frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine n° 19 du 25 mai 2021

France
Ouverture des dimanches : Les salariés du commerce n'ont pas a payer davantage la crise sanitaire !!

agent territoriaux

Faire grandir les luttes partout et tous ensemble

Le ministre de l'économie Bruno Le Maire annonce à la mi-mai des mesures relatives à l'extension des ouvertures des commerces le dimanche.
Depuis plus d'un an d'efforts au péril de leur santé physique et mentale, les salariés subissent toutes les attaques du gouvernement et du patronat : PSE à répétition, polyvalence à outrance, réquisition des jours de congés. Maintenant, le gouvernement veut leur imposer de travailler tous les dimanches au détriment de leur vie personnelle !!!
Pour la fédération CGT du commerce et des services, il ne saurait être question de sacrifier encore et toujours les salariés du commerce sur l'autel du profit d'un patronat avide et cupide.
De véritables augmentations de salaires, une réelle reconnaissance des qualifications et de meilleures conditions de travail sont leurs principales revendications et cela en déplorant comme à son habitude les positions du gouvernement aux ordres du patronat.
Le dimanche doit rester un jour de repos commun à l'ensemble des salariés du commerce.

Renault : Fermeture du site de Choisy-le-Roi. «Un accord trouvé avec les syndicats »
A la fin du mois de mai, cela fera un an que les salariés auront appris officiellement que l'usine fermerait.
Cette fermeture est la conséquence d'un plan d'économies de 2 milliards d'euros mis en place d'ici 2024. Le syndicat FO annonce fièrement qu'un accord sur les conditions de départ des salariés a été conclu.
La décision de fermeture a fait l'effet d'une bombe sur ce site historique, qui avait célébré ses 70 ans quelques mois auparavant. Le site de Choisy-le-Roi est le seul en Europe a être spécialisé dans « l'échange standard », la remise à neuf des pièces pour l'après-vente de Renault, de Nissan Europe et de Daimler. Le projet en cours inclut également l'arrêt de la production automobile à Flins-sur-Seine en 2024. Flins qui compte aujourd'hui 2600 salariés, doit être reconverti et doit récupérer l'activité de Choisy-le-Roi.
Pour FO, première organisation syndicale à Choisy « la priorité a été de donner une solution pour tous les salariés, sur la base du volontariat », avec les mesures nécessaires pour accompagner celles et ceux qui souhaiteraient aller à Flins, aller sur un autre site Renault, ou qui choisiraient de quitter l'entreprise.
Encore un fleuron de l'industrie automobile sacrifié sur l'autel du profit. Les salariés, dans le système capitaliste, sont considérés comme une simple marchandise, qu'on achète au moindre prix, qu'on déplace selon les besoins et qu'on licencie au bon vouloir des « plans économiques » après les avoir rémunérés au moindre coût.

Intermittents du spectacle : Premières avancées pour les salariés du spectacle toujours mobilisés.
Alors que les lieux de spectacle vont réouvrir, de premières avancées ont été obtenues par les intermittents qui occupent une centaine de lieux culturels dans toute la France.
Après 2 mois d'occupations, de manifestations, d'actions spectaculaires, de débats publics, le gouvernement, sous la pression commence à entendre les travailleurs de la culture : les ministres de la Culture et du Travail ont annoncé la prolongation de l'année blanche jusqu'au 31 décembre 2021.
Leurs droits au chômage seront prolongés, même s'ils n'ont pas travaillé les 507 heures habituellement exigées. Il y aura ensuite des mesures de rattrapage pendant 12 mois. Pour les moins de 30 ans, l'accès à l'intermittence sera provisoirement abaissé à 338 heures.
30 millions d'euros vont être débloqués pour aider certaines structures à faire travailler les intermittents dans les mois qui viennent.
Les précaires du culturel, mobilisés depuis plus de 2 mois continuent à demander l'annulation de la réforme de l'assurance-chômage, qui a pour but de diminuer drastiquement le montant des allocations à partir du 1er juillet. Les travailleurs les plus touchés seraient les plus précaires : intermittents, contrats courts, temps partiels, intérimaires.
Les directions des lieux occupés sont plus ou moins coopératives du mouvement en cours, les occupants entendent bien prendre la parole pour informer le public.
Après plus de 2 mois d'occupation, les travailleurs du spectacle ont quitté le théâtre de l'Odéon le dimanche 23 mai, pour s'installer au 104, autre lieu culturel parisien. Les intermittents ont décidé que l'arrêt des spectacles, serait contre-productif à leur juste cause.
Une fois de plus, comme notre parti révolutionnaire Communistes l'affirme : seule la lutte paye, seule la lutte fera reculer les prétentions archaïques du gouvernement Macron.

PPG à Bezons : La fermeture ne passe pas.
Plus de 200 emplois menacés dans cette usine de mastic pour l'industrie. Nous protégeons et embellissons le monde, tel est le slogan du groupe américain PPG, leader mondial pour les peintures et les revêtements pour l'industrie. Implanté dans 70 pays et employant 46 000 salariés, PPG veut fermer l'usine de Bezons et licencier les 208 salariés. Ceux-ci sont en grève illimitée depuis le 29 avril.
L'Inspection du Travail a refusé le PSE en retenant notamment, l'insuffisance de l'évolution et de la prévention des risques en matière de santé et de sécurité des salariés au cours de la fermeture progressive du site !!!
Devant les grilles de l'usine créée en 1904, le piquet de grève tient 24 heures sur 24 et un blocus a été organisé. Les salariés n'empêchent personne d'aller travailler, mais rien ne sort de l'usine, et rien n'y rentre. L'usine tourne au ralenti, des matières premières commencent à manquer. La colère grandit chez le personnel de ce site racheté en 2015 à Hutchinson et spécialisé dans les mastics pour l'aéronautique et l'automobile.

La Poste : La fédération CGT se félicite de la journée nationale de grève et de manifestations du 18 mai. Les initiatives d'actions en cours dans les entreprises des activités postales et de télécommunications, doivent sans attendre se prolonger et s'amplifier. Pour répondre à ces exigences, elle confirme sa volonté de rechercher l'unité d'action la plus large à tous les niveaux.
La FAPT réaffirme sa volonté de multiplier tout au long du mois de juin les initiatives d'actions locales, délégations de masse, arrêts de travail, assemblées générales, pour exiger des directions d'entreprises la réponse aux revendications qui continuent de s'exprimer avec force et unité.
La FAPT appelle d'ores et déjà à une nouvelle semaine de convergence des luttes dans l'ensemble des entreprises du secteur des activités postales et de télécommunications du 21 au 25 juin, avec un temps fort unitaire de grèves et de manifestations le 22 juin.

Agents Territoriaux Pyrénées Atlantiques : Ne nous laissons plus faire !
Depuis 2010, nous subissons le gel de nos traitements, les déroulements de carrière sont bloqués. La loi dite de « transformation de la Fonction Publique » détruit le statut des territoriaux. Les CHS-CT disparaissent à l'échéance de 2022 avec la fusion des Comités Techniques. Avec le vol des congés dans certaines collectivités, les suppressions d'emplois continuent. Rappelons l'objectif de Macron : suppression de 70 000 emplois dans la territoriale. A ce jour, nous en sommes
à 54 000 !!!.
La précarité s'amplifie avec la création « des contrats de projets », alors que de nombreux salariés sont encore « non-titulaires » !!!
Les salariés de la territoriale exigent les titularisations partout des collègues occupant des emplois permanent comme le prévoit la loi de 1984.
Les territoriaux subissent des conditions de travail déplorables, une mauvaise ambiance au travail et les arrêts maladie liés au travail constants.
Les territoriaux seront dans l'action la plus large possible le mardi 15 juin 2021.

Monde:
Mali : Les banques et les administrations en grève.
A l'appel de la principale organisation syndicale malienne, la grève paralyse les banques et les services publics à Bamako. Le mouvement de protestation a démarré lundi 17 mai, dans un contexte social et politique qui se tend sous les autorités de transition.
L'Union Nationale des Travailleurs du Mali, syndicat de fonctionnaires et de salariés du secteur privé, a lancé un mouvement de grève de 4 jours, après l'échec des négociations avec le gouvernement sur les salaires, les primes et les indemnités. Le syndicat prévoit un mouvement illimité si les négociations n'aboutissent pas favorablement pour les salariés. « La grève est largement suivie dans les banques, le trésor, la douane et les impôts ».
Dans toutes les régions du Mali et à Bamako, l'administration est paralysée.
Cette mobilisation sociale va de pair avec de nouvelles tourmentes politiques dans le pays, et s'amplifie depuis 9 mois, après le coup d'état militaire. Les colonels ont installé des autorités de transition qu'ils continuent de dominer et devraient rendre le pouvoir à des civils élus début 2022.

Grèce : Grandes manifestations contre le projet de loi anti-ouvrier.
Des milliers de travailleurs à Athènes et dans d'autres villes de Grèce ont répondu à l'appel des syndicats contre le nouveau projet de loi anti-ouvrier, qui abolit la journée de travail de 8 heures et met de nouveaux obstacles à l'action syndicale. Ils précisent au gouvernement et au patronat qu'ils ne deviendront pas les esclaves du 21ème siècle. Les principales revendications exprimées sont la journée de travail de 7 heures , 5 jours par semaine.
Les salariés demandent des augmentations de salaire et des réponses aux besoins vitaux, comme la santé et la sécurité dans les lieux de travail.
A Athènes, la grande manifestation s'est terminée devant le parlement, et en passant devant le Ministère du travail, les manifestants sont changé son nom en « Union des Employeurs de Grèce » !!!

Articles en lien avec notre site :
rapport au bureau national du 19 mai

Imprimer cet article