frcaendeitptrues
Gantry 5

 

La tragédie qui a frappé récemment le Liban et son cortège de désolations n’étaient pas le but des deux visites de Macron à Beyrouth mais son prétexte. En effet, la diplomatie française en échec en Syrie et effacée en Libye pensait trouver par sa présence dans un pays en crise et traumatisé le moyen de remettre un pied à l’étrier dans la région.

Depuis quelques jours, les affrontements ont repris entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans la région du Haut Karabakh. Ils font suite à une longue série de conflits en 2008, 2010, 2012, 2016, 2018 et plus récemment en juillet 2020.

Après les Émirats Arabes Unis, c’est au Barheïn d’officialiser par une reconnaissance diplomatique ses relations avec Israël. Elles font suite à celles plus anciennes de l’Égypte et de la Jordanie et elles en précèdent certainement d’autres avec le Soudan.

Après la tragique catastrophe survenue au Liban, deux nouveaux événements ont forcé l’attention sur cette région : L’accroissement de la tension en Méditerranée à la suite de la mise en mouvement de la Turquie pour la recherche et l’appropriation de gisements gaziers dans des zones maritimes que lui conteste la Grèce et l’accord de normalisation des relations entre Israël et les Émirats Arabes Unis.