Gantry 5

 

Poutine Macron : une rencontre au sommet de puissances impérialistes d’Europe

Le G8, réduit à 7 après que la Russie en fut exclue pour cause de rattachement de la Crimée à la fédération de Russie, se réunit les 27 et 28 août à Biarritz sous la présidence de la France. Son ordre du jour (n’éclatez pas de rire) ! : la lutte contre les inégalités.
Plus sérieusement ces réunions des puissances impérialistes ont comme finalité de faire le point sur leurs rapports de force et donc sur l’état des affrontements au sein même de l’impérialisme en mesurant la solidité des alliances et leur évolution.

Rien d’étonnant donc que la puissance qui préside le G7, en l’occurrence la France, se livre à une intense activité diplomatique. Ce que fait effectivement le président Macron en recevant à Brégançon, sa résidence d’été, V. Poutine président de la Fédération de Russie et B. Johnson premier Ministre du Royaume Uni. Le choix n’est pas fortuit, la Russie si elle n’est pas une puissance impérialiste majeure de par son économie est une puissance militaire importante qui pèse lourd en Europe et au Moyen- et Proche-Orient et tout particulièrement en Syrie où son appui a donné les moyens au pouvoir syrien pour faire reculer les activités des milices financées par les puissances occidentales et leurs alliés locaux. Sur les points de la situation dans le Donbass et en Syrie, aucun progrès n’était possible et ils n’ont pas eu lieu. Pour l’Ukraine dirigée par un pouvoir fascisant qui interdit de fait le Parti Communiste d’Ukraine et récemment le journal historique de la classe ouvrière ukrainienne « Rabotchnaia Gazeta » (La Gazette du Travail ), l’enjeu pour la Russie c’est la menace que fait peser à sa frontière occidentale l’intégration de l’Ukraine dans le dispositif militaire de l’OTAN. Pour la Syrie, le contrôle de la région renvoie à celui des ressources énergétiques et des routes de circulation de ces dernières. La tension entretenue par les USA contre la souveraineté de l’Iran en est un récent témoignage. Cependant, même si les intérêts de l’impérialisme français et russe divergent, il n’en reste pas moins que les sanctions internationales contre la Russie et la Chine imposées par les USA télescopent les intérêts des monopoles européens. Sans parler d’alliance, il y a la recherche d’un consensus minimum permettant de placer un ton plus haut les rapports avec la puissance impérialiste majeure que sont les USA. D’où la position de la France qui a permis le retour de la Russie au sein au sein du Conseil de l’Europe, ce dont Le président russe a pris soin de remercier M. Macron. Tout le reste, et en particulier le numéro de duettiste de Macron et Poutine lors de la conférence de presse, sur la répression à Moscou et à Paris de mouvements sociaux importants et dont la presse a fait ses choux gras, n’est là que pour amuser la galerie.
Les travailleurs et tout le peuple n’ont rien à attendre de tout cela, ni pour la paix du Monde, ni pour la défense de leurs droits. Poutine à Moscou sert les intérêts du capital russe comme Macron sert les siens à Paris. Ils s’attaquent l’un et l’autre aux conquêtes sociales de la classe ouvrière, c’est vrai en particulier en dynamitant les droits à la retraite ce qui vaut d’ailleurs à Poutine une chute spectaculaire de popularité. L’intérêt commun des travailleurs russes et français, c’est la lutte des classes, la solidarité internationaliste pour mettre fin au système d’exploitation capitaliste à Moscou comme à Paris, c’est pourquoi, nous sommes solidaires des luttes des travailleurs et des communistes russes.

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche