Gantry 5

 

Comité National 7 septembre : Compte rendu de la discussion

*Un camarade de Paris : Il a des luttes dans les grands centres de tri PTT ; il y a des interrogations, comment faire converger les luttes. La journée d’action du 24 septembre contre la réforme des retraites pourrait être un début de convergences des luttes. Il évoque le pouvoir d’achat. Entre 2007 et 2019, par ex., les retraites ont été bloquées. Alors que les logements augmentent, les retraités comme les étudiants sont confrontés à ces questions.

 *Un camarade de la faculté Jussieu : Nous devons insister sur la convergence des luttes pour faire face aux objectifs du capital, bien expliquer le fond de chaque question. Le gouvernement mène une bataille idéologique. Sur les retraites il tente de dévier le fond en développant la propagande sur les régimes spéciaux. Nous devons bien monter la cohérence de la politique du capital et pourquoi. Il évoque ceux qui expliquent qu’on peut améliorer le capitalisme (Piketti) parce que le capitalisme est le seul système. Nous devons monter sa réalité – la recherche du profit – l’exploitation – le résultat –ce qu’est le capitalisme aujourd’hui, son développement, les conséquences pour le peuple. Au cœur du rassemblement il y a la lutte contre le capitalisme, il n’est pas réformable. Concernant le « Brexit » en grande Bretagne, au niveau du gouvernement on voit bien l’affrontement dans la bourgeoisie anglaise entre ceux qui sont partisans de l’alliance avec les USA et ceux qui veulent se tourner vers l’Europe. En ce qui concerne la jeunesse, nous voulons débattre avec les jeunes des questions qui les concernent, en particulier de leur avenir. Nous allons préparer une initiative dans les prochaines semaines.

"Je veux faire part au Comité National du décès de notre camarade Nicolas Spathis, que beaucoup connaissent, qui fut un militant de notre cellule à la création de notre Parti."

*Une camarade de Paris : Le capital mondial pour se développer a besoin de trouver de nouvelles sources de profits, de dominer, d’exploiter. La concurrence mondiale capitaliste pour être en bonne place est acharnée. Macron doit donner au capitalisme français les moyens maximum, c’est la raison fondamentale de ses « réformes ». Il peut avancer en fonction du rapport des forces. Il y a des luttes dans de très nombreuses entreprises, des luttes déterminées et qui s’étendent comme celle des hôpitaux expriment le refus de la régression, exigent des revendications capitales. La convergence des luttes est décisive devant l’attaque généralisée du capital. Comment y arriver ? Ce n’est pas simple. Il faut bien mieux montrer le rôle de la CFDT partenaire du pouvoir, des forces politiques. Il y a la droite et le RN de M. Le Pen, et tous les partis « de gauche », les écologistes, le PCF qui disent vouloir améliorer le capitalisme mais pas l’abattre. Nous devons sur chaque question, donner à connaître la réalité, à comprendre les objectifs du capital. Par ex. concernant la santé, le capital ne veut plus rien payer. La santé c’est 500 milliards par an, si le capital gère avec le privé, les assurances, c’est une source de profits fabuleux. Il faut beaucoup insister sur cette réalité que seule la lutte peut stopper la régression. Si Macron aujourd’hui lance des « consultations » et contourne les questions, c’est qu’il craint les luttes, il cherche à déminer le mécontentement mais il ne va pas s’arrêter, donc il faut les faire converger. En 1946, De Gaulle a accepté le système de Sécurité Sociale et des retraites parce que le rapport des forces ne lui donnait aucune autre possibilité.

*Un camarade du Calvados : souligne la cohérence de l’attaque du capital pour transformer la société française. Macron a été mis en place par le capital pour mettre en œuvre sa politique. Les capitalistes veulent que tout soit sous leur contrôle ( on le constate dans le département, par ex. dans le département chez Peugeot, Renault, EDF…). Les monopoles français doivent lutter à l’international dans la concurrence capitaliste mondiale, l’Etat français doit leur donner les moyens. Au plan économique, le renversement de situation, la menace de récession, entraîne la nécessité d’accélérer les réformes.
*Un camarade de Jussieu : Le « Brexit » montre un affrontement dans la bourgeoisie sur quel est le meilleur moyen d’avancer les intérêts du capital. On a vu le même phénomène aux USA dans l’affrontement entre Trump et Clinton sur la stratégie américaine à l’égard de la Chine ou de la Russie. En France, pour les jeunes, une question importante : le prix des loyers, le coût des logements. C’est un sujet sur lequel nous devons nous exprimer plus fort. Ex. à Paris : 10.000 euros le m2, ce n’est plus possible, avec les JO ça va encore augmenter y compris dans les banlieues populaires. Plus ça augmente, plus ça expulse les couches populaires. Sur l’écologie, il y a une grosse manipulation de l’opinion de la part du pouvoir et de certains scientifiques ; ils jouent l’ignorance et la peur. Ex. on parle des forêts, il faut les préserver mais, 75% des forêts françaises appartiennent au privé. Ils ne parlent jamais de la propriété privée, on doit expliquer.

*Un camarade des PTT : Confirme que les travailleurs ne peuvent plus se loger. La question des salaires est primordiale. Le 24 septembre il faut aller à cette journée de lutte sur les retraites mais aussi sur les salaires. Il souligne qu’a côté de la pauvreté en France il y a des richesses fabuleuses. B. Arnault ( LMVH) est aujourd’hui la 2ème fortune mondiale .

*Un camarade de la Somme : Explique qu’il y a des restructurations chez les bailleurs dans le logement social ( il y a fusion de syndicats mixtes de au -dessous de 12.000 logements) . Dans la Somme c’est l’ancien patron de Wirpool qui prend la main.

*Une camarade de l’Indre : Le loyer nécessite généralement 50% du salaire, qui et trop bas. Dans la bataille, sur bien des sujets – S. Sociale – retraites-, il y a la question du salaire qui est trop bas. Ce n’est pas une question facile. Pour la journée du 24 septembre pour l’instant il y a la CGT. La réforme des retraites est un véritable changement de système, le patronat va se dégager. PH. Martinez dit qu’une autre réforme est possible. Non, il faut dire qu’il faut garder le système par répartition et qu’il faut l’améliorer. Concernant ADP, ce référendum entretient des illusions. Le gouvernement veut tout privatiser, la Poste, la Française des Jeux…. Il faut lutter contre les privatisations. La privatisation de la Poste va conduire à des pertes d’emplois ( 80.000 ont déjà été supprimés). En ce qui concerne le salaire des fonctionnaires, depuis2010 le point d’indice est bloqué.

*Une camarade de Vendée : Revient sur l’écologie, sur les discours qui visent à contourner les questions. On culpabilise les gens pendant que les capitalistes continuent à polluer la planète. Ex, le train de marchandises Perpignan, les halles de Rungis est supprimé et 1.500 camions transportent les marchandises quotidiennement par la route.

*Une camarade de Paris : Il faut expliquer qu’en 30 ans la part des salaires dans la richesse produite en France ( PIB) a diminué de 10% au profit du capital. Cela représente 40 milliards d’euros de manque à gagner pour le financement des retraites.
*Un camarde de Jussieu : Nous devons être clairs sur les affrontements impérialistes. La chine qui appartient au système impérialiste est dans ces affrontements.

*Un camarade de Paris : La plupart des nouveaux millionnaires ( entre 2017 et fin 2018 + 253.000), font leur fortune dans l’immobilier. Dans l’enseignement la stratégie de Blanquer pour diviser les enseignants entre eux, par ex dans les zones d’éducation prioritaires, se sert des primes : pour ceux qui sont en zones dites « simples » ou « renforcées » les primes varient, elles peuvent aller de 145 à 345 euros. Ces primes deviennent parfois un enjeu majeur des syndicats, hors, il faut parler des salaires.

*Une camarade de Loire Atlantique : Souligne également que nous devons dire que le référendum sur ADP est une illusion. En ce qui concerne l’écologie, l’opération montée en direction de la jeunesse est insupportable, elle détourne des véritables problèmes, elle a un impact chez les lycéens. Elle cite également la propagande en direction des enseignants, on leur remet des publications ou on peut lire « l’enseignant doit être heureux » afin que les élèves le soient. On vide le savoir et on appelle à développer la « sophrologie, la méditation de pleine conscience » !! C’est inquiétant pour ce qui se passe à l’école, nous avons beaucoup à faire sur ces questions. Au CHU de Nantes la grève est très suivie ; il ya une manifestation la semaine prochaine ; la cellule de notre parti est très présente et active, elle se réunit le 9. Nous avons un plan de travail départemental – Loire Atlantique, Vendée- de diffusion régulière de la propagande dans les entreprises comme Air-bus et dans les quartiers populaires.

*Un camarade du Calvados : La pratique des primes se fait partout, dans les usines. Par ex chez RVI il n’y a pas 2 salaires équivalents. Avec les primes, l’intéressement utilisé pour appâter les salariés. Les entretiens individuels avec les salariés se généralisent. En 30 ans, le salaire de base a perdu 30%. Il rappelle qu’en ce qui concerne les retraites, il y a 8 millions de chômeurs qui évidemment ne cotisent pas pour les retraites. Outre nos habituels distributions dans les entreprises, nous avons décidé d’aller aux Havre sur plusieurs marchés pour faire connaissance et présenter notre Parti aux habitants, car nous avons eu aux élections européennes un nombre importants d’électeurs qui ont voté pour notre Parti.
*Un camarade de Paris : Il faut revenir sur les salaires c’est fondamental.
Le Comité National, après la discussion générale a eu un échange sur les initiatives en cours ou à susciter dans les départements. Des contacts sont pris avec les lecteurs de notre journal 4 pages qui va sortir avant fin septembre. Un camarade a donné l’exemple de 5 lecteurs dans une localité du Cher avec lesquels le contact est en cours.

*Un camarade de l’Eure : a rappelé l’importance de notre site et de notre hebdo internet qui sont une source très importante pour faire connaître nos analyses, notre politique et avoir des contacts.
*Un camarade de la Nièvre : souligne que pendant la campagne électorale non seulement il y a eu beaucoup de réactions sur ce que nous avons écrit mais nous avons trouvé des personnes disponibles pour nous aider et pour adhérer.

*Un camarade du Calvados : a expliqué que la cellule à l’occasion d’une initiative sur un marché a invité 5 lecteurs que nous connaissons.

En conclusion, Tonio Sanchez, secrétaire National :

Notre discussion a confirmé que nous devons sur chaque question, bien montrer la réalité, expliquer les objectifs de Macron, du capital, pourquoi, la lutte de classe qui se mène actuellement. Expliquer notre politique, le rôle de la lutte, pourquoi la convergence des luttes est décisive, comment faire pour avancer.
Macron craint les luttes, il lance des « consultations », il tente de montrer qu’il écoute mais ne va pas s’arrêter, le capital a besoin de ces réformes. Pour le stopper, imposer des revendications, il n’y a que la lutte partout et tous ensemble de plus en plus puissante et déterminée.
Nous devons continuer à montrer ce qu’est la politique des autres partis, où elle mène.
Nous devons appeler en même temps à la lutte politique contre le capital qui est la cause de la situation, à expliquer la nécessité de lutter pour l’abattre et changer de société. Il est important de continuer à parler de ce qui se passe dans le monde entier dominé par le capital, de parler des luttes, d’apporter notre solidarité.
Nous retenons aussi qu’il faut davantage parler, écrire sur la question du logement, sur le salaire de plus en plus bloqué, alors que la partie essentielle des revenus du salariés remplace de plus en plus le salaire par des primes… diverses , l’intéressement…
Nous devons aussi consacrer plus de temps à élargir notre audience, au renforcement du Parti.

Imprimer

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche