frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Le groupe Peugeot applique scrupuleusement la loi travail imposée par le gouvernement Macron.

On connaît le groupe Peugeot comme étant un véritable laboratoire antisocial, influent à l’UIMM (branche métallurgie du Medef), il dicte ses exigences en matière de droit du travail et met en œuvre sitôt votées, les lois que les gouvernements successifs appliquent en toute complaisance et complicité.

C’était déjà le cas sous le gouvernement Hollande. Sitôt la loi El Khomri votée, un accord de «compétitivité » (on ne les compte plus) a été conclu et signé par FO–CFDT–CGC début juillet 2016.
Cet accord, vanté par Hollande, a eu pour conséquence la suppression de 2300 emplois en 2017, la flexibilité accrue du temps de travail en l’adaptant au carnet de commandes, le développement du travail de nuit, rien sur les salaires.
Peugeot veut aller plus loin :
A Vesoul (plate-forme logistique) qui compte 3000 travailleurs, PSA veut augmenter le temps de travail de 7,8 % pour le porter de 35 à 37 heures 45, les salaires ne seraient compensés que de 2,8 %.
Le groupe PSA comme le patronat français considère le travail comme un « coût » qu’il faut baisser. De plus, 150 emplois en CDI seront supprimés chaque année jusqu’en 2020 accentuant encore la précarité.
La direction locale du groupe, au cours d’un reportage télévisé a été on ne peut plus claire : «si l’accord est signé, le salarié devra l’appliquer sinon il sera licencié comme le permet la loi travail» Rappelons qu’elle a été approuvée par FO (majoritaire à Vesoul) et la CFDT.
Les travailleurs avec la CGT locale ont cessé le travail les 17 et 18 Mai derniers et annoncent leur participation à la manifestation du 22 Mai.
C’est la seule voie à prendre pour s’opposer à ce nouveau coup bas contre les salariés pour développer les profits du groupe qui a réalisé 65,2 milliards de chiffres d’affaires et 3 milliards de bénéfices en 2017.
Par ailleurs, la famille Peugeot a accumulé 4 milliards de patrimoine et Carlos Tavares, le président du groupe, à l’instar des PDG du CAC 40 (voir notre site) gagne 18350 € chaque jour!!
Il faut en finir avec ce système qui exploite le travail pour le profit de ceux qui possèdent les moyens de production. Il faut par la lutte quotidienne les leur arracher, c’est la seule voie possible pour que cela change vraiment.

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche