frcaendeitptrues
Gantry 5

 

France.
Luttes.
Urgences. Les fausses mesures pour trouver une solution aux questions des urgences avancées par la ministre A. Buzin ont reçu la réponse qu’elles méritaient : l’action continue. Les 750 millions annoncés ne sont que des redéploiements de crédits qui existaient déjà. Quant aux autres mesures avant tout technocratiques elles ne répondent en aucun cas aux revendications des personnels. La résistance du pouvoir n’est pas une surprise. Les revendications- 300 euros d’augmentation, 10.000 créations de postes- sont en contradiction absolue avec la politique de santé mise en place depuis des années. Que poursuit ce gouvernement avec sa volonté de réduire à 2,3% en 2020 les dépenses de santé contre 2,5 en 2019 ? Fortes manifestations à Paris et dans plusieurs grandes villes. D’autres actions sont prévues en septembre. A noter le service très minimum des médias publics et privés pour rendre compte de cette journée. (Voir article dans l’hebdo)
RATP Grève le 13 pour le maintient du régime de retraite. Très forte mobilisation qui bloque pratiquement tout le trafic.
Ehpad. (Quimperlé, Morbihan). Grève d’une heure le 11 septembre pour plus de personnel.
SNCF. À la suite de l’action des cheminots et de la population la ligne Rennes-Châteaubriant est partiellement rouverte en attendant sa réouverture complète.
Retraite. Le discourt d’E. Philippe devant le Conseil économique et son passage à TF1 confirme la volonté du pouvoir de ne rien céder sur la « réforme » des retraites. La disparition du régime de solidarité par répartition est bel et bien en route. En revanche il est obligé de tenir compte de l’inquiétude et du refus du régime par points qu’il compte mettre en place exprimé par une grande partie des retraités et futurs retraités. Les mots justice et égalité entre tous sont répétés, tandis que des « garanties » nombreuses et variées sont données. La bataille idéologique pour faire accepter et l’allongement du temps de travail et la baisse des pensions va encore gagner en intensité.
Pauvreté. Un rapport du ministère des solidarités fait le point sur la pauvreté en France. Sont considérés comme pauvres ceux dont le revenu est de 60% du revenu médian qui s’établi à 1026 euros par mois. Cela touche 14% de la population en 2016 soit 8,8 millions de personnes. Pour elles les prestations sociales se montent en moyenne à 345 euros par mois soit 42% de leurs revenus. Un pognon de dingues avait dit Macron d’où la diminution des allocations familiales de 1,4%, celles de l’allocation logement de 1,3%. Une autre étude du même ministère fait état d’une forte détérioration du sentiment de pauvreté. En 2018 18% des Français se sentent pauvres contre 13% en 2017. Ces chiffres atteignent 29% chez les ouvriers contre 18 un an auparavant. 90% des personnes interrogées se déclarent pessimistes sur l’évolution de la pauvreté et de l’exclusion.
Il y a un an Macron lançait son plan de lutte contre la pauvreté autour de l’idée de l’insertion par l’activité économique (IAE) qui supprimait dans le même temps les emplois aidés. Il relance l’IAE qui devrait concerner 240.000 bénéficiaires en 2022. Loin des 8,8 millions de pauvres. Avec la casse du droit du travail, le développement de la précarité, la diminution des indemnités chômage, le blocage des salaires, traitements et retraites et l’ensemble des mesures prises par le pouvoir c’est plus une augmentation de la pauvreté qui se profile à court et moyen terme.
Sécurité sociale. Les heures supplémentaires sans cotisations sociales vont couter 1 Md à la Sécu plus 600 millions de baisse du forfait social payé par les entreprises. Depuis le 1er janvier 2019 l’Etat qui décide et ne rembourse plus ces suppressions de cotisations. Ce sont les assurés qui payent par la diminution des prestations.
Actionnariat salarié. 43% des salariés des sociétés cotées en bourse détiennent des actions et 3,81% du capital de ces entreprises. La loi Pacte votée cette année prévoit de relancer l’actionnariat salarié. Une manière d’intégrer ceux-ci en échange de quelques maigres dividendes et de s’opposer à l’augmentation des salaires. Ce qui n’empêchera pas de licencier ces « actionnaires » en cas de suppressions d’emplois.
La Chapelle-Darblay. (Papier journal, Grand Couronne, Seine Maritime). Propriété du finlandais UPM il annonce la mise en vente de l’usine. En cas d’échec ce sera la fermeture et la disparition de 236 emplois à la mi-janvier 2020.
Hutchinson. (Joué-les-Tours, Indre et Loire) Prévoit la suppression de 120 emplois sur 600. Les fabrications sont délocalisées en République Tchèque.
Monde.
Angleterre. Grève historique des pilotes de British Airways les 9 et 10 septembre. Ce sont les salaires qui sont la cause du conflit. Les propositions de la direction d’une augmentation de 11,5% sur trois ans ont été repoussées par les pilotes qui envisagent un nouveau mouvement le 27 septembre. 1700 vols ont été supprimés, 280.000 passagers touchés. Le syndicat estime à 80 millions de £ les pertes causées par la grève alors que la direction refuse les augmentations demandées qui d’après elle représente 50millions par an.
De leur côté les pilotes de Ryanair Angleterre envisagent des grèves en septembre.
UE-Cuba. La « ministre des Affaires étrangères » de l’UE vient de se rendre à Cuba dans le but d’aider l’ile à « s’affranchir des sanctions US ». C’est une structure du même type que celle mise en place pour commercer avec l’Iran (qui donne des résultats plus que médiocres) qui est envisagée pour développer les relations commerciales. C’est avant tout une tentative pour pénétrer le marché cubain en profitant du vide laissé par la politique US.
Cryptomonnaie. (monnaie virtuelle) Celle que veut mettre en place Facebook et qui s’appelle le « libra » commence à poser des problèmes aux gouvernements. Un membre de la BCE le traite de promesses séduisantes mais perfides. Il ne s’agit pas ici de traiter des aspects techniques qui ne sont pas tous au point et leurs conséquences sur les monnaies mais de voir comment les gouvernements réagissent. Ils pourraient prendre des mesures législatives ou réglementaires pour interdire à une société privée de battre monnaie. Mais en bons gestionnaires du système capitaliste ce n’est pas dans leurs projets. Il faut laisser au capitalisme toute liberté de réaliser du profit. La proposition faite par le directeur de la Banque d’Angleterre et reprise par B. Lemaire consiste pour les banques centrales à créer elles-mêmes leurs propres cryptomonnaies. La Chine a décidé de s’engager très vite dans cette voie. Le vice- président de la Banque centrale déclare : Nous devons faire en sorte d’éviter que des monnaies comme celle-ci deviennent des monopoles. Et d’envisager de lancer cette monnaie à la fin de l’année. Avec l’idée de disputer la domination du dollar et le main- mise des USA sur ce genre de devise.
Cash. Les grandes entreprises capitalistes croulent sous des montagnes de trésorerie. Pour les pays d’Europe, du Moyen- Orient, d’Afrique elles se montent à 1100 Mds d’euros en hausse de 15% en un an, les dix les plus puissantes dont EDF, Total, représentent à elles seules 260 Mds (+ 30%). Les USA détiennent 1600 Mds de trésorerie. Avec les dividendes versés et ces chiffres de trésorerie on mesure le degré d’exploitation des peuples par le capital.
ONU. Un rapport de l’organisation indique qu’aucun pays n’est sur la trajectoire pour atteindre les objectifs du développement durable qui devaient être réalisés d’ici à 2030. Résultat : 653 millions d’êtres humains vivent avec moins de 1,9 dollar par jour et par personne tandis qu’un milliard vivent avec 2 à 3 dollars, avec toutes les conséquences qui en découlent. L’ONU tire la sonnette d’alarme sur les déchets que rejette la société capitaliste qui pousse toujours à consommer d’avantage et de gaspillages qui en découlent.
Bourses. Les troubles dans la ville n’empêchent pas les affaires. La bourse de Hong Kong vient de proposer le rachat de la bourse de Londres pour 31,5 Mds de £ soit 83,61£ par action actuellement cotée à 72£. Proposition fraichement accueillie par Londres. Dans la course au gigantisme il est impératif de grossir pour tenir tête à la concurrence. Dans le cas présent face aux bourses de New York et de Shanghai en plein développement. A moins que Hong Kong ne soit dans cette affaire le visage masqué de la Chine. A suivre

Imprimer

France.
Luttes. Le mois de septembre va être marqué par de nombreuses luttes : urgences, RATP, EDF, retraite les 21 et 24, professions libérales, pilotes de ligne. Les retraités manifesteront en octobre. Pour faire reculer le pouvoir la question de la convergence des luttes est vraiment à l’ordre du jour.
Aux « urgences » les médecins décident de se joindre au mouvement.
Fonction publique. Après 10.000 suppressions d’emplois au ministère de l’économie et des finances, Darmanin vient d’annoncer aux syndicats la suppression de 5.557 postes au prétexte de la mise en place du retenu à la source et de la disparition des trésoreries de proximité. Les syndicats appellent à la grève le 16 septembre.
St Louis (sucrerie, Toury, Eure et Loir). Manifestation le 31 août du personnel et de la population contre la fermeture de l’usine décidée par le groupe allemand dont elle est la filiale.
La Poste. Pyrénées orientales. Appel départemental CGT à une grève le 9 septembre. Elle touche aussi le centre de tri de Toulouse. Elle a pour cause les suppressions de tournées de facteurs et la réorganisation du travail imposée par la direction.
Hôpital. Fougères (Ile et Vilaine) En grève tous les lundis depuis juin, la CGT organise une manifestation de soutien le 7 septembre.
Universités. Le président de la Conférence des présidents d’universités déclare que seulement 4 d’entre elles (Bordeaux, Lille, Orléans, Rennes 1) ont augmenté les droits d’inscription des étudiants étrangers (hors UE) décidé par le pouvoir et qui sont entrés en vigueur cette année.
Impayés de salaires. Il s’agit d’une caisse (AGS) mise en place par le patronat et financée par lui, qui permet de payer les salaires à la place des entreprises en liquidation ou en redressement judiciaire. Elle constate une nette augmentation des versements à 530 millions (+5%) qui ont été versés entre avril et juin de cette année tandis que les défaillances d’entreprise de + de 100 salariés augmentaient de 9,5%.
Un rapport non publié de la Cour des Comptes fait état d’un certain nombre de malversations dans la gestion des fonds de l’AGS. La Cour si prompte à dénoncer les insuffisances quand il s’agit du service public a fait preuve d’une grande discrétion. A ses yeux la gestion patronale ne doit pas faire l’objet de critiques publiques.
Marge. Le taux de marge (% par rapport à la valeur ajoutée) des entreprises atteint 33,1% au deuxième trimestre, son plus haut niveau depuis 2008. C’est le résultat des politiques de cadeaux au patronat de Hollande et de Macron. Ils vont représenter cette année 40 Mds entre le CICE et la baisse des cotisations sociales.
Armement. L’augmentation des budgets militaires fait le bonheur des fabricants d’armes qui réalisent des profits record. Naval Group avec une rentabilité de 7,3% (6,8 en 2018) et 3,85 Mds de commandes pour la marine française, Thales qui annonce 820 millions de résultat opérationnel (+10%) Dassault avec 286 millions de résultat net (+ 154% par rapport à 2018). Pour Dassault qui ne livrera aucun avion à l’armée française, c’est l’exportation des « Rafale » à l’Egypte et au Qatar qui fait le gros du résultat.
Egalité hommes-femmes. C’est au 1er septembre que les entreprises de plus de 250 salariés devaient rendre leurs copies sur l’index d’égalité des salaires. Très peu ont répondu. Une sur deux pour celle de plus de 1000 salariés, 10% en juillet pour celles de 250 à 1000 salariés. Il est vrai qu’aucune sanction n’est prévue pour celles qui ne répondent pas. Un coup de com.’ dont est coutumier le pouvoir.
RATP. Elle vient de publier ses comptes 2018. Le bénéfice se monte à 126 millions d’euros (+10,5%). Ce résultat est dû à la hausse permanente des titres de transports, sur un moindre service rendu aux usagers.
Peugeot Sochaux. L’accord qui vient d’être passé ne concerne qu’un atelier qui doit être transformé pour accueillir de nouvelles fabrications mais il est significatif du degré de compromission des syndicats réformistes. Il s’agit de l’horaire de l’équipe de VSD (vendredi, samedi, dimanche) qui passe de 10 à 12h par jour. Pour la direction il s’agit de constituer des stocks tampons en prévision de possible arrêts de productions liés aux travaux. La CFDT justifie son accord sous prétexte qu’il s’agit de volontariat. La CGT- qui n’a pas signé- indique que le contrat de travail de ces ouvriers comporte une clause d’obligation d’accepter les modifications d’horaires.
Les accords signés il y a trois ans chez Peugeot et Renault arrivent à leurs termes. Ils doivent être rediscutés cet automne. Le patronat va en profiter pour aggraver encore plus les conditions de travail dans les usines. L’attitude des syndicats réformistes ne laisse aucun doute sur leurs positions.
Idée. (Voir l’hebdo de cette semaine, article « Le capitalisme peut-il s’améliorer ») La campagne se poursuit. Dans « les Echos » (5.09) un certain X. Fontanet, par ailleurs professeur à HEC, grand défenseur du capitalisme et pourfendeur du service public termine son article en écrivant le but réel de cette tentative de réhabiliter le capitalisme en écrivant : Le chemin est encore long, mais tout peut arriver. Ce serait une manière de sortir, à la française du concept de la lutte des classes et une excellente nouvelle.
Cette campagne se mène aussi aux USA ou les 200 PDG des plus grandes entreprises regroupées au sein du Business Roundtable viennent de publier une déclaration pour « un capitalisme des parties prenantes ».

Monde.
Jordanie. Grève des enseignants pour une augmentation de salaires de 50% avec manifestation à Amman réprimée par la police. Le ministre a répondu par une fin de non- recevoir à la revendication.
Chine-USA. Les décisions de Trump sur l’augmentation des droits de douane sont entrées en vigueur au 1er septembre. Les USA augmentent leurs droits de douane de 15% sur 125 Mds d’importations chinoises qui riposte en augmentant les siens de 5 à 10% sur 75 Mds de produits US. Malgré cela Trump affirme que les négociations entre les deux pays sur leurs échanges commerciaux se poursuivent.
Ces mesures commencent à avoir des conséquences sur l’économie chinoise qui a ralenti au deuxième trimestre. Elles ont aussi pour conséquences de pousser les entreprises US implantées en Chine à envisager des délocalisations vers d’autres pays du Sud-est asiatique pour échapper aux droits de douane. Une manière d’affaiblir la Chine dans le cadre de la lutte pour la suprématie mondiale.
UE. C. Lagarde, future présidente de la Banque centrale Européenne, a été entendue par les députés européens sur sa vision de la politique monétaire qu’elle entend mettre en œuvre. Elle a confirmé la politique d’abondance monétaire envers les banques et déclare Nous ne devons pas être dirigé par les marchés mais nous devons les écouter et les comprendre. Les comprendre pour répondre à leurs exigences. En passant elle a eu le couplet écologiste obligatoire.

Imprimer

France.
Luttes.
Grève de 24h. Le 26 août des journalistes de FR3 qui protestent contre la suppression du journal de Soir3 le jour même et de son rattachement à Radio France. Utile mais un peu tard.
La Poste. Roquebrune (Alpes Maritimes). En grève depuis 20 jours pour s’opposer à une réorganisation qui entraine une aggravation des conditions de travail. La CGT Poste départementale a organisé une manifestation de soutien devant le bureau avec l’ensemble des postiers du département.
Kéolis (transport, Dijon) Grève des conducteurs pour leur sécurité et celle des usagers.
Hôpital d’Eu (Seine Maritime). Grève illimitée à l’hôpital pour des embauches.
Succès. Hôpital de St Afrique (Aveyron). Après quinze jours de grève le personnel obtient des embauches, le paiement pour tous de la prime de 100 euros, l’amélioration des conditions de travail. Dans cet hôpital la CGT n’était pas présente, la CFDT et Sud était les seuls syndicats inactifs. C’est le personnel qui est allé chercher la CGT pour organiser la lutte. A l’issue de celle-ci une section CGT avec 10 adhérents est constituée.
Uber. A Dijon les salariés viennent de créer une section syndicale adhérente à la CGT.
Automobile. Les douanes viennent de publier les chiffres sur le déficit du commerce extérieur en ce qui concerne l’automobile. Ce déficit de la balance commerciale des voitures et pièces détachées est résultat de la politique de délocalisation vers les pays à bas coûts. Pour les véhicules ce déficit se monte à 9 Mds, avec des réimportations massives d’Espagne, Slovénie, de Slovaquie, Roumanie, Maroc. Le déficit attend 3,4 Mds pour les pièces détachées. Une tendance qui va se poursuivre et se développer avec l’annonce de la diminution de la production en France avec une nouvelle vague de délocalisation qui va porter sur 200.000 véhicules/an.
En 2004 l’automobile représentait 333.000 emplois et elle était excédentaire en termes d’exportation. En 2018 -intérimaires exclus- elle n’en compte plus que 185.000.
Travail du dimanche. Carrefour Anger ouvre son magasin le dimanche après-midi. Pour pouvoir contourner l’interdiction il a installé un système entièrement automatique le client fait tout. Il achète, contrôle le prix, paye. Seuls sont présent quelques vigiles et deux membres du personnel pour aider les clients. Une manifestation a eu lieu le premier dimanche d’ouverture pour protester contre celle-ci et la refuser pour les autres marques. Des clients sont repartis sans acheter après discussion avec les manifestants.
Profit. Eiffage (BTP, aéroports, autoroutes) 1er semestre 2019 Résultat net : 290 millions (+ 33,6%).
Arcelor. (Fos, Bouches du Rhône) A obtenu l’accord des services publics pour la mise en chômage partiel de 1400 salariés pour 6 journées d’ici la fin de l’année alors qu’il n’y a pas de baisse de la charge de travail. La CGT dénonce une opération visant à réaliser une économie salariale avec les 800.000 euros versés par les pouvoirs publics. Arcelor a réalisé un profit de 3,2 Mds de $ au 2eme trimestre 2019.
Toujours à Fos depuis le début de l’année des mouvements de grève ont eu lieu chez Esso, dans un dépôt de carburant, Prestalec (sous- traitant d’Arcelor), sans aucun écho dans les médias.
Medef. Vient de tenir son université d’été. Si le nom, le lieu, une plus large ouverture à la société dite civile a eu lieu, sur le fond rien n’a changé. Roux de Bézieux a rappelé les revendications patronales : baisse de cotisations sociales, refus du malus pour les contrats courts, baisse de la dépense publique. A propos de celle -ci il déclare : Ces 57% de la richesse nationale dans la dépense publique interdisent à tout jamais une fiscalité compétitive. E. Philippe, présent avec une dizaine de ministres, a réaffirmé que les « réformes » promises au patronat seront toutes tenues dans les délais prévus.
Monde.
Espagne. Comme annoncé Ryanair confirme la fermeture de quatre de ses bases en Espagne, ce qui se traduit par 512 suppressions d’emplois. Les syndicats appellent à 10 jours de grève en septembre. Les syndicats soupçonnent Ryanair de fermer pour rouvrir sous une autre marque avec des salaires et droits sociaux inférieurs. Quant aux régions espagnoles qui ont été largement subventionnées la venue de Ryanair, elles n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.
Japon. Toyota vient de prendre une participation au capital de Suzuki, autre constructeur japonais. La plus grande partie de l’industrie automobile japonaise achève sa restructuration autour de Softbank qui a piloté l’opération. L’ensemble des constructeurs va travailler en commun sur la voiture électrique et autonome. Une usine de batteries sera construite en Inde.

imprimer

France.
Luttes.
Transavia. Après la grève des hôtesses et stewards c’est le syndicat des pilotes qui a déposé un préavis de grève du 1er septembre au 15 octobre avec comme revendication l’avenir de la compagnie.
Hôtel Ibis (Paris 17e) Les femmes de ménage poursuivent leur grève pour de meilleures conditions de travail et plus de respect de la part de la direction. Installées devant l’hôtel elles donnent chaque jour un concert de casseroles de 9 à 17h.
Hôpital de Nantes. Le personnel du Samu est en grève pour obtenir la prime promise aux urgences.
Succès. Les salariés de Brice (prêt à porter) à la Couronne (Charente) après 3 semaines de grève obligent leur direction à annuler le plan social que celle-ci voulait mettre en place.
Retraite. Sud rail annonce sa participation à la journée du 24 septembre. Le SNPL, syndicat des pilotes, appelle à se joindre à la mobilisation le 16 septembre (les avocats, infirmiers ont décidé de manifester à cette date) contre la réforme des retraites qui met en cause le système complémentaire qui leur est propre.
Le gouvernement va engager une campagne de propagande sous diverses formes pour faire accepter son projet par l’opinion publique,.sans rien en changer sur le fond.
Dividendes. Les entreprises françaises ont été les plus généreuses dans le versement de dividendes au deuxième trimestre de cette année avec 51 Mds de $. Les dividendes mondiaux pour la même période se montent à 513,8 Mds. Les sociétés de gestion prévoient des dividendes de 1430 Mds pour l’année soit une hausse de 4,2%. Le ralentissement de l’économie ne devrait pas avoir de répercussion sur le niveau de ceux-ci.
Casino. Le groupe très endetté annonce une nouvelle vente d’actifs. De 2Mds d’ici à 2021. Un plan de vente pour 2,5 Mds est en cours et doit se terminer au premier trimestre de 2020. Ce premier plan entraine la suppression de 1900 emplois Le deuxième de dit rien des conséquences sociales qu’il pourrait entrainer.
Etudiants. La rentrée va se faire sous le signe des hausses de prix. + 2,97% pour le logement, + 5 centimes pour le repas aux restau U, 2.270 euros pour l’inscription des étudiants étrangers (x par 15). L’Unef réclame une revalorisation des bourses de 20%. Après trois années de blocage elles ne sont revalorisées que de 1,10%.
Endettement. Le crédit facile amène à un endettement (ménage et entreprises) à un niveau record de 132% du PIB. (+4,6% en un an). Cet endettement et les taux négatifs de banques commencent à poser des problèmes qui laissent penser que la fin de cette période de crédit facile est proche.
En revanche le taux du livret A, aujourd’hui à 0,75%, qui fait perdre du capital aux épargnants avec une inflation de 1,1% , pourrait encore diminuer à 0,5% au 1er février prochain lors de la révision du calcul du taux.
G7-Medef. B. Spitz (président de la commission Europe et internationale du Medef) dans un article des « Echos » fixe au G7 les objectifs que le capital voudrait voir adopter. Pas question de remettre le système en cause, il s’agit de le rendre plus présentable pour assurer encore longtemps sa survie, face à la colère des peuples qui agissent contre les excès les plus visibles du capitalisme. Il soutient, sans surprise, les propositions de Macron qui a proposé d’engager une réforme de la mondialisation (ONU 2018). Et de rechercher de nouvelles réponses collectives aux frustrations et aux peurs des opinions publiques, celles qui permettront de réconcilier avec la démocratie, l’économie marché et l’ouverture internationale. Il rappelle la réunion de juillet dernier entre le patronat et les syndicats des pays du G7 qui ont adopté une déclaration pour créer une alliance entre décideurs politiques, économiques et sociaux pour jeter les fondations d’un nouvel ordre international. Sans aucun doute celui de la fin de l’histoire et du capitalisme éternel.
Le patronat international ne compte pas en rester là. Il vient de créer la « Business for inclusive Growth » (intraduisible en français). Cette structure qui regroupe les 40 plus grandes entreprises mondiales -4 millions de salariés, 1000 Mds de CA- se donne pour but de mener des campagnes visant à développer l’idée que le capitalisme peut apporter une solution aux problèmes de l’humanité. Son président serait le français E. Faber, PDG de Danone, qui vient de déclarer : Il est impératif de travailler à des modèles de croissance plus inclusifs alors que 30% des ménages de l’OCDE ont vu leurs revenus réels baisser depuis 2005. Il oublie que Danone n’hésite pas à fermer usines et supprimer des emplois.
BNP. Va supprimer 500 emplois pour les transférer au Portugal. Le nombre de salariés de BNP est passé au Portugal de1454 en2013 à 4931 en 2018. Sept banques de l’Europe de l’Ouest ont annoncé 31.240 licenciements dans les années qui viennent.

Monde.
Allemagne. L’industrie automobile qui emploie 800.000 salariés est en mauvaise posture. Les exportations-un des points forts sont passée entre 2017 et 2019 de 350.000 à 300.000 par mois, tandis que les productions à l’étranger en premier en Chine s’écroulent. Conséquences : le renvoie des salariés en CDD et intérimaires.Tous les grands équipementiers connaissent des difficultés avec des profits en baisse.et les constructeurs prévoient des « économies » importantes. Ce n’est pas seulement le virage vers le véhicule électrique et autonome qui explique cette situation qui touche bien au- delà de l’Allemagne mais la baisse du pouvoir d’achat de la grande masse des acheteurs toutes les marques. Tous ont monté en gamme pour vendre plus cher et réaliser plus de profits au détriment des voitures moins coûteuses. La France en est un bon exemple avec un parc auto qui ne rajeuni pas malgré toutes les aides à l’achat de voitures neuves. Il est toujours entre 7 et 8 ans d’âge.
D’après un journal allemand, le gouvernement serait prêt à renouer avec le déficit budgétaire pour compenser la baisse des recettes fiscales dues au ralentissement de l’économie.
Le groupe Bayer vend pour 7,6 Mds sa division de santé animale à l’américain Elanco.
Hong Kong. Les manifestations dites « pro démocratiques » commence à inquiéter la finance internationale. Deux banques implantées dans la ville HSBC et Standard Chartered viennent de lancer au travers de publicité un appel au retour de « l’ordre ». Hong Kong est la troisième place boursière internationale avec une capitalisation de 4.863 Mds de $. Sa monnaie alignée sur le dollar depuis 1988 recule par rapport à celui-ci. La place financière de Hong Kong rayonne sur la Chine et toute l’Asie du Sud- Sa monnaie est en -train de perdre des parts de marché au profit de Singapour et des places chinoises. BNP, Axa, Société générale, Crédit Agricole y réalisent de juteux chiffres d’affaires :4,375 Mds d’euros et y emploient plus de 6.000 salariés.
Chine-USA-Taïwan. La vente par les USA de 66 avions de combat et d’autres matériels militaires à Taïwan pour 8 Mds de $ aggrave encore la tension dans la région et les relations Chine-USA.La Chine qui n’a jamais reconnu Taïwan comme un Etat mais qui considère que l’île fait partie de la Chine annonce des mesures de rétorsions contre les fabricants US de ces matériels.
D’autre part la guerre commerciale Chine-USA à des répercussions bien au-delà des deux pays. Une nouvelle fois le FMI s’inquiète du ralentissement de la croissance mondiale, de l’endettement des pays émergents qui se monte à 69.100 Mds de $ soit 216% du PIB des pays concernés. Pour donner un regain de souffle à leurs économies l’Inde, la Nouvelle Zélande, la Thaïlande ont décidé d’abaisser le loyer de leurs monnaies.
Les fonds spéculatifs envisagent comme probable la baisse de l’euro de 1,05 à 1,10 face au dollar qui serait décidée à la prochaine réunion de la BCE en septembre.