Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 21.10.2019-25.10.2019

France.
Luttes.
SNCF. L’utilisation du droit de retrait par les conducteurs et contrôleurs a déchainé la colère du gouvernement et de la direction à sa botte. E. Philippe parle de grève sauvage et de prise d’otages tandis que le sous ministre des transports invite la direction de la SNCF à la répression. Cela dénote une inquiétude du pouvoir devant le mécontentement, sous quelques formes qu’il s’exprime. La direction ne semble pas vouloir aller en justice à l’encontre des agents ayant usé de leur droit de retrait dans la crainte d’un jugement défavorable. L’inspection du travail de la région Grand Est dans un rapport de 2015 préconisait l’interdiction de circuler des trains avec un seul agent a dû jouer son rôle dans cette décision, cependant elle se venge avec les retenues de salaire pour « grève non autorisée ». (Voir article dans l’hebdo).
L’atelier d’entretien des TGV de Chatillon (Hauts de Seine) est en grève contre la volonté de la direction d’instaurer plus de polyvalence. Avec comme conséquence la non-révision des rames ce qui entraine des perturbations dans le trafic TGV.
Nike. (Paris). Une grande partie du personnel est en grève depuis le 15 octobre pour les salaires et les conditions de travail. Il n’existe pas de syndicat dans le magasin, c’est spontanément que le personnel excédé a décidé la grève et la conduit.
Hôpitaux. Appel à une journée nationale d’action le 14 novembre. Dans un sondage 82% des sondés soutiennent le mouvement, 52% condamne la faiblesse des crédits consacrés par le gouvernement à l’hôpital public.
Agriculteurs. Nouvelle journée de manifestations le 22 octobre. Ils mettent en cause les traités de libre -échange mais aussi l’absence de résultat des Etats généraux de l’alimentation qui faisait appel aux bons sentiments du capitalisme de l’agroalimentaire et de la distribution pour améliorer leurs situations financières. Sauf exception de la filière porcine dont les prix à la production augmentent avec la grippe porcine en Chine et les importations massives pour compenser les pertes (une situation tout à fait conjoncturelle) les autres prix non pas évolués en faveur des agriculteurs.
Réunion. Appel à la grève générale à l’occasion de la visite de Macron sur l’ile. Les revendications sont bien connues et récurrentes depuis des années : vie chère, bas salaires, chômage. Macron tente d’y répondre en parlant emploi et formation ce qui est loin des revendications immédiates et une tentative de renvoyer à un avenir incertain les besoins exprimés. Les syndicats ont refusé l’invitation que Macron leur a faite de les rencontrer.
ST. Louis. ‘Toury, (Eure et Loire). Grève depuis le 17 octobre. La sucrerie (filiale d’une société allemande) doit fermer à l’été 2020. La direction refuse dans les faits toute discussion sur les reclassements, les indemnités ou la reconversion proposée par les syndicats et les élus.
Train Perpignant-Rungis. C’est le 31 octobre que le train devait reprendre son service après la rénovation des wagons. La SNCF propriétaire du matériel n’a pas fait les travaux pour la remise en service à la date prévue. Cela alors que Fret SNCF est en déficit par manque de transport à effectuer, elle se désintéresse d’une activité régulière et rentable. Une manifestation de cheminots, d’élus et de la population est prévue pour le 31 à Rungis.
Général Electric. (Voir article dans l’hebdo).
Michelin la Roche/Yon. Grève le 24 octobre et manifestation, il est à remarquer le silence observé par les médias sur cette initiative. (Article sur notre site)
Coût du travail. Titre des « Echos » (23 octobre) : La France plus compétitive que l’Allemagne sur les bas salaires grâce aux zéro charges. C’est le résultat de la politique des cadeaux sociaux faits au patronat par les gouvernements successifs et qui continuent. Pour un salarié au Smic les cotisations patronales ne sont plus que de 6,69% du salaire brut. Pour les entreprises de moins de 11 salariés elles représentent 2,84% du salaire brut contre 39,23% sans abattement. La baisse de 4% à compter du 1er octobre rapporte 744 euros par an au niveau du Smic, 252 euros pour un salaire à 1,4 Smic. Ces baisses de cotisations concernent 9,8 millions de salariés. Enfin la suppression de la cotisation chômage patronale pour les salaires entre 1 et 1,4 Smic va rapporter 3,3 Mds au patronat.
Suppressions d’emplois. Quiksilver (surf) en supprime 139 à St Jean de Luz et Hossegor.
Carnet de vol (habillement) environ 200.
Abattoir (Mont de Marsan) Entre 20 et 30.
BNP. Les négociations salariales sont terminées. Elles ont abouti à une augmentation générale des salaires de 0,5% avec un plancher de 250 euros pour 80% du personnel, plus une prime type Macron (sans cotisations sociales ni impôt) de 450 euros pour 65% des salariés. La CGC déclare qu’il y a toujours de fortes attentes, la CFDT qualifie de faible l’augmentation générale ce qui n’a pas empêché les deux organisations de signer l’accord.
Presse. Le groupe Reworld Média (Marie France, Télé Magazine, Auto Moto, Closer, Grazia, Science & Vie) qui réalise un CA d’environ 500 millions vient d’acheter et d’intégrer le groupe italien Mondadori France soit au total une cinquantaine de magazines. 60% des journalistes de Mondadori ont quitté le nouveau groupe remplacés par des précaires. F. Pellerin, ex- ministre de la Culture de F. Hollande fait partie du nouveau CA. Cela peut toujours être utile !!
Elections municipales. Le Medef de Paris s’invite dans l’élection municipale de Paris. Il a présenté son cahier de revendications : desserrer la réglementation pour étendre la liberté d’entreprendre, construire plus de bureaux, créer un péage urbain, la création au côté du maire d’un comité de pilotage économique constitué d’une dizaine de patrons. Ce programme sera soumis aux divers candidats.
Monde.
Syrie. La Russie et la Turquie se sont mis d’accord pour régler le sort des Kurdes après le départ (fictif ?) des américains. Les impérialismes sont interchangeables et s’affrontent, mais rien ne change pour les peuples. La maitrise capitaliste sur cette région très riche de la Syrie est au cœur de l’affrontement.
Protestations et manifestations. (Voir article dans l’hebdo). Depuis la rédaction de l’article et malgré un semblant de recul des gouvernements libanais et chilien les manifestations n’ont rien perdu de leur vigueur malgré la répression qui se poursuit. En Irak poursuite des manifestations avec de nouveaux morts. Les dirigeants chiites les condamnent. Les médias qui traitent largement de cette protestation n’abordent jamais la raison de fond de celle-ci : l’exploitation capitaliste des peuples.
USA-UE. La hausse des droits de douane pour 7,5 Mds de $ d’exportations de l’UE vers les USA est entrée en vigueur le 15 octobre à la suite de la condamnation d’Airbus pour aide des Etats rendue par l’OMC. UE n’a pas réagi.
Capitalisme et ONG. L’ONG Extinction Rebellion qui se présente comme une organisation de désobéissance civile dans la défense du climat, qui organise des manifestations sur la voie publique et à l’occasion, se prétend (du bout des lèvres) anticapitaliste est largement financée par le capital. Elle vient de recevoir 50.000 £ d’un fond anglais, de versements de G Soros multimilliardaire US et de bien d’autres, au total 2,5 millions de £ depuis un an. Ces fonds sont entre de bonnes mains : celles d’un ancien trader d’HSBC et de Lloyds qui gère les finances de l’ONG.

Imprimer