Gantry 5

 

L. Berger Secrétaire Général de la CFDT récidive.

A propos de la réforme des retraites de Macron, L. Berger, partenaire du gouvernement et du MEDEF, écrit dans le JDD ( journal du Dimanche) après quelques précautions de langage: « Notre système de retraites doit pourtant évoluer pour répondre aux aspirations nouvelles des travailleurs et la CFDT milite en ce sens depuis longtemps…..Les travailleurs doivent pouvoir organiser eux-mêmes leur départ et mieux choisir l’âge auquel il survient…Voilà ce qui constitue les enjeux essentiels d’une réforme des retraites aujourd’hui ».

Or on sait et L. Berger le sait, que non seulement le capital ne veut plus rien payer pour les retraites mais qu’il veut récupérer un marché de 325 milliards annuel pour augmenter ses profits ( avec la capitalisation, les assurances privées) .
La CFDT refuse évidemment toute action des travailleurs contre cette réforme de régression sociale
Déjà :
-en 2003 et 2007 : Raffarin sous Chirac et Fillon sous Sarkozy, allongent la durée de cotisations et s’attaquent aux régimes spéciaux. Chérèque avec la CFDT accepte les décisions du gouvernement et jure que cela va sauver le système !. Il refuse d’appeler aux mobilisations.
-en 2010 : Sarkozy-Fillon portent la durée de cotisations à 41,5 ans et l’âge de départ à 62 ans. Chérèque secrétaire général de la CFDT, alors que des millions de salariés manifestent, écrit dans lke journal « Le Monde » : « Le nouveau système devra prendre en compte l’augmentation progressive de l’espérance de vie, à la fois par l’augmentation de la durée de la cotisation et si nécessaire, des taux de cotisations. Mais si nous vivons encore plus longtemps en meilleure santé et si nous devons travailler plus longtemps pour sauver nos retraites, c’est le principe de la retraite au choix ( à la carte) qui devrait prévaloir ».
-en 2015 : les retraités manifestent dans toute la France contre le gel des retraites complémentaires, contre la baisse des pensions de réversion, contre les attaques contre le système des retraites. La CFDT refuse l’action commune
-Aujourd’hui : contre la réforme Macron des retraites, contre le plan de régression sociale de Macron, dans tous les domaines, qui veut tout soumettre au capitalisme pour le profit maximum, des luttes se développent dans le pays .
L. Berger avec la CFDT a une constante. Il est partenaire du Gouvernement et du MEDEF, il refuse tout ce qui peut contribuer à l’action des travailleurs, du peuple, pour stopper Macron et imposer des revendications.
Contre la réforme des retraites et toutes les régressions, une 1ère journée a eu lieu le 24 septembre. Il y a de nombreuses luttes dans tout le pays. La CGT – FO- la FSU – Solidaires – l’UNEF ont publié un communiqué. Ils appellent l'ensemble des salariés du secteur privé comme du secteur public, des retraité-es, des privé- es d'emploi, des jeunes, à une journée de grève interprofessionnelle le jeudi 5 décembre. La CFDT refuse de participer.
Développer la lutte de tous celles et ceux qui subissent cette politique est urgente. Plus que jamais, l’action partout, la convergence des luttes est indispensable. A une attaque d’envergure, il faut construire une riposte d’envergure.

Notre Parti est dans les luttes.

Il mène aussi la lutte politique indispensable contre le capitalisme qui exploite le peuple.

Imprimer

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche