprise par Arcelor Mittal en 2018 sous certaines conditions, celui-ci annonce qu’il se désengage, ces conditions n’étant pas respectées. L’avenir industriel d’Ilva et de ses 10.700 salariés est en cause et les syndicats ont décidé la grève. A l’origine Ilva était une entreprise nationalisée installée dans la région des Pouilles pour y créer de l’emploi. La presse met en cause l’Etat qui n’a pas réalisé les investissements, en particulier écologiques, qui auraient permis la poursuite de l’activité comme entreprise nationale.

Imprimer cet article

France.
Luttes. SNCF (atelier de Chatillon, Hauts de Seine) La poursuite de la grève dans cet atelier d’entretien des rames TGV perturbe de plus en plus le trafic pour les régions ouest et sud- ouest. Débrayages au centre du Landis (région Nord) et à celui de Villeneuve St Georges (région Sud-est) le 30 octobre.
A quelques jours du 5 décembre le pouvoir poursuit ses manœuvres de division entre les salariés du public et du privé. Tout en clamant haut et fort qu’il n’aura aucune forme de faiblesse ou de complaisance, Macron tente de rassurer les personnels sur leurs régimes spéciaux pour les détourner de l’action. Dans cette tentative, une réunion direction syndicats concernant le régime des cheminots -réunion à laquelle le CGT a refusé de participer- a eu lieu le 30 octobre. Raison de plus pour faire du 5 décembre un grand moment de lutte.
Naval group (Ile Longue, Finistère) Poursuite de la grève après l’échec des négociations avec la direction qui refuse la satisfaction des revendications.
La Poste. (St Amand- Montrond, Cher) Après 50 jours de grève, les postiers obtiennent trois embauches de précaires en CDI. Quelle résistance de la direction pour un résultat modeste.
Institutions représentatives du personnel. (IRP). Les ordonnances Macron ont fixé au 31 décembre 2019 la fin des anciennes IRP (délégués du personnel, CHCT, CE) pour les remplacer au 1er janvier par une représentation unique : le Comité social et économique (CSE). Il revient au patron d’organiser les élections dans son entreprise.47% ne l’on pas fait à cette date. Ils ne sont pas pressés de voir devant eux les représentants des salariés. Devant le risque d’absence d’IRP, la CGT, FO, CFDT, CGC ont écrit à la ministre du travail pour demander le report de la date du 31 décembre. Celle-ci a répondu que rien ne presse pour l’instant. La CFDT s’est refusée d’être signataire sous le prétexte que le règlement de la question était plus favorable au niveau de l’entreprise.
Université. La nouvelle université Paris-Saclay va bénéficier d’un nouveau mode de recrutement : celui de la sélection à l’entrée de l’université pour un certain nombre d’enseignements. Elle accueillera dans son enceinte des entreprises privées avec qui elle travaillera, et a confié à un ancien patron le rôle d’accroitre ses ressources extérieures. Un nouveau pas dans la pénétration du capital dans l’université et la privatisation de l’enseignement supérieur.
Observatoire de la pauvreté. Cet organisme indépendant qui observait l’évolution de la pauvreté vient d’être supprimé par le pouvoir. Ce qui n’empêchera pas la pauvreté d’augmenter avec la politique menée. Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre.
Peugeot. Se désengage totalement de sa filiale Peugeot Motocycles en vendant les 49% du capital qu’il détenait à l’indien Mahindra pour un montant non communiqué.
Fusion Peugeot-Chrysler-Fiat. Article dans l’hebdo la semaine prochaine.
Droits voisins. Il s’agit de droits qui s’apparentent aux droits d’auteurs et qui sont versés par les moteurs de recherche aux journaux dont ils publient les articles. Une directive européenne, une loi française fait obligation à ces moteurs de rémunérer les textes qu’ils publient depuis la semaine dernière. Google a fait savoir qu’il se refuse de payer. Les journaux protestent et veulent se pouvoir en justice. Ce qui n’inquiète pas Google pas plus que le respect des lois qui mettent une petite partie de son profit en cause. Sur les trois derniers mois Google a réalisé 7 Mds de $ de profit.
Achat. Le français Banijay (propriété de S. Courbis, producteur de Koh-Lanta sur TF1, de l’émission controversée de Hanouna sur C8) achète pour 2 Mds d’euros Endemol et devient le premier producteur de séries et autres contenus TV.
EDF. Un rapport de J.M. Folz (ex PDG de Peugeot) sur la construction de l’EPR de Flamanville vient d’être remis au gouvernement. Le rapport sur ce nouveau réacteur nucléaire qui enchaine retard dans sa construction et dépassement du coût contient un certain nombre de réalités tel une estimation irréaliste de réalisation dû à la nouveauté du projet. Mais il ne fait qu’effleurer le fond du problème lorsqu’il parle de perte de compétences généralisées. La réalité est qu’il est impossible de mener à bien une réalisation nouvelle et de pointe sans un tissus industriel fort pour le réaliser. Deux EPR ont été construit par les Chinois sur le modèle de Flamanville sans grands problèmes de délais et de coût et qui sont en service en sont la démonstration. Au coté d’erreurs somme toute mineures c’est avant tout la désindustrialisation de la France qui est en cause. Ce rapport doit servir au gouvernement à se forger une opinion sur l’avenir de la filière nucléaire. Les retards et surcoûts risquent de se renouveler si la situation de l’industrie continue à se dégrader comme c’est le cas à l’heure actuelle. A moins que ce soit une première étape pour liquider le nucléaire.
Hausses au 1er novembre. Des tarifs du gaz augmentés de 3%, du paquet de cigarettes de 0,50 euro, du carnet de tickets de la RATP de 2 euros. La Hausse de l’allocation adulte handicapé augments de 40 euros et est portée à 900 euros pour une personne seule. Comme elle est soumise à un plafond de ressources tous les handicapés ne la toucheront pas. Pour mémoire le seuil de pauvreté est de 1024 euros par mois.
Monde.
USA.
GM. Après 6 semaines de grève les 49.000 salariés ont approuvé à 57% l’accord négocié avec la direction. Il prévoit une prime de reprise de 11.000 $, des primes au rendement, deux augmentations annuelles de 3%, deux forfaitaire de 4%, une augmentation de 4% pour les soins de santé. Les intérimaires auront une prime de 4500 $, une priorité à l’embauche après trois ans d’ancienneté. Cet accord touche les seules usines de GM ou le syndicat de l’automobile est présent. Le coût de la grève est estimé à 2,9 Mds de $
Californie. Les incendies qui ravagent la Californie chaque année ont trois causes : la chute des câbles électriques à haute tension qui tombent à terre en raison de la vétusté du réseau et de son manque d’entretien, du non- débroussaillage des sols, de la sécheresse. La compagnie privée d’électricité vient de couper le courant à 2,7 millions de personnes pour éviter de nouveaux départs de feux. Elle est menacée de 30 Mds de $ de dommages et va se placer sous le régime des faillites. Si les hommes sont impuissants face à la sécheresse les autres causes relèvent de la gestion capitaliste dans sa recherche du profit et de l’absence de prévention.
Les mesures fiscales de Trump en faveur des grandes fortunes capitalistes entrainent un déficit budgétaire de 984 Md de $ pour l’année fiscale close en septembre. Le ministre des finances à la solution : nous devons adopter des propositions pour réduire les dépenses inutiles et irresponsables. Chacun comprend ce qu’il vise.
Afrique-Russie. Un forum auquel ont participé 47 pays s’est tenu les 23 et24 octobre en Russie. Ils ont convenu de renforcer leur coopération et de doubler leurs échanges commerciaux pour l’instant très modeste (1,47 Md de $) ainsi qu’une coopération militaire avec certains pays. La Russie s’invite elle aussi en Afrique.
Allemagne. Les équipementiers auto sont en crise et prévoient des suppressions d’emplois importantes dans un avenir proche. 2000 chez Bosch entre 2020-2021, Continental 7000, Siemens 1100. Dans la sidérurgie 1500 postes sur 90.000 devraient être supprimés. La sortie de l’Angleterre de l’UE devrait aggraver cette situation. Sans surprise le patronat allemand demande au gouvernement d’accélérer la réforme (à la baisse) de l’impôt sur les sociétés.
Colère des peuples. Voir article dans l’hebdo sur les causes profondes de cette colère. Ci-joint quelques informations pour actualiser la situation depuis la rédaction de l’article.
Irak. Les manifestations ont repris avec force après trois semaines d’arrêt pour évènement religieux. Les écoliers et les étudiants se sont joints aux grèves et manif. La répression gouvernementale a fait près de 300 morts. La coalition gouvernementale a éclaté et un dirigeant d’une milice armée s’est dit prêt à intervenir pour empêcher la destruction du pays. Vers un coup de force pour prendre la place ?
Au Liban, malgré les annonces du pouvoir, la démission du gouvernement pour tenter d’apaiser la colère les manifestations continuent. A noter que ces manifestations rassemblent l’ensemble du peuple au- delà des clivages religieux qui jusqu’à présent permettait au pouvoir en place de jouer les uns contre les autres. La recherche d’une solution qui ne mette pas en cause le capitalisme tente de se mettre en place.
Algérie. Les manifestations se poursuivent face aux tentatives du pouvoir de se maintenir en place contre la volonté populaire. Celui-ci développe une politique de répression pour se sortir de l’impasse politique.

Imprimer

France.
Luttes.
SNCF. L’utilisation du droit de retrait par les conducteurs et contrôleurs a déchainé la colère du gouvernement et de la direction à sa botte. E. Philippe parle de grève sauvage et de prise d’otages tandis que le sous ministre des transports invite la direction de la SNCF à la répression. Cela dénote une inquiétude du pouvoir devant le mécontentement, sous quelques formes qu’il s’exprime. La direction ne semble pas vouloir aller en justice à l’encontre des agents ayant usé de leur droit de retrait dans la crainte d’un jugement défavorable. L’inspection du travail de la région Grand Est dans un rapport de 2015 préconisait l’interdiction de circuler des trains avec un seul agent a dû jouer son rôle dans cette décision, cependant elle se venge avec les retenues de salaire pour « grève non autorisée ». (Voir article dans l’hebdo).
L’atelier d’entretien des TGV de Chatillon (Hauts de Seine) est en grève contre la volonté de la direction d’instaurer plus de polyvalence. Avec comme conséquence la non-révision des rames ce qui entraine des perturbations dans le trafic TGV.
Nike. (Paris). Une grande partie du personnel est en grève depuis le 15 octobre pour les salaires et les conditions de travail. Il n’existe pas de syndicat dans le magasin, c’est spontanément que le personnel excédé a décidé la grève et la conduit.
Hôpitaux. Appel à une journée nationale d’action le 14 novembre. Dans un sondage 82% des sondés soutiennent le mouvement, 52% condamne la faiblesse des crédits consacrés par le gouvernement à l’hôpital public.
Agriculteurs. Nouvelle journée de manifestations le 22 octobre. Ils mettent en cause les traités de libre -échange mais aussi l’absence de résultat des Etats généraux de l’alimentation qui faisait appel aux bons sentiments du capitalisme de l’agroalimentaire et de la distribution pour améliorer leurs situations financières. Sauf exception de la filière porcine dont les prix à la production augmentent avec la grippe porcine en Chine et les importations massives pour compenser les pertes (une situation tout à fait conjoncturelle) les autres prix non pas évolués en faveur des agriculteurs.
Réunion. Appel à la grève générale à l’occasion de la visite de Macron sur l’ile. Les revendications sont bien connues et récurrentes depuis des années : vie chère, bas salaires, chômage. Macron tente d’y répondre en parlant emploi et formation ce qui est loin des revendications immédiates et une tentative de renvoyer à un avenir incertain les besoins exprimés. Les syndicats ont refusé l’invitation que Macron leur a faite de les rencontrer.
ST. Louis. ‘Toury, (Eure et Loire). Grève depuis le 17 octobre. La sucrerie (filiale d’une société allemande) doit fermer à l’été 2020. La direction refuse dans les faits toute discussion sur les reclassements, les indemnités ou la reconversion proposée par les syndicats et les élus.
Train Perpignant-Rungis. C’est le 31 octobre que le train devait reprendre son service après la rénovation des wagons. La SNCF propriétaire du matériel n’a pas fait les travaux pour la remise en service à la date prévue. Cela alors que Fret SNCF est en déficit par manque de transport à effectuer, elle se désintéresse d’une activité régulière et rentable. Une manifestation de cheminots, d’élus et de la population est prévue pour le 31 à Rungis.
Général Electric. (Voir article dans l’hebdo).
Michelin la Roche/Yon. Grève le 24 octobre et manifestation, il est à remarquer le silence observé par les médias sur cette initiative. (Article sur notre site)
Coût du travail. Titre des « Echos » (23 octobre) : La France plus compétitive que l’Allemagne sur les bas salaires grâce aux zéro charges. C’est le résultat de la politique des cadeaux sociaux faits au patronat par les gouvernements successifs et qui continuent. Pour un salarié au Smic les cotisations patronales ne sont plus que de 6,69% du salaire brut. Pour les entreprises de moins de 11 salariés elles représentent 2,84% du salaire brut contre 39,23% sans abattement. La baisse de 4% à compter du 1er octobre rapporte 744 euros par an au niveau du Smic, 252 euros pour un salaire à 1,4 Smic. Ces baisses de cotisations concernent 9,8 millions de salariés. Enfin la suppression de la cotisation chômage patronale pour les salaires entre 1 et 1,4 Smic va rapporter 3,3 Mds au patronat.
Suppressions d’emplois. Quiksilver (surf) en supprime 139 à St Jean de Luz et Hossegor.
Carnet de vol (habillement) environ 200.
Abattoir (Mont de Marsan) Entre 20 et 30.
BNP. Les négociations salariales sont terminées. Elles ont abouti à une augmentation générale des salaires de 0,5% avec un plancher de 250 euros pour 80% du personnel, plus une prime type Macron (sans cotisations sociales ni impôt) de 450 euros pour 65% des salariés. La CGC déclare qu’il y a toujours de fortes attentes, la CFDT qualifie de faible l’augmentation générale ce qui n’a pas empêché les deux organisations de signer l’accord.
Presse. Le groupe Reworld Média (Marie France, Télé Magazine, Auto Moto, Closer, Grazia, Science & Vie) qui réalise un CA d’environ 500 millions vient d’acheter et d’intégrer le groupe italien Mondadori France soit au total une cinquantaine de magazines. 60% des journalistes de Mondadori ont quitté le nouveau groupe remplacés par des précaires. F. Pellerin, ex- ministre de la Culture de F. Hollande fait partie du nouveau CA. Cela peut toujours être utile !!
Elections municipales. Le Medef de Paris s’invite dans l’élection municipale de Paris. Il a présenté son cahier de revendications : desserrer la réglementation pour étendre la liberté d’entreprendre, construire plus de bureaux, créer un péage urbain, la création au côté du maire d’un comité de pilotage économique constitué d’une dizaine de patrons. Ce programme sera soumis aux divers candidats.
Monde.
Syrie. La Russie et la Turquie se sont mis d’accord pour régler le sort des Kurdes après le départ (fictif ?) des américains. Les impérialismes sont interchangeables et s’affrontent, mais rien ne change pour les peuples. La maitrise capitaliste sur cette région très riche de la Syrie est au cœur de l’affrontement.
Protestations et manifestations. (Voir article dans l’hebdo). Depuis la rédaction de l’article et malgré un semblant de recul des gouvernements libanais et chilien les manifestations n’ont rien perdu de leur vigueur malgré la répression qui se poursuit. En Irak poursuite des manifestations avec de nouveaux morts. Les dirigeants chiites les condamnent. Les médias qui traitent largement de cette protestation n’abordent jamais la raison de fond de celle-ci : l’exploitation capitaliste des peuples.
USA-UE. La hausse des droits de douane pour 7,5 Mds de $ d’exportations de l’UE vers les USA est entrée en vigueur le 15 octobre à la suite de la condamnation d’Airbus pour aide des Etats rendue par l’OMC. UE n’a pas réagi.
Capitalisme et ONG. L’ONG Extinction Rebellion qui se présente comme une organisation de désobéissance civile dans la défense du climat, qui organise des manifestations sur la voie publique et à l’occasion, se prétend (du bout des lèvres) anticapitaliste est largement financée par le capital. Elle vient de recevoir 50.000 £ d’un fond anglais, de versements de G Soros multimilliardaire US et de bien d’autres, au total 2,5 millions de £ depuis un an. Ces fonds sont entre de bonnes mains : celles d’un ancien trader d’HSBC et de Lloyds qui gère les finances de l’ONG.

Imprimer

France
Luttes. 
5 décembre. La CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse- UNEF –UNL – FIDL – MNL, appellent à une première journée interprofessionnelle de grève et de manifestations en liaison avec les grèves à la RATP, la SNCF, les routiers. Joint au mécontentement qui se manifeste par des actions répétées, ce début de convergence des luttes inquiète au plus haut point le pouvoir. Les discours rassurants de Macron, Philippe, Delevoye et autres ministres ne suffisent plus. Prenant en compte le refus de la « réforme » le pouvoir tente une opération déminage. « Les Echos » (17 octobre) titre : Retraite : Macron étudie un plan B. La première génération concernée (par la réforme) ne serait plus celle de 1963. Et dans un article le même journal poursuit : C’est l’heures de sonner la retraite sur la réforme des retraites. Sinon, la grande bataille de Macron risque de tourner à la Bérézina. C’est la sagesse plutôt que la faiblesse qui guide certain membre de l’exécutif. Et il ajoute : Mais s’il est sage de renoncer à l’inutile -la chimère d’un régime universel- il serait imprudent d’abdiquer l’essentiel. Tout est dit. L’action et la convergence des luttes est plus nécessaire que jamais.
Pompiers. En grève depuis juillet, 10.000 d’entre eux ont manifesté à Paris le 15 octobre rejoints par un certain nombre de personnel de santé. Ils réclament plus de personnel, une augmentation de la prime de risque, une meilleure protection lors de leurs interventions. Une délégation reçue au ministère de l’Intérieur est ressortie les mains vides. Des violences policières se sont produite au cours de la manifestation.
Conforama. Grève reconductible à compter du 16 octobre à l’appel de tous les syndicats de l’entreprise. Ils n’exigent pas l’annulation des 1900 emplois supprimés mais des primes de licenciement plus importante.
Hôpital du Val de Madon (Vosges) Appel CGT à la grève du 15 au 30 octobre pour plus de personnel et des revendications locales.
Michelin la Roche/Yon. Une situation syndicale compliquée entre la CGT qui a refusé de signer tous les accords qui portent atteinte aux conditions de travail et de salaire et la CFDT, la CGC, FO, Sud qui au nom de l’emploi et l’avenir du groupe ont tous signé et qui se retrouvent avec l’annonce de la fermeture de la Roche dans une situation difficile. Ils ne peuvent faire autrement que d’appeler le 17 octobre à une grève à l’échelle du groupe, grève à laquelle s’est jointe la CGT qui avait appelle à une action pour le 24. Les syndicats signataires lancent une pétition réclamant un moratoire sur le maintien des l’emplois tandis que la CGT envisage une procédure juridique. A suivre.
GE. Poursuite de la grève à Belfort et Bourogne. La direction propose de réduire de 792 à 485 les suppressions d’emplois dans le secteur des turbines à gaz en échange de l’abandon de 10 à 20 jours de RTT, l’augmentation de la productivité de 5%. Ce qui revient à sortir la même production avec moins de personnel. La CGT refuse ces propositions tandis que CGC et Sud sont prêts à les discuter. Une assemblée générale suivie d’un vote des salariés doit avoir lieu le 18.
Naval Group, ile Longue (Finistère). Grève depuis le 15 octobre pour une prime de 170 euros net par mois plus des revendications particulières en liaison avec le travail particulier.
Santé. Interrogé sur Europe 1 la ministre Buzin estime que le cap de sa « réforme » du système de santé est bon et du même coup refuse une nouvelle fois une réponse positive aux revendications des personnels. Pour diminuer l’affluence aux urgences, elle préconise un numéro d’appel unique (à la place de ceux existants actuellement). Comme si une mesure d’organisation pouvait régler un problème politique.
Les députés de tous les groupes-EM, LR, FI, PC- ont déposé des amendements au projet de budget de la Sécu pour augmenter les crédits destinés à l’hôpital. Ces amendements sont soutenus par le gouvernement ce qui signifie qu’ils seront pour certains d’entre eux adoptés. Mais la Constitution prévoit qu’une dépense supplémentaire doit être assortie d’économie pour un montant équivalent. Ces même députés, respectueux de la Constitution, ont proposé de réduire les autres dépenses de santé, en premier sur les soins de ville ou autres postes. Personne n’a proposé de prendre sur les budgets régaliens pour satisfaire aux besoins de santé.
Pacte productif. (Voir article dans l’hebdo) L’idée lancée par Macron en avril vise à « relancer la production industrielle ». C’est B Lemaire qui est à la manœuvre.
Le ministère vient de publier une étude sur le déficit de la balance commerciale et son évolution entre 2000 et 2018. Les exportations ont augmenté (en Mds) de 19,2, les importations de 63,8. L’automobile à elle seule représente 18,9 Mds, résultat des délocalisations massives de Renault et Peugeot, d’autres secteurs ayant aussi disparu de la production nationale (hors pétrole). Délocalisations qui se poursuivent. St Gobain va investir une centaine de millions dans deux usines en République Tchèque pour augmenter sa production de laine de verre.
B. Lemaire a trouvé les raisons de ces délocalisations : les impôts de production. Ils servent pour l’essentiel à alimenter les finances locales ou la part patronale qui compense les frais de transport des salariés. Ils représentent 72 Mds par an. D’après Lemaire ils sont sept fois plus élevés qu’en Allemagne et il veut faire de celle-ci la référence pour la France, soit un gigantesque cadeau au patronat, qui le réclame depuis longtemps. Toujours pour Lemaire les français ne travaillent pas assez longtemps. « Nous ne travaillons pas assez longtemps. Le volume d’heures globale travaillées est insuffisant par rapport aux pays du G 7 ».
Pour préparer la future loi sur ce projet, des rencontres vont avoir lieu pendant six mois entre les élus locaux, le patronat, l’Etat. Les syndicats ne sont pas invités. A suivre.
Au même moment la direction générale des entreprises du ministère de l’Economie voit ses effectifs diminuer de 300 fonctionnaires, le travail se fait en « mode de projet » avec un recours accru aux contractuels, rémunération au mérite. « Les Echos » qualifient le service de « bon élève gouvernemental ».
Plates-formes. Deliveroo, plate-forme de livraison à vélo qui a dû faire face à plusieurs actions de ses livreurs met en place un système de protection sociale au rabais tout de suite pour ne pas payer plus demain. Les livreurs recevront 30 euros par jour en cas de maladie après 8 jours d’absence (autant dire pratiquement jamais), un régime d’assurance en cas d’accident du travail, un complément au congé maternité ou paternité.
Pauvreté. Tous les politiques semblent découvrir avec effroi et pleurnichages divers que le taux de pauvreté a encore augmenté en France. C’est près de 10 millions de personnes soit 14,4% de la population touchée par les conséquences de la politique du capital, ce que personne ne dénonce, et pour cause, ils en sont tous responsables.

Monde.
USA. La grève des salariés de GM se poursuit depuis le 16 septembre, la négociation semble avoir abouti entre la délégation syndicale et la direction sans que l’on en connaisse le contenu. Le résultat doit être approuvé par les syndicats des usines du groupe puis par le personnel. Une semaine de grève coute 500 millions à GM. Comme c’est la règle, l’accord GM sera valable pour l’ensemble de la branche.
Equateur. Les luttes contre l’augmentation du prix de l’essence ont payé. Le gouvernement retire l’augmentation prévue. Mais rien n’est réglé sur le fond. La politique d’austérité exigée par le FMI en échange de 3,5 Mds de $ de prêt n’a pas disparu. A suivre.
Hong Kong. L’économie de la ville est confrontée à une crise très sérieuse après quatre mois de manifestations. Est touché tout particulièrement le tourisme et ce qui va avec. Comme d’habitude en situation de tension les plus fortunés émigrent vers l’Asie du Sud-est et l’Europe.
Haïti. Manifestations contre la misère et la corruption réprimées par la police et l’armée.
Arabie saoudite-Russie. Visite de Poutine en Arabie ou il signe un accord portant sur le pétrole qui ouvre pratiquement la porte de l’Opep à la Russie, ainsi que des accords entre fonds russe et saoudien pour deux Mds de $. Pour la Russie, alliée de l’Iran, elle-même ennemie de l’Arabie qui est une alliée fidèle des USA et qui se disputent le rôle de puissance régionale dominante, il s’agit d’un singulier numéro d’équilibriste.
Poutine s’est rendu ensuite aux Emirats Arabe Unis et y a signé des accords pour 1 Mds de $. (voir l’article sur le Moyen Orient dans l’hebdo)
Russie. Alrosa, premier producteur mondial de diamants naturels dont le capital est détenu aux deux tiers par l’Etat, prend des participations plus ou moins importantes dans les mines de diamants en Angola, Zimbabwe, Bostwana. Un forum Russie-Afrique va se tenir les 23 et 24 octobre prochain. Comme les autres impérialisme la Russie veut sa part en Afrique et dans le monde.
France-Allemagne. Un conseil des ministres franco-allemand s’est tenu le 16 octobre à Toulouse. Il a été consacré pour l’essentiel aux désaccords entre les deux pays à propos de la part de gâteau qui reviendra à chaque industriel dans la réalisation du futur avion de combat et du char qui doivent être construit en commun. Il semble qu’un compromis ait été trouvé pour lancer les premières études.
Dividendes. Les experts prévoient une diminution des dividendes mondiaux pour 2019. Il faut dire qu’ils ont atteint des sommets. Alors que les profits ont augmenté en moyenne de 6,5% chaque année, les dividendes ont eux augmenté de 10,3%. Aux USA les rachats d’actions des 500 plus grandes entreprises se sont montés à 731 Mds de $. Les actionnaires ont de quoi voir venir.

Imprimer