Gantry 5

 

Comité National du 16 mars - Compte Rendu

    Compte tenu de la situation ce samedi à Paris, plusieurs manifestations, des stations de métro fermées…, nous avons dû écourter notre réunion. Plusieurs camarades de Province n’ont pas pu de ce fait y participer.
Résumé de la discussion :
*Un camarade des Hauts de Seine. Explique que dans la fonction publique territoriale les conditions de travail s’aggravent. Par ex. au nettoiement, on augmente le temps de travail mais on ne rémunère pas le travail supplémentaire, le bulletin de paie est le même. La règle imposée c’est « travailler plus pour le même salaire ».


*Un camarade de Paris. Souligne qu’en liaison avec la casse du service public dans tous les secteurs, la répression se développe de la part des directions contre les militants syndicaux qui sont dans les luttes. On le voit à la SNCF, à la Poste, à EDF. Les salariés se mobilisent un peu partout contre les sanction. Par ex. il y a eu ces jours dernier un rassemblement important contre les sanctions à Montigny les Bretonneux. Il y a de nombreuses luttes dans les entreprises, elles demandent à être amplifiées. Il y a aussi des luttes dans d’autres pays contre les méfaits du capitalisme, part ex. au Mali ; nous devons être attentifs à ce qui se passe dans le monde.
*Une camarade de Vendée. Il y a un grand mécontentement, mais chez les retraités de son département, une difficulté à mobiliser car ils sont sceptiques sur la possibilité d’obtenir des résultats. Elle rappelle que la fin du « grand débat national de Macron » coïncide avec l’anniversaire du CNR ( Conseil National de la Résistance) ; il faut rappeler les conquêtes qu’on a obtenues, résultat de la lutte des travailleurs, du peuple, pour libérer la France et abattre le nazisme.
*Un camarade de Paris. Le pouvoir et le capitalisme ont des capacités phénoménales avec les médias, de récupération et de détournement du mécontentement, de l’exigence de vivre mieux. Il rappelle que les médias (journaux, radio, télévision…) appartiennent aux groupes capitalistes les plus puissants et au gouvernement qui sert leurs objectifs. Concernant l’écologie, ils détournent de la réalité. Le capital pour le profit est le premier grand pollueur : ex. le transport maritime avec la circulation permanente de centaines de containers de produits polluants est aux mains des multinationales. Il y a des luttes nombreuses à la poste. Chez Schneider-electric, aux élections professionnelles, la CGT a dépassé 60%, la direction a tenté de constituer une liste CFDT mais elle n’a pas trouvé assez de candidats.
*Une camarade de Loire Atlantique. Parle de la « marche pour le climat », de l’opération pour entrainer la jeunesse sur cette question (la grève des lycéens) pour les détourner des vraies question qui la concernent, pendant que le Ministère de l’éducation accroît les moyens de la sélection ( l’obligation faites aux élèves des lycées de choisir par ex. de ne pas faire de maths dès la 1ère – parcoursup pour les terminales) et de saborder leur avenir. Elle souligne qu’il y a des luttes nombreuses dans les entreprises et nos tracts sont bien accueillis. La semaine une grande distribution est organisée au terminus du tramway à proximité de l’Université et de plusieurs entreprises. Elle sait par un camarade du Mans que chez Renault et dans plusieurs entreprises, nos tracts sont bien reçus et font discuter.
*Une camarade de Paris. Partout dans le monde, la situation des peuples, la régression a pour origine : la domination du capitalisme. Pour se développer il a besoin, d’exploiter plus le peuple, les ressources de la planète, d’imposer sa domination y compris par la guerre. Ex ces jours-ci de l’Algérie qui a des ressources ( le pétrole), 30% des jeunes de 16-24 ans sont aux chômage, victimes de la précarité. On voit le mouvement de révolte populaire qui veut un changement de système. La question est posée, comment faire pour que le mouvement arrive à imposer une alternative de progrès social durable ; c’est le début d’un mouvement de lutte, l’issue n’est pas écrite ; c’est la lutte de classe. Chez nous le mécontentement est grand, il a des luttes, une aspiration au changement mais beaucoup de gens sont désorientés. Nous devons voir le rôle des partis politiques : Les Républicains et le Rassemblement National sont comme Macron au service du capitalisme (Lors du débat à A2 avec M. Le Pen, à aucun moment la réalité de la situation n’a été abordée par aucun des « contradicteurs » ni par M. Le Pen). Mélenchon, le PCF, Le PS, les Verts…veulent partager les richesses, « changer » l’Europe, défendre la planète contre le réchauffement climatiques avec Berger de la CFDT et Hulot, mais aucun ne touche au capitalisme, n’appelle à lutter contre. Nous sommes le seul parti à appeler à la lutte anticapitaliste sans répi jusqu’à l’abattre. Bien sûr dans ces conditions, la lutte est dure mais nous savons que c’est le seul chemin valable pour stopper la spirale infernale de l’exploitation capitaliste, des réformes Macron. Nous devons beaucoup expliquer qu’il faut faire grandir encore plus les luttes dans les entreprises mais qu’il est indispensable de le faire converger de plus en plus pour leur donner de la puissance pour faire reculer l’offensive actuel du capital avec Macron. Il y a des doutes sur la possibilité d’aboutir, mais on voit en regardant le passé, jamais on est certains par avance de l’issue d’une lutte. On sait aussi que si elle est forte, on peut obtenir de grandes revendications.
*Un camarade de la Nièvre. Pour la campagne des européennes nous devons mobiliser tous nos adhérents, voir ceux qui pour des raisons diverses se sont éloignés de l’action militante, nos sympathisants aussi et on s’aperçoit qu’on a des résultats, dès qu’on les contacte ces camarades participent volontiers au travail. Nous l’avons expérimenté et cela est très positif, nous sommes plus nombreux pour aller dans les entreprises.
*Un camarade du Calvados. La répression des entreprises s’est accrue depuis la publication des ordonnances de 2017. Ces ordonnances ont permis au patronat de supprimer 2 mandats d’élus sur 5. On a besoin d’expliquer beaucoup pourquoi la nécessité de la convergence des luttes ( des salariés disent : manifester une fois par mois ne sert à rien), de travailler à développer la lutte de plus en plus grande dans les entreprises. Pour les européennes nous allons faire des réunions publiques d’autant plus que comme nous avons une liste nous avons droit à des salles gratuites. La souscription est lancée. Nous avons besoin de sommes considérables pour cette bataille. Il faut partout lancer un appel à tous celles et ceux qui nous soutiennent.
A. Sanchez, en conclusion du CN est revenu sur la campagne électorale des européennes.
Nous allons dans quelques jours publier la liste de nos candidat( e)s. L’axe de notre campagne sera notre appel à la lutte sans concession contre l’Europe capitaliste qui applique la loi fondamental du capitalisme mondial, impose des régressions à tous les peuples d’Europe. Cette Europe s’est construire contre les peuples et agit contre eux. Nous expliquerons notre conception des relations entre les peuples, notre conception des coopérations entre les nations et pour instaurer une politique de paix et de désarmement. Nous rappellerons les possibilités immenses de développement, de progrès social, économique en Europe, accaparés aujourd’hui par le capital avec les gouvernements à son service. C’est la lutte de classe qui fera avancer les exigences de changement des peuples et non les compromis avec le capital en Europe comme en France.
Nous allons préparer partout avec nos candidat(e )s des débats avec les travailleurs dans les entreprises , des réunions publiques où nous inviterons largement. Nous appellerons à soutenir la seule liste qui appelle à lutter contre cette Europe capitaliste.

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche