Gantry 5

 

Les résultats des élections à la SNCF sont sans bavure : la CGT est la première organisation syndicale avec 34,02 % des voix devançant de 10 % l’UNSA. Pourtant la direction et le gouvernement ont mis le paquet pour que la CGT recule et pour ouvrir la voie aux syndicats de collaboration de classe et ainsi faire cautionner la politique de liquidation de l’entreprise publique.

La fusion des universités a été présentée comme la panacée permettant de mieux être au service des étudiants et de la recherche. En réalité, il s’agit de mettre en place des établissements concurrentiels de plus en plus autonome et en voie de privatisation plus ou moins complète. Ce mouvement s’accompagne d’une remise en cause des conquêtes sociales des salariés. Ces remises en cause vont dans le sens des mesures gouvernementales visant à détruire le statut des fonctionnaires. A Paris Sorbonne la direction remet en cause le temps de travail et les congés des personnels.

L’initiative des « gilets jaunes » a eu comme centre de gravité des mots d’ordres la question des taxes et en particulier sur les carburants. C’est l’expression d’un mécontentement profond, du rejet de la politique du gouvernement. Elle a exprimé aussi d’une certaine façon le sentiment de la petite classe moyenne d’être abandonnée et cela d’autant plus qu’elle habite dans des zones péri-urbaines ou rurales particulièrement touchées par la destruction des services publics. Dans les barrages se sont retrouvés des artisans, des petits patrons mais aussi des retraités, des chômeurs et des salariés qui n’en peuvent plus de leur situation misérable et qui ont voulu pousser un cri de colère et de lutte. Dans ceux qui sont à la manœuvre, et leur discours anti-taxe étendue à celui des entreprises qui auraient trop de charges en est le révélateur, il y a beaucoup de patrons et de professions libérales. Notons aussi

Les célébrations de l’armistice du 11 novembre 1918 qui mirent fin à quatre années d’une guerre mondiale terrible et meurtrière (voir Communiste Hebdo N°585) ont eu lieu à Paris en présence de soixante dix chefs d’États. Elles ont été suivies par un «forum pour la paix» à la Villette, forum initié par E. Macron.

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche