frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Elections américaines : Trump ou Biden une fausse alternative au service du capital

Les élections présidentielles, aux Etats-Unis, se tiendront le 3 novembre. Elles se dérouleront dans le contexte d’une crise économique, sanitaire, écologique et politique de la première puissance impérialiste du monde.

Aux Etats-Unis , le taux de chômage a bondi à 8,4 %, 16,1 % chez les jeunes.
* Les grandes compagnies aériennes américaines ont commencé à licencier 32.000 agents du secteur aérien, Cineworld, la deuxième chaîne de cinéma au monde, licencie 45.000 travailleurs, Disney va licencier 28.000 de ses 100.000 employés dans ses parcs aux États-Unis. La chaîne de grands magasins JCPenney fermera 149 magasins et supprimera 15.000 emplois. Dans l’éducation 280.000 travailleurs ont perdu leur emploi. Le PDG de Southwest Airlines, Gary Kelly, a déclaré que tous les employés devraient subir une réduction de salaire de 10 pour cent d’ici le 1er janvier 2021… Toutes ces entreprises ont bénéficié de milliards de dollars de fonds de la loi CARES(1) et de réductions d’impôts
* 695.000 travailleurs ont quitté la vie active. Le nombre de chômeurs de longue durée sans emploi depuis 27 semaines ou plus a augmenté de 781.000 pour atteindre 2,4 millions. Ces travailleurs ont épuisé la limite de 26 semaines de prestations de chômage de l’État, et cinq autres millions de travailleurs licenciés atteindront cette limite au cours des deux prochains mois. La question de la prolongation des allocations de chômage n’a pas été mentionnée une seule fois par les candidats au cours des débats électoraux.
* 28 millions d’Américains risquent d’être expulsés de leur logement.
* La faim s’étend. Une récente enquête menée par le Bureau américain du recensement en août a révélé que 10,5 pour cent des adultes, soit 22,3 millions de personnes, affirment ne pas avoir les moyens de nourrir correctement leur famille. En août, les banques alimentaires du réseau Feeding America ont distribué environ 593 millions de repas, soit une augmentation de 64%. Le besoin total d’aliments caritatifs au cours de l’année prochaine est estimée à 7700 tonnes, soit plus de trois fois la distribution de l’année dernière.
* crise sanitaire : les Etats-Unis cumulent le plus grand nombre de morts : 230 000 depuis le début de la pandémie. il n’y a toujours pas de stratégie contre l’épidémie. Chez Amazon, 20.000, employés américains ont été testés positif pour le coronavirus. Son PDG Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, a accru son profit, comme tous les capitalistes, de 30,6% pendant la pandémie de Covid-19, atteignant désormais les 147,6 milliards de dollars , au détriment de la santé et de la vie des travailleurs surexploités.
* Le réchauffement climatique, après les incendies en Californie, c'est la moindre des préoccupations de Donald Trump. Il a même osé déclarer : « ça finira par se refroidir, vous verrez ».
Les Démocrates et les Républicains dépensent des fortunes considérables pour leur campagne électorale, chaque camp est soutenu financièrement par les multinationales. Les deux grands partis en lice représentent exclusivement la classe dirigeante : le capital.
Cette élection ne pourra pas exprimer les aspirations réelles du peuple américain. Le candidat démocrate, Joe Biden, n’incarne pas l’aspiration au changement de politique qui s’exprime dans ce pays. Des sondages ont montré que près de 70 % des jeunes se déclarent prêts à voter pour un "candidat socialiste ". Mais, aucun candidat ne portera, à l’échelle nationale, les aspirations de changement radical de millions de jeunes et de travailleurs américains. Les dirigeants de la gauche réformiste américaine comme Sanders multiplient les appels à voter pour Joe Biden. Au nom du prétendu « moindre mal». Non, Joe Biden n’est pas le moindre mal, il est un candidat de Wall Street.
Les politiques antisociales et impérialistes des différents gouvernements démocrates, ont fait le lit de Donald Trump en 2016. Joe Biden n’inspire aucune confiance à la majorité des Américains les plus pauvres, il est le représentant du capital. Nancy Pelosi sa colistière déclarait, qu’ils préserveront la : «continuité du gouvernement».
La mobilisation des jeunes et des travailleurs est comme dans tous les pays capitalistes, la seule voie pour vaincre les politiques réactionnaires de Trump ou de Biden pour défendre leurs propres intérêts ! Ils ripostent : il y a des manifestations du personnel de la santé, des protestations des enseignants,…
Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, qui a peur que les luttes se développent, a mis en garde contre une «pandémie de l’inégalité», il averti: «Dans un monde interconnecté, où les gens sont plus informés que jamais… avec une pauvreté croissante et une baisse des revenus médians, cette pandémie de l’inégalité menacera de plus en plus le maintien de l’ordre social et de la stabilité politique». La classe dirigeante sait qu’elle fait face à une colère sociale de masse qui peut prendre une forme explosive, qui peut affirmer son caractère de lutte de classe anticapitaliste. Trump voit "rouge" dans chaque protestation et manifestation, il voit le danger de la «gauche radicale» et du «socialisme».
L’opposition croissante des travailleurs et des jeunes aux inégalités sociales, aux assassinats par les policiers a fait éclater toute la colère qui bouillonne dans la société américaine. Toutes ces luttes ont besoin de converger car avec Trump ou Biden les questions fondamentales de classe demeurent. Il est fondamental pour Les travailleurs et les jeunes de se lancer dans une lutte politique contre le système capitaliste et les deux partis qui le défendent. Le capitalisme américain et ses serviteurs produisent la misère sociale, il faut qu’ils s’en débarrassent. C’est au peuple de prendre les rênes du pouvoir, d’exproprier les capitalistes milliardaires. Dans ce combat politique, la question de la maîtrise des moyens de production est centrale pour développer une grande politique économique et sociale au service du peuple américain et de sa jeunesse.

(1) CARES : date du 27 mars 2020. C’est un plan de relance du pouvoir américain de 2.200 milliards de dollars, d’aide aux entreprises                                                                                                               Imprimer cet article

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche