Gantry 5

 

Juste avant les vacances, l’Union de l’Industrie et des Métiers de la Métallurgie (UIMM, le patronat de la métallurgie) vient d’annoncer: l’application du « contrat de chantier » dans la branche de la métallurgie. Un pas de plus dans la précarisation du monde du travail avec cette mise en place des ordonnances promulguées par le gouvernement Macron.
Et cela avec l’accord de trois organisations syndicales, CFDT, CFE-CGC et FO, le patronat de la métallurgie va pouvoir appliquer le «contrat de chantier ou d’opération» ainsi qu’une deuxième mesure qui consiste à réduire le délai de carence applicable entre deux contrats à durée déterminée ou contrats intérimaires successifs sur le même poste de travail.

Les salariés de l'abattoir AIM se sont réunis en assemblée générale lundi dernier à Sainte-Cécile, dans la Manche après l'annonce de la liquidation de leur entreprise.
Pourtant, le carnet de commandes est plein, l'entreprise fonctionnait mais il y avait un manque de trésorerie, aucune banque n'a soutenu cette entreprise. Selon l'avocate des salariés: "il aurait fallu que les autorités mettent seulement 300 000 euros sur la table pour sauver l'abattoir".

C’est avec beaucoup de toupet que Nicolas Hulot (dont la fortune globale est estimée à 7,3 millions d’euros, le vert ça rapporte !!) a annoncé, la semaine dernière, que la protection de l’environnement serait bientôt inscrite dans le premier article de la Constitution. Comme si un article changeait quelque chose…d'ailleurs cet article 1 promet que la République doit être "sociale" ! On voit le résultat!
Il suffit de faire le tour de l’hexagone pour constater que comme sous le gouvernement précédent, les grands projets capitalistes destructeurs de l’environnement vont bon train.

Plus de 45.000 salariés, 83,44% de votants à la consultation provoquée par la direction sur sa politique salariale avec en plus à la clé le chantage à la démission du PDG en cas de refus.
Rien n'y a fait, 55,33% des salariés ont rejeté les propositions de la direction et le PDG a donc donné sa démission.
Depuis 7 ans les salaires sont gelés à Air France, le personnel avait consenti d'importants efforts "pour la bonne marche de l'entreprise".

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche