Gantry 5

 

Contre la réforme des retraites, la lutte continue Un temps fort jeudi 6 février

Lundi débutait l’examen du projet de loi du gouvernement sur les retraites :
*des manifestations avaient lieu dans toute la France, réunissant plusieurs milliers de manifestants des professions libérales, avocats, médecins, infirmiers, kiné et même pilotes de ligne, des commissaires au compte et experts-comptables…Tous criaient leur colère contre la réforme des retraites.

*Cinq syndicats de soignants libéraux et du paramédical appellent à la grève illimitée à partir du 3 février.
*Dans l’enseignement de nombreux établissements sont bloqués, professeurs et lycéens dénonçant une réforme qui accentue les inégalités entre établissements
*Les éboueurs sont mobilisés depuis décembre contre la réforme des retraites, les déchets commencent à s’entasser
*l’ensemble de la Fonction publique de l’État est appelée à la grève pour les journées allant du 10 février au 23 février
*treize organisations de personnels hospitaliers (médicaux et non médicaux) appellent à une journée de grève et de manifestations le vendredi 14 février.
*ça bouillonne dans les facs avec de nombreuses initiatives comme les personnels précaires, les bibliothécaires…
*Dans de nombreuses entreprises il y a des luttes pour les salaires, les conditions de travail, contre les suppressions d’emplois…
*RATP, SNCF, ENGIE, dockers, chimie… continuent la lutte
Face à ces mobilisations, la répression du pouvoir se fait violente, les policiers gazent, matraquent les lycéens, mise en garde à vue de militants, sanctions disciplinaires à la RATP, chez ENGIE… Militants trainés devant les tribunaux…
Du côté des partis politiques, ils sont préoccupés par les échéances municipales, chacun avance ses pions :
A l’assemblée Nationale ou la bataille d’amendements a commencé en commission, le recours au 49.3 pourrait être pour le gouvernement, le meilleur moyen pour imposer rapidement sa loi. Les Républicains sont favorables à la défense des intérêts du patronat et à l’allongement du départ en retraite, le Rassemblement National de M. Le Pen demande le retrait du projet pour se donner l’apparence de parti « du peuple », en réalité il défend lui aussi les intérêts du patronat, il se prononce pour la « baisse des charges » dont les entreprises seraient « écrasées».
Ce n’est donc pas des débats et des votes au parlement que sortira la solution pour le peuple: le retrait du projet de loi.
La solution est dans la poursuite et l’élargissement du mouvement de grève, des luttes partout, tous ensemble, contre cette réforme des retraites.
La bataille idéologique s’intensifie. Le capital utilise ses forces pour démontrer que la seule société possible est celle qu’il impose.
Aucun parti ne veut s’attaquer au capitalisme. Les changements politiques que proposent les autres partis ne sont que trompe-l’œil, impasses et piège tendu au peuple, car le capital n’accepte pas de partager.
Le capitalisme a un besoin impérieux de faire toujours plus de profits, dans un contexte de concurrence acharnée entre grands monopoles. Il doit pour cela liquider toutes les conquêtes sociales qui entravent l’exploitation des salariés.
Il faut combattre en permanence le capitalisme, le combattre jusqu’à l’abattre pour construire une société au service du peuple.

C’est à cette tâche incontournable à laquelle sont confrontés ceux qui luttent.
C’est le combat de notre parti Révolutionnaire COMMUNISTES. Le rejoindre c’est un pas en avant dans ce combat des travailleurs et du peuple. Pour mener la lutte anticapitaliste, l’existence, le développement d’un parti révolutionnaire est indispensable.

Imprimer cet article

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche