frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine n° 14 du 21 avril 2021

FRANCE
Morbihan : Un 1er mai de lutte est prévu, avec manifestation et un débat autour de la Fonderie de Caudan.

cortege EDF

Manifestation des salariés d’EDF

L'avenir de la Fonderie de Bretagne que le groupe Renault veut vendre est en suspens. Les 350 salariés demandent notamment le soutien du gouvernement pour sauvegarder l'usine au sein de Renault, bénéficiaire de milliards d'euros d'aides de l'état et de la région Bretagne depuis de nombreuses années, c'est à dire du contribuable. La confirmation d'une table ronde au Ministère de l’Économie se fait attendre et les salariés ne resteront pas les bras croisés face aux menaces de fermeture du site de Caudan.

ADAPEI : Les oubliés du Ségur : Dans la Nièvre, les salariés du foyer Beauvallon disent leur colère et réclament la même augmentation de salaire que leurs collègues du secteur public. Les salariés locaux de l'ADEPEI ont affiché jeudi dernier leur mécontentement à l'occasion de la journée nationale d'action pour la revalorisation des salaires. Les travailleurs du médico-social privé à but non-lucratif ne font pas partie des bénéficiaires de l'augmentation mensuelle de 183 euros nets que le personnel du public perçoivent, en faisant le même travail qu'eux. «Cet oubli » vient s'ajouter aux 25 % de perte du pouvoir d'achat subi en 20 ans dans leurs métiers, faiblement rémunérés et de ce fait , de moins en moins attractif. Les salariés, avec leur syndicat CGT demandent le respect de l'équité pour cette revalorisation, dont tous les personnels doivent bénéficier.

Stellantis (PSA / FIAT): Trois mois après sa création, Stellantis délocalise déjà vers la Hongrie.
Créée en janvier 2021, avec la bienveillance du gouvernement, Stellantis délocalise des activités installées depuis plus de 50 ans en France. Plus de 800 personnes ont manifesté devant l'usine à Douvrin (Pas de Calais) samedi dernier, pour protester contre la délocalisation d'un moteur à essence en Hongrie, synonyme « de mort programmée » de l'usine ou travaillent actuellement 1.646 personnes (dont 1.143 en CDI).
Selon les syndicats, l'usine risque de ne plus avoir de production d'ici 2025, avec le probable arrêt du moteur Diesel en 2023 et la délocalisation annoncée fin février de la production des moteurs essence EP génération 3, vers l'usine OPEL de Stentgattard en Hongrie en 2023. Ce qui se dessine, c'est la mort programmée de « la Française de Mécanique ». Pour rappel : le Conseil Régional a déboursé 81 millions d'euros et les 3 intercommunalités 40 millions.

AESH : Les Accompagnants d’Élèves en Situation de Handicap sont de nouveaux en grève. Alors que le gouvernement met en avant « l'inclusion sanitaire », la réalité dénoncée par les professionnels est celle de la précarité et de l'absence de reconnaissance.
Avant on accompagnait 1 ou 2 élèves , aujourd'hui une AESH peut avoir 6 élèves. En sachant que le contrat hebdomadaire moyen est de 24 heures, cela revient à 4 heures d'accompagnement par élève chaque semaine. Le personnel en grève demande un accès à un véritable statut et une sortie de la précarité. Les salariés signent aujourd'hui des CDD de 3 ans, renouvelables 1 fois. Au bout des 6 ans, les CDI sont rares, et le SMIC est de rigueur pour les rémunérations. La mise en œuvre des PIAL (Pôle Inclusif d'Accompagnement-Localisé) a mis le feu aux poudres, ce système doit être généralisé en 2022 et a commencé en 2019. Un PIAL regroupe plusieurs établissements scolaires sur un territoire donné. Le problème des distances accentue les difficultés, soulève une salariée, « 18 km depuis l'établissement principal, sans transport urbain » , quand on gagne 760 euros par mois, il est difficile de payer l'entretien d'un véhicule, d'y mettre de l'essence et de manger à la fin du mois !!! Le temps partiel de 24 heures par semaine est la norme, autrement dit le salaire mensuel tourne autour de 700 à 800 euros par mois.

AIRBUS : La direction d'Airbus communique sur ses pertes financières et entretient ainsi un climat anxiogène de crise. Pourtant les résultats sont loin d'être mauvais, avec un résultat opérationnel positif et un carnet de commandes confortable.
Le résultat de plus 1,5 milliard d'euros montre que l'entreprise se porte bien avec un niveau de livraison élevé (566 avions livrés, 9 A 400, et 300 hélicoptères). A titre de comparaison, en 2015, Airbus livrait 635 avions et versait 1 milliard d'euros de dividendes aux actionnaires. Certains secteurs économiques sont à l'arrêt (tourisme, culture, restauration), c'est loin d'être le cas de la filière aéronautique. Le carnet de commande reste à un niveau très élevé, soit près de 10 ans de production enregistrés.
La production et le carnet de commandes ne justifient pas les suppressions d'emplois par milliers à Airbus et particulièrement pour la chaîne de sous-traitance !!!
La trésorerie d’Airbus reste à un niveau élevé avec 4,3 milliards d'euros, et encore, c'est le paiement de l'amende pour fait de corruption de 3,6 milliards début 2020 qui vient plomber la trésorerie.
Il faut rappeler que cette amende est liée aux pratiques de la direction générale du groupe sous la présidence de Thomas Inders qui est parti avec une retraite « confortable » de 38,6 millions d'euros.
L'argent public est utilisé pour restructurer la filière à la main d'Airbus, dont l'objectif est de faire plus de profits sur le dos des salariés.

Loi Climat : « Passoires thermiques » !!!
Adopté à l'unanimité à l'Assemblée Nationale lundi dernier, « l'interdiction de la mise en location des passoires thermiques » en 2028 n'est qu'un trompe l’œil. La réalité est toute autre !!!
Ce que le gouvernement appelle « l'interdiction » n'est en fait que le gel des augmentations de loyers pour une passoire thermique. Les propriétaires pourront continuer à toucher les loyers actuels, tranquillement, sans obligation de rénovation.
Les bailleurs ont l'obligation légale de mettre en location « un logement décent », la loi change le critère de « décence » pour les logements classés F ou G. Mais en cas de logement «indécent », c'est au locataire de se manifester et d'en appeler à la responsabilité du bailleur, d'abord en conciliation, puis devant le juge !!!
Cette demande exige une bonne connaissance du droit et des moyens financiers pour prendre un avocat.
C'est au propriétaire de supporter « l'indécence », pas au locataire.
La rénovation des passoires thermiques doit être obligatoire et les enjeux environnementaux et sanitaires méritent mieux que les effets de langages d'une macronie qui continue de se plier aux exigences des lobbies immobiliers.
Il est indispensable que l’État mettre sous tutelle les propriétaires défaillants au nom de la mise en danger de la vie des locataires, mais aussi sur le critère de la mise en péril environnementale.

IBM : Pour s'opposer à des suppressions d'emplois et à une scission des activités, les salariés du géant de l'informatique, en grève vendredi dernier se rassemble via Zoom et Twitch.
En quelques mois, la direction d'IBM France entend diviser son effectif, actuellement de 5000 travailleurs par deux. Un quart des postes (1200) sera supprimé avec un PSE, 1300 autres salariés seront transférés dans Kyndryl, une entreprise qui n'existe même pas encore. Mener une lutte de cette ampleur sur 3 sites distants (Nice, Montpellier et Paris) et en télé-travail complet, alors que la direction interdit aux syndicat d'utiliser les moyens de communication interne pour informer les salariés, le défi est de taille.
La CGT a pris le pari d'organiser chaque jeudi, des Assemblées Générales sur Zoom, le logiciel de visioconférence pour chacun des sites et environ 200 salariés y assistent chaque semaine.
Vendredi 16 avril, les salariés mobilisés de tous les sites se sont réunis dès 9h00, l'AG et des actions se sont déroulées toute la matinée, que tout le monde peut suivre sur Twitch.
Les salariés d'IBM entendent lancer une véritable télé-grève .
Le PSE concerne la France et n'est aucunement justifié économiquement, et le groupe IBM Monde se porte aussi très bien. En plus d'être injustifié, ce « plan social » met en danger l'entreprise, en s'attaquant à des secteurs critiques, comme les commerciaux, dont l'effectif va fondre de 30 %.
Les salariés entendent s'opposer aux projets néfastes d'IBM et prouvent par leurs actions innovantes que la modernité n'est pas un frein aux luttes en cours.

Comité de Défense des Hôpitaux Bichat / Beaujon : A l'hôpital Bichat, la 3ème vague sanitaire continue, plus violente avec des patients de plus en plus jeunes. Les malades sont aussi nombreux qu'il y a 1 an, mais aussi beaucoup plus jeunes. La vie des soignants est intenable, avec son cortège de gardes et d'heures supplémentaires. « On est des variables d'ajustement » souligne une soignante, tout comme les patients non-Covid « qu'on arrive plus à soigner ». Au cours de cette « 3ème vague », des centaines d'opérations ont été déprogrammées : à Bichat, 60 % des opérations prévues ont été repoussées à des dates ultérieures !!!
Les salariés de l'AP-HP ont manifesté vendredi face au siège à Paris, contre le projet de centre hospitalier à Saint-Ouen, censé remplacer Bichat et Beaujon. 400 lits en moins et 1000 postes supprimés pour 2028 si l'hôpital Grand Paris-Nord voit le jour. Le Covid-19 démontre le besoin de lits, de soignants, surtout dans un bassin de vie en forte densification. Le syndicat CGT déclare que le projet de grand hôpital est un symptôme des politiques de restrictions budgétaires mis en place par le directeur de l'AP-HP Hirch et le ministre Véran.
L'AP-HP a signé en décembre 2020 une promesse d'acquisition du site de l'ancienne usine PSA de Saint-Ouen afin de finir de brader le service public de santé au profit du privé.

MONDE
Venezuela : Le Venezuela va produire un vaccin anti-Covid cubain, à hauteur de 2 millions de doses par mois à partir d'août, a annoncé le président Nicolas Maduro. Le Venezuela participera aux essais cliniques de phase 3 de ce vaccin, avec lequel Cuba a déjà commencé à vacciner fin mars 124 000 personnels de la santé.

Articles en lien avec notre site Communistes
Bercy veut accélérer ses attaques sur la dépense publique.

 

Imprimer cet article