Gantry 5

 

Écologie : les faiseurs d’illusions !

Depuis quelques jours la machine politicienne et médiatique s’est à nouveau emballée. S’agit-il de mettre en garde contre les dangers d’un affrontement militaire dans le Golfe, du péril que représente pour l’Humanité la course aux armements nucléaires, de s’inquiéter de la progression de la faim dans le Monde, de s’attaquer au chômage de masse en particulier chez les jeunes… ? Non ! Il s’agit de sponsoriser l’intervention d’une jeune fille venue « spontanément » convaincre les députés français qu’il fallait lutter contre le réchauffement climatique.

Ces derniers sont d’ailleurs en ordre de bataille puisqu’un groupe « transpartisan » de 160 d’entre eux est à l’œuvre tous groupes confondus pour partir à l’assaut du réchauffement, tout en se gardant bien de parler de la cause fondamentale de la situation aujourd’hui : le capitalisme dont les décisions continuent à détruire la planète. Pour le reste la majorité d’entre eux continuent à voter des lois scélérates contre les salariés.
Macron de son côté participe à l’œuvre consensuelle en affirmant récemment qu’il avait besoin des luttes des jeunes pour sauver le climat ! Lui et ses pareils, tous au service du capitalisme, ne manquent pas de culot quand la France est de toutes les agressions impérialistes contre les peuples. Les bombardements, le soutien à des dictatures sanglantes, l’exploitation sans vergogne des ressources naturelles et des Hommes, tout cela bien entendu ne compte pas pour dégrader la planète et messieurs de Rugy et Hulot écologistes emblématiques n’ont pas levé le petit doigt pour condamner les opérations néo coloniales en Afrique au bénéfice des grands monopoles!
Contre ces agressions contre l’Humanité, qui sont dans la nature même du capitalisme, ni les hommes du pouvoir, ni le patronat n’appellent bien évidemment la jeunesse à manifester. Elle doit se contenter, selon eux, de dévoyer son aspiration légitime à un monde meilleur et plus juste pour tous dans un combat qui ne met pas en cause le système d’exploitation de l’Homme par l’Homme.
Car enfin, c’est bien dans des rapports sociaux existants que les sociétés humaines tirent de leur environnement ce qui est nécessaire pour leur survie et pour la reproduction des rapports de classe. Le capitalisme qui domine la société en France comme dans le monde, a comme seule boussole la réalisation du profit maximal et l’accumulation du capital entend maintenir des rapports sociaux d’exploitation. Il se fout comme de sa première chemise de l’écologie. Elle lui sert exclusivement à orienter la consommation vers de nouveaux marchés quitte à détruire les anciens et à justifier une austérité renforcée pour les travailleurs partout dans le monde.
Ainsi, le pouvoir et le patronat font aujourd’hui la promotion de la voiture électrique, au détriment des moteurs thermiques. Moins de pollutions disent-ils, pourtant, il ne faut pas être un grand clerc pour mesurer l’aberration écologique que représente un tel choix en prenant en compte la production nouvelle d’électricité nécessaire et le problème des matériaux pour la fabrication des batteries : qui en parle ?
Rester dans le capitalisme qui programme un recul de société pour le peuple, pour sa jeunesse, qui détruit et privatise les services publics, ne peut donc pas changer les choses. Tout montre que ce qui tire le monde en arrière, bloque le développement de l’humanité aujourd’hui, c’est le capitalisme lui-même. Il n’y aura pas d’autre solution viable et durable pour les milliards d’êtres humains que de prendre en main leur destin en se débarrassant de ce système social basé sur l’exploitation de l’Homme par l’Homme. Ce n’est pas dans un mano a mano entre les exploiteurs qui détruisent homme et nature et exploités que se trouve la solution. Elle n’est que dans la lutte révolutionnaire pour abattre le capitalisme.

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche