Gantry 5

 

E.Philippe à l’Assemblée Nationale : On continue- on accélère

     Il a confirmé l’objectif : Il y a urgence – il y a un intense agenda de transformations – nous devons tenir le cap fixé par le Président de la République. Nous sommes et demeurons des réformateurs. E. Macron a été adoubé par les multinationales capitalistes pour soumettre toute la société française à leurs objectifs.

Après un long détour sur l’écologie ( 23 minutes sur 1 heure) qui vise à récupérer l’aspiration à préserver la planète, à vivre mieux, il annonce « une accélération écologique dans les 12 prochains mois », il parle du tri des déchets…mais il occulte l’essentiel : la politique des capitalistes qui exploite la planète, l’abime pour le profit, Macron qui en ce domaine aussi exécute les objectifs des multinationales ( voir notre article du 27 mars).

Il a rappelé les réformes à venir :
-La réforme de l’assurance chômage sera présentée le 18 juin. Le but est de réduire les droits des chômeurs, leurs indemnités.
-La réforme des retraites- sera présentée en Juillet. La disparition du système par répartition est confirmée ainsi que les régimes spéciaux. Instauration du régime par point. Il a confirmé qu’il faudra travailler plus longtemps , jusqu’à 64 ans et plus: « 62 ans restera l’âge d’équilibre mais il y aura incitation à travailler plus longtemps » en clair des malus réduiront le taux de retraite déjà insuffisant aujourd’hui pour des millions de retraités
-La loi santé qui va accélérer encore le recul de l’hôpital public est en train d’être votée au Sénat ( voir article ci-joint ) . Il a fait une allusion aux difficultés des urgences sans dire un seul mot de la lutte en cours, il s’est contenté « d’en appeler au sens des responsabilités des professionnels de santé pour l’été à venir ».
- La Fonction Publique : le gouvernement continue à supprimer tous les services publics de proximité dans les villes et les communes. Son objectif : supprimer 120.000 fonctionnaires, casser la Fonction Publique.
     Il a parlé de l’intention d’aider les classes moyennes en baissant dans les prochaines années les impôts, la taxe d’habitation, en précisant qu’il faudra pour financer réduire les dépenses publiques, donc faire payer le peuple. Le gouvernement proposera une nouvelle prime (comme la précédente pouvant aller jusqu’à 1.000 euros, exonérée de cotisation sociale, ce qui signifie moins d’argent pour les retraits et moins d’argent pour la Sécurité Sociale ( les allègements et exonérations de cotisations sociales ces dernières années ont privé la Sécurité Sociale de 36 milliards de recettes). Il a annoncé l’ouverture de la discussion sur la PMA en septembre, à l’Assemblée Nationale.
Il a vanté la « démocratie directe », le référendum citoyen. Parlez, parlez, partout et nous décidons. Le « grand débat » lancé par Macron fin 2018 et la suite qu’on en a aujourd’hui en est l’exemple éclatant. Il a appelé à l’association capital-travail dans les entreprises.
Il s’est félicité « la France est une grande puissance industrielle » ? Depuis 40 ans la France à perdu 2,5 millions d’emplois industriels et ça continue ( voir article cette semaine sur notre site)
     Il a enveloppé tout ça du changement de méthode, « il faut parler au peuple » mieux se faire comprendre.
L’objectif de Macon est ainsi confirmé: le capitalisme dirige la France. Le capital a un besoin permanent de faire toujours plus de profit, les multinationales doivent s’imposer en bonne place dans la concurrence capitaliste mondiale, trouver toujours de nouveaux marchés. Macron élu a immédiatement cassé le code du travail, il a ouvert la SNCF à la concurrence capitaliste et prépare d’autres privatisations, il a fait développer la réforme de l’éducation, accru la sélection à l’Université. Aujourd’hui il veut continuer, aller plus vite.
Il faut le stopper, stopper le capital, car avec cette politique la situation du peuple s’aggravera de plus en plus.
La France a les moyens de faire une autre politique, de faire une politique économique et sociale pour le bien du peuple. Le travail des salariés produit chaque année 2.500 milliards de richesses mais elles sont aujourd’hui accaparées par le capitalisme.
A l’époque de la robotique, de l’intelligence artificielle, les moyens d’améliorer la vie sont considérables. La France est un pays riche qui a des moyens économiques, scientifiques, culturels.
Stopper Macron et le capital :
     Un seul moyen, la lutte. La lutte de classe. Les travailleurs, le peuple ne peuvent pas s’entendre avec le capital. Leurs intérêts sont irrémédiablement opposés, irréductibles. Seule la lutte peut changer la situation, toute l’histoire de notre pays le prouve. C’est la seule chose que craint Macron car il sait que nous sommes le nombre et que les luttes ont fait reculer le pouvoir et imposer des conquêtes sociales.
Il y a des luttes partout dans les entreprises, les corporations. Les hospitaliers luttent pour changer la situation à l’hôpital à l’appel de tous les syndicats – sauf la CFDT -. La seule façon d’avancer est de développer encore plus la lutte partout et de travailler à la convergence indispensable des luttes des travailleurs, de la jeunesse, des retraités, de tous celles et ceux qui subissent la politique du capital.
     Nous savons qu’il faut aussi mener la lutte politique avec persévérance, car l’origine de tous les maux de notre peuple est le capitalisme qui domine et exploite le peuple. Il faut mener la lutte politique contre le capitalisme. C’est l’objectif de notre Parti. Venez nous rejoindre, nous mènerons ensemble ce combat pour que ça change.

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche