Gantry 5

 

A Davos, l'objectif des leaders de la planète: dicter leur loi, celle du profit maximum

La grande messe du capitalisme s'est tenue en Suisse au Forum de Davos. 1700 dirigeants du secteur privé, 900 dirigeants d'ONG, d'entrepreneurs sociaux, d'universités, d'organisations syndicales, de médias, 60 chefs d'état... C'est là que se prennent les grandes décisions entre décideurs, elles auront des conséquences négatives sur la vie des peuples. A l'occasion de ce sommet l’ONG Oxfam a diffusé un rapport sur la répartition des richesses.

Les multinationales s’enrichissent de plus en plus
69 des plus grandes multinationales mondiales sont devenues plus riches que les nations. Les 10 premières comme Apple, State Grid, Wal-Mart, Shell... ont des revenus cumulés supérieurs aux revenus totaux de 180 pays...
Ce sont elles qui font régner leur loi sur la planète, avec des gouvernements qui sont leurs exécutants. Le rapport note que les Etats sont complices de la fraude fiscale.
Les pays en développement perdent environ 100 milliards de dollars par an en raison de cette fraude et d’exonérations accordées aux entreprises. L’Afrique perd à elle seule 14 milliards de dollars, qui pourrait payer des soins sauvant la vie de quatre millions d’enfants et employant assez d’enseignants afin que tous les enfants africains puissent aller à l’école...
Le rapport révèle que7,6 milles milliards de dollars sont cachés dans les paradis fiscaux.
L'ONG a calculé qu’une ouvrière du textile au Bangladesh mettra une vie entière à gagner ce que le PDG d’une des cinq premières marques de textile au monde empochera en quatre jours. Bill Gates (Microsoft), Jeff Bezos (Amazon) et Warren Buffet possèdent autant que 160 millions d'américains les plus pauvres!
Des riches toujours plus riches, et des pauvres encore plus pauvres.
82% de la richesse créée en 2017 ont été absorbés par 1% de la population mondiale.
A l’échelle mondiale la richesse des milliardaires a augmenté de 524 milliards de dollars l’an dernier pour atteindre 3700 milliards, selon Bloomberg. L’Amérique est le plus inégalitaire des pays riches: trois années de suite que le taux de pauvreté reste supérieur à 15%. De 1993 à 2012, 1% des Américains les plus riches, a vu ses revenus réels grimper de 86,1%.
Le nombre de milliardaires ne cesse d’augmenter 2 043 milliardaires dans le monde. On compte un nouveau milliardaire tous les deux jours. La richesse des milliardaires a bondi de 900 milliards en 2018. Sur la même période, celle des plus pauvres a dégringolée de 11%, toujours selon Oxfam. Une telle somme permettrait d'éradiquer la pauvreté dans le monde.
Dans ce rapport, la France ne fait pas exception. « Les 10% des plus riches détiennent plus de la moitié des richesses nationales quand les 50% les plus pauvres ne se partagent que 5% du gâteau et le nombre de personnes en situation de pauvreté a augmenté de 1,2 millions de personnes en 20 ans».
Dans le monde, près de 850 millions d’individus survivent dans l’extrême pauvreté avec moins de 1,9 dollars par jour.
En 2019, 26 milliardaires détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité, 26 personnes d’un côté, 3,8 milliards de l’autre!...
Le forum de Davos a traité aussi des dégâts que fera la "4eme révolution industrielle" avec le développement de l’intelligence artificielle, la robotique, la nanotechnologie, l’impression 3D, la génétique et la biotechnologie, cela va bouleverser l'économie, le marché du travail. Le Forum de Davos dit: que dans 10 ans, voir 5, la majorité des créations d’emplois se feront dans des activités ou des métiers qui n’existait pas en 2016. «Les changements dans les modes de production vont avoir un profond impact sur l’emploi dans les prochaines années».
7,1 millions d’emplois détruits pour 2 millions créés, le solde net est donc de 5,1 millions d’emplois disparus.
Il s’agit d’une transformation profonde de la société pour la soumettre entièrement aux objectifs du capital.
L’objectif du capitalisme: faire toujours le profit maximum par tous les moyens
Les capitalistes imposent partout des remises en causes des conquêtes sociales de la classe ouvrière, des salariés, pour des profits toujours plus importants dans un développement d’un marché mondial, ou les multinationales s'arrachent les marchés à couteaux tirés, sans entraves, sans de frontières, moins de règles, moins de normes nationales... Tout ce qui limite leurs profits doit être combattu, supprimé. Tout y passe.
Le forum de Davos s’est fait l’écho de la concurrence mondiale capitaliste de plus en plus exacerbée, par ex. la guerre économique entre les USA et la Chine.
Le capitalisme ne partage pas
Comme près de la moitié des richesses mondiales est entre les mains des 1% les plus riches, tandis que 99% de la population mondiale se partagent l’autre moitié, le Forum de Davos, s'est donc « interrogé » sur les inégalités qui peuvent contrarier leur pouvoir.
Notre ministre de l’Économie, Bruno Le Maire a expliqué à ce sommet, «qu’il faut un capitalisme générant moins d’inégalités» ! Les riches jetteraient des miettes aux nécessiteux!
Les dirigeants de l’économie mondiale n’ont nullement l’intention de partager quoi que ce soit.
Rien ne changera fondamentalement de ce côté-là. Mais partout la pression des peuples montent et c'est cela qui les inquiètent car partout émerge des mouvements de lutte. La lutte sociale est irremplaçable pour imposer des revendications, c’est cette lutte de plus en plus forte des travailleurs et du peuple que nous devons développer en France mais elle ne suffit pas pour changer fondamentalement de politique.
Il faut mener la lutte politique
Les moyens existent pour satisfaire les besoins des peuples pour un droit à l’éducation et à la santé, un droit à un travail, un droit à un toit, un droit à vivre décemment, une société respectueuse de l’homme, de la planète.
Le capitalisme est dangereux, pour les travailleurs, le peuple, qui s’appauvrissent au rythme de son développement. Dangereux pour l’économie indispensable et la réponse aux besoins sociaux, dangereux pour l’avenir de la planète.
La question de la maîtrise des moyens de production est centrale, rien ne sera jamais réglé tant que le capital aura la main sur l’industrie et la finance.
Il faut mener la lutte tous ensemble avec persévérance pour arracher les moyens de production, les moyens financiers, le pouvoir politique au capitalisme, le chasser de l’entreprise, en confier la gestion aux travailleurs.
Il faut construire la lutte politique jour après jour pour qu’elle devienne plus importante, jusqu’à abattre le capitalisme. Pour changer, il faut prendre le pouvoir politique, c’est la perspective que propose notre Parti, pour laquelle il combat.

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche