Gantry 5

 

Espagne : Une crise politique profonde

La quatrième élection en quatre ans a accouché d’une situation sans surprise. Lassés par les tergiversations des politiciens au service de la bourgeoisie beaucoup d’espagnols ont renoncé à voter et la participation de 69,87 % est en recul de 5,87 %. Les deux grands partis espagnols le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) en recul et le Parti Populaire (PP) en progrès qui gouvernent l’Espagne en alternance au service du grand capital monopoliste sont à nouveau dans l’incapacité de former seuls un gouvernement.

A leur côté Ciudananos, une variante macronique ibérique, s’effondre, tandis que Podemos, chantre de la modernité de « gauche » et ses alliés du Parti Communiste Espagnol sont en net recul. Dans ces conditions, les tractations vont être complexes pour trouver une formule capable de faire avaler aux travailleurs espagnols de nouveaux reculs sociaux. Car, c’est bien de cela qu’il s’agit, en Espagne comme en France le capital doit amplifier l’exploitation du travail salarié. Les profits sont pris dans le contexte d’une concurrence mondiale exacerbée entre les grandes firmes multinationales. Alliance de gauche, ou alliance de droite c’est la même politique qui se prépare et c’est pourquoi, le succès des néo-fascistes de VOX qui deviennent la troisième force politique n’est pas pour inquiéter la grande bourgeoisie espagnole, comme le Rassemblement National en France, cette organisation est un nouveau fer au feu du capital.
Le Bureau Politique du Parti Communiste des travailleurs d’Espagne (PCTE) souligne bien le sens de ces résultats électoraux : « Face à cette situation de banqueroute sociale-démocrate et au net progrès des positions ultra-nationalistes et ultra-libérales, il est nécessaire de souligner que, si le bloc dominant est radicalisé, la classe ouvrière doit réagir en conséquence. Le Parti communiste doit agir comme un barrage de confinement face aux attaques à venir et progresser rapidement dans le développement de l'organisation dans les lieux de travail, les centres d'études et dans les quartiers populaires et ouvriers...Notre engagement à construire un pays pour la classe ouvrière est inébranlable. C'est notre engagement envers tous les travailleurs et travailleuses de notre pays et il continue à se renforcer en tant que parti et en tant que classe. »
C’est bien ce travail de développement du parti révolutionnaire qui est seul de nature à modifier la situation et à ouvrir la voie à un changement révolutionnaire. Que les camarades du PCTE soient assurés de la solidarité internationaliste de notre parti.

Imprimer cet article

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche