frcaendeitptrues
Gantry 5

 

     Pour mesurer l’enjeu du golfe d’Oman, il faut rappeler que par cette voie maritime transitent 30 % des hydrocarbures et du gaz naturel des pays producteurs vers les grandes puissances consommatrices en Europe et en Asie. Le contrôle de cette voie de communication est donc vital et fait l’objet d’un affrontement entre les puissances impérialistes.

     Pas un jour ne se passe sans que la politique de force des affrontements au sein de l’impérialisme ne s’exprime dans le monde. Cette tendance est clairement en progression et se manifeste par une agressivité soutenu en particulier du premier d’entre eux : les USA.

     En mai 2018, Trump rompait l'accord du nucléaire iranien et ouvrait alors un tournant offensif dans sa politique au Moyen-Orient. Un an après, Washington durcit encore en ne renouvelant pas les dérogations accordées aux huit principaux pays acheteurs de pétrole iranien : Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Taïwan, Italie et Grèce. Une décision qui vise à réduire à zéro les exportations de pétrole en provenance de l’Iran et étouffer économiquement la république d’Iran afin qu'elle ne devienne pas la principale puissance capitaliste régionale, qui concurrence les alliés stratégiques des États-Unis au Moyen Orient : Israël, les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite. C’est un enjeu majeur pour l’impérialisme nord-américain.

     Les résultats des élections israéliennes sont sans surprise. Ils confirment qu’une majorité de la population israélienne appuie activement ou s’est mis à la remorque des forces nationalistes et colonialistes. Le parti Likoud de B. Netanyahou et la liste Bleu-Blanc de l’ancien chef d’état-major Benny Gantz sont à la quasi égalité avec 35 sièges chacun sur les 120 que comptent la Knesset. L’un et l’autre ne se distinguent que par la forme. Le premier a servi d’attrape-tout à une large fraction de la population qui y voit la seule garantie de leur existence par la colonisation de toute la Palestine, tandis que l’autre a fait miroiter que son opposition pourrait éviter un nouveau mandat du premier ministre Netanyahou empêtré dans des affaires de corruption.