Gantry 5

 

Algérie : Un débat passionnant à Sorbonne Université

    Le Cercle Universitaire d’Études marxistes (CUEM, www.cuem.info) a organisé une réunion débat le 8 avril sur le thème: « Algérie une révolte qui vient de loin ». La participation importante et active à ce débat a montré l’intérêt et le soutien que de nombreux militants politiques, syndicaux et associatifs accordent à cette question et de leur solidarité avec les luttes du peuple algérien.
Le mouvement qui s’est déclenché en Algérie est décrit par les média en France comme une forme de « dégagisme » ne portant que sur les aspects de la candidature du président sortant et sa capacité ou non à gouverner et au delà sur la question formelle de la démocratie.

Cette façon de décrire les choses a pour intérêt évident d’éviter de parler des causes profondes des luttes qui se mènent en Algérie et de leurs enjeux de classe à l’échelle nationale et internationale.
    C’est le mérite de cette réunion débat d’avoir replacé la question de l’Algérie dans son contexte historique comme dans celui des affrontements de classe qui s’y déroulent.
    Cette réunion ne fut donc pas une simple réunion d’information. Elle l’a été en ce qu’elle a tenté de démêler les fils complexes de l’histoire d’un point de vue de classe mais elle a été surtout un acte militant de solidarité avec les travailleurs, les paysans, la jeunesse qui constituent le meilleur du peuple algérien dans leur lutte pour la liberté, pour une Nation algérienne démocratique et sociale débarrassée de l’exploitation capitaliste et repoussant les interventions impérialistes.
    Nous l’avons dit dans le titre de l’invitation : « Algérie, une révolte qui vient de loin ». Cela ne doit rien au hasard, l’histoire aujourd’hui en Algérie s’écrit avec l’encre de son histoire qui depuis la brutale et meurtrière colonisation française de 1830 est celle de la lutte pour l’indépendance et la dignité. Après la guerre, dès 1945, les luttes furent violemment réprimés par le colonisateur français. A partir de 1954, début de la lutte armée pour l’indépendance la répression fut la réponse militaire du pouvoir colonial français. Cette répression fit plusieurs centaines de milliers de morts elle fut organisée et soutenue par les forces politiques en France de l’extrême droite au parti socialiste. N’est- ce pas Mitterrand ministre de l’intérieur en 1954 qui déclarait : « l’Algérie c’est la France » et fit guillotiner des militants algériens et français anti colonialistes ! N’est -ce pas Jean-Marie le Pen qui participa à la torture en Algérie mise en œuvre sous la responsabilité du pouvoir colonial français, puis fut un suppôt de l’OAS dont l’action terroriste ensanglanta l’Algérie et la France!
Le PCF, avec les difficultés qu’Alain Ruscio rapporte dans son livre : « Les communistes et l’Algérie » et des intellectuels comme Jean Paul Sartre défendirent l’idée de la paix et de l’indépendance.
    La victoire du peuple algérien, de l’Armée de Libération Nationale, sous la direction du FLN, a ouvert une période historique nouvelle, celle de la construction d’un État indépendant maître de son destin. Cette construction ne s’est pas faite et ne se fait pas sans heurt, sans contradiction et sans lutte. Là comme ailleurs, partout dans le Monde, c’est la lutte des classes qui domine les rapports sociaux et détermine les grandes tendances de développement. C’est à partir d’une analyse de classe que nous serons en mesure de mieux comprendre les évolutions de la situation, les positions des uns et des autres en Algérie, mais aussi des pressions qui s’exercent de la part de l’impérialisme en particulier français qui évidemment n’est pas neutre et veille au grain de ces intérêts et à la possible prédation des richesses gazières et pétrolières de l’Algérie comme ils le font depuis le début.
    Pour aider à mieux comprendre la réalité des luttes en Algérie, nous avons décidé de publier intégralement le texte de l’introduction au débat que vous trouverez en cliquant sur ce lien.

Déclaration du secrétaire national du parti Révolutionnaire COMMUNISTES à propos de la situation en Algérie

Chers amis et camarades,
    Depuis des mois, le peuple algérien avec ses travailleurs, sa jeunesse, ses paysans, lutte avec détermination par de puissantes grèves et manifestations dans tout le pays pour satisfaire ses légitimes revendications.
    Les richesses de l’Algérie sont pillées depuis des années par les multinationales capitalistes au profit d’une minorité alors que les conditions de vie et de travail s’aggravent, ces richesses doivent revenir à ceux qui les créent.
    Nous menons ce combat en France, la lutte des classes est internationale. C’est pourquoi nous soutenons la lutte du peuple algérien dans sa recherche et la construction d’une voie révolutionnaire pour abattre le capital.
    Nous suivons avec attention les évolutions de la situation dans le pays et nous exprimons notre entière solidarité au peuple qui lutte et notre soutien fraternel au PASD.
Paris le 8 avril 2019

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche