frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Contre les attaques du capital et son gouvernement: une rentrée de luttes, combative.

732-02/08/2021 12,4 millions d’élèves font leur rentrée des classes ce jeudi 2 septembre:
Une rentrée qui s’annonce difficile :

en cause les conditions dans lesquelles des dizaines de milliers d’enfants reprennent le chemin de l’école : entre des classes surchargées et l’absence de moyens humain et matériel. Que l'on en juge: Moins 1883 emplois dans les collèges et lycées en cette rentrée 2021 (moins 7490 depuis 2018). C’est le rabotage de postes effectué dans les établissements du secondaire par le ministère de l’Éducation, selon le SNES-FSU. Le syndicat du second degré avance le chiffre «de 36 499 élèves supplémentaires en collèges (+ 10 867) et lycées (+19 851) pour cette année scolaire mais « aucune création de postes de conseiller principal d’éducation (CPE), de psychologue, d’assistants sociaux, d’infirmiers, d’agents administratifs ».
Une première riposte: Les enseignants sont appelés à se réunir et agir dès la rentrée, tout en préparant une journée nationale de grève le jeudi 23 septembre à l’appel de la CGT- FO- La FSU- SUD) pour la création de postes – les salaires- l’amélioration des conditions de travail. Le Ministre de l’éducation M. Blanquer s’inscrit dans la politique du gouvernement. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire est sur la même ligne que le président du Medef. Lui aussi a estimé que la France « avait besoin de réformes de structures », que « l'éducation devait être une « priorité absolue »… Ils veulent aller plus vite et plus loin dans la transformation de la société pour la soumettre de plus en plus au service du capital.

L'addition "du quoi qu'il en coûte":
Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a présenté l’addition du « quoi qu'il en coûte ». Il a chiffré à 240 milliards d'euros le montant des aides aux entreprises. «A cela s'ajoutent des prêts, de l'ordre de 160 milliards d'euros: prêts garantis par l'État, plus d'autres formes de prêt mais c'est des prêts, ça n'a rien à voir, économiquement, avec des subventions,», a-t-il ajouté. Il ne dit pas que ce sont les salariés qui paieront le remboursement. Il a rappelé que le Fonds de Solidarité avait coûté environ 35 milliards d'euros, tout comme la prise en charge par l'Etat de l'activité partielle, tandis que les exonérations de charges se sont élevées à 10 milliards d'euros. Depuis le début de la crise sanitaire, plus de 685.000 de prêts garantis par l'Etat (PGE) ont été accordés pour un montant de 139,3 milliards d'euros. Avant cette crise du Covid, les aides publiques directes ou indirectes aux entreprises représentaient déjà des centaines de milliards d’euros par an. Les caisses de l’État restent grandes ouvertes pour les multinationales, tout le temps et en toute circonstance. Ils ne refuseront pas les trente milliards d’euros du prochain plan d’investissement de l’État.

L'économie française "tourne à 99% de ses capacités" :
Pour Bruno Le Maire ce qu'il appelle l'embellie économique «va continuer», car «la consommation est bien orientée». La fameuse embellie économique, c'est pour le capital le gonglement des profits et l'euphorie de la bourese ainsi, le CAC 40 bat des records, Les bénéfices des 37 entreprises qui ont publié leurs résultats semestriels atteignent plus de 58 milliards € au premier semestre 2021, les milliardaires se gavent et pendant ce temps :
* Les restructurations se poursuivent avec des milliers de suppressions d’emplois, les multinationales ont comme seule boussole le profit, les entreprises pharmaceutiques en tête.
* Avant même le début de la crise du Covid, une personne sur cinq était en situation de pauvreté, de privation matérielle et sociale (Insee) 13,6 % des Français disposaient d'un revenu inférieur à 1.063 euros pour une personne seule 13,1 % des français sont confrontés à des difficultés de paiement, de logement, de consommation. Egalement touchées de plein fouet : les familles monoparentales et les enfants de moins de 16 ans.
* Dans de nombreuses entreprises notamment automobiles c’est le chômage partiel comme à Rennes, chez PSA, 2000 salariés sont concernés par cet arrêt forcé, une partie piochera dans un compteur d’heures dit de modulation qui permet d’ajuster la quantité d’heures travaillées aux besoins de l’entreprise. L’autre partie sera placée en chômage partiel et percevra 72 % de son salaire versés par l’État !

La répression et l’autoritarisme sont renforcés, au nom des difficultés sanitaires:
Le pass sanitaire est obligatoire à partir de ce lundi pour exercer son métier, s'il est au contact du public. Près de deux millions de salariés sont concernés. Le contrat peut être suspendu explique Olivier Angotti, avocat, spécialiste en droit du travail.
Macron a fait passer une loi contre les salariés et incite les directions d’entreprises à licencier, à rompre les contrats de travail… Le pass sanitaire, qui est une mesure discriminatoire, donne des armes au patronat, comme toutes les lois contre les libertés, répressives, doit être abolie sans condition.

La fédération santé de la CGT a décidé d’appeler à une journée nationale de mobilisation le 14 septembre
Pour des embauches massives dans les hôpitaux et les Ehpad.
Cette journée se déclinera par de multiples initiatives dans les territoires, comme des rassemblements devant les établissements ou les agences régionales de santé (ARS). À compter du 15 septembre, ceux qui n’auront pas reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 pourront être suspendus, sans rémunération. Le 15 octobre, la sanction sera étendue à tous ceux qui ne justifieront pas d’un schéma vaccinal complet. Elle pourra durer jusqu’au 15 novembre, date prévue de la sortie de l’état d’urgence sanitaire.

La enième hausse des tarifs réglementés du gaz entre en vigueur. Pour ceux qui se chauffent au gaz, la note est particulièrement salée puisque cette nouvelle augmentation atteindra 9 %! L’inflation atteint les 2% mais les salaires, les allocations et les pensions ne sont pas augmentés. Il faut se battre pour des hausses qui permettent de faire face aux dépenses et pour le smic à 2100€.


À Lyon, les agents municipaux ont prévu une journée de grève ce jeudi 2 septembre pour lutter contre l’augmentation de leur temps de travail.
A Paris, les syndicats réunis dans une intersyndicale large (CGT, SUD, UNSA, CFDT, CFTC, FO) un temps fort le 2 septembre, jour de la rentrée scolaire, afin de s’opposer à la réforme. Mesure phare du programme d’Emmanuel Macron, qui vise à diminuer le nombre de fonctionnaires territoriaux en augmentant leur temps de travail.

Le premier ministre met en musique les décisions du capital en « consultant » les organisations syndicales. Le patron du MEDEF a fixé le programme du gouvernement pour l'année qui vient : réduction drastique, dès octobre, des indemnités de chômage, recul de l’âge de la retraite en septembre 2022, économies sur la Sécurité sociale et sur les services publics, dont celui de l'Éducation... L. Berger a redit au chef du gouvernement que la CFDT était « d’accord avec les décisions sanitaires qui ont été prises », que la réforme des retraites ne peut être mise en œuvre avant 2022. Pour la réforme de l’assurance chômage qui doit entrer en vigueur le 1er octobre, Berger dit qu’il serait « un porte-voix virulent » contre la réforme… mais surtout pas de lutte !

La riposte et la lutte convergente c’est maintenant, le 5 octobre grèves et manifestations et il faut que ça dure avec des objectifs revendicatifs clairs:
Une intersyndicale réunissant la CGT, FO, la FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse Fidel, Unef et UNL a appelé lundi soir à une journée de mobilisation le 5 octobre, pour la défense des salaires, des emplois, des conditions de travail et d’étude.
Ces organisations « s’opposent à ce que la situation sanitaire soit utilisée par le gouvernement et le patronat pour accélérer la remise en cause des droits et des acquis des salariés et des jeunes », écrivent-elles « L’élargissement et l’accélération indispensable de la vaccination demandent de renforcer l’accès à la santé, les moyens de l’hôpital public et de la médecine du travail ».
Notre parti Révolutionnaire COMMUNISTES appelle à la lutte partout, il sera avec les travailleurs pour que cette journée soit un moment fort contre les coups du capital.

Tous les partis politiques ont tenu leur université d’été : Une seule préoccupation en tête, la présidentielle: Ils sont tous rentrés en campagne pour les présidentielles de 2022, tous les partis jouent les surenchères sécuritaires et autoritaires. Le RN, LR sont comme LREM au service du capitalisme. Marine Le Pen et le RN détournent la colère populaire du véritable responsable : le système capitaliste.
Chacun pour soi mais les manœuvres vont bon train entre partis de gauche, PS, EELV, LFI, PCF. Ils ne touchent en rien sur le fond de la politique du capital, ils ne font que s'y inscrire, aucun ne s’attaque à la source des difficultés du peuple.

La lutte, quotidienne, sans relâche contre l’exploitation:
La lutte, quotidienne, sans relâche contre l’exploitation, l’oppression, contre les guerres impérialistes, contre tous les fléaux que le capitalisme aggrave sans cesse dans sa course aux profits, est plus que jamais nécessaire.
Notre parti est dans les luttes, il soutient les travailleurs, il se bat contre l’exploitation, pour défendre les conditions de vie, les droits démocratiques et les conditions les plus élémentaires d’existence. Les travailleurs, le peuple sont le nombre, la lutte quotidienne permet au peuple de prendre conscience de sa force, de la développer, de souder son unité dans la lutte contre un ennemi commun: le capital.
Pour stopper les attaques du pouvoir dictées par le capital pour imposer des avancées, la lutte quotidienne est indispensable. Pour changer fondamentalement de politique, la lutte politique sans relâche, persévérante contre le capitalisme est tout aussi indispensable; se mobiliser, organiser les travailleurs, la jeunesse, le peuple, pour une lutte convergente de tous contre le système capitaliste et le balayer est notre but. Notre parti révolutionnaire est l’outil politique au service du peuple, dans son combat pour prendre le pouvoir et de changer de société. Ensemble. Renforçons-le!

Imprimer cet article

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche