frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Luttons ensemble et frappons la politique du capital !

Il fait chaud et le nécessaire port du masque est bientôt obligatoire en toutes circonstances. Voici les deux thèmes qui inlassablement sont distillés dans les media. Bien sûr la sécheresse est un problème et tout particulièrement pour les agriculteurs.

Elle met en difficulté l’approvisionnement en eau dans certaines régions, mais le répéter en permanence ne va pas changer les choses. L’épidémie de Covid 19 et la sécheresse imposent de prendre les mesures efficaces pour protéger la population dans les meilleures conditions pour l’activité économique et sociale. C’est notre point de vue et à partir de là, il faut s’interroger sur la volonté du pouvoir et du patronat de laisser dans l’ombre les autres sujets et il y en a !
La crise économique, qui a commencé avant la pandémie et qu’elle a aggravée, produit des effets destructeurs sur l’emploi avec plus de 600.000 emplois supprimés depuis le début de l’année, la baisse des salaires, la montée en flèche de la précarité et tout particulièrement pour la jeunesse...et ce n’est qu’un début. Dans le même temps le pouvoir avec Castex comme VRP se répand en exonérations de « charges » pour les patrons et il y en a d’autant plus qu’ils sont plus gros ! Il est vrai que la situation est propice pour le capital dans l’accélération des restructurations et dans les concentrations du capital. La course à la rentabilité du capital, dans une concurrence exacerbée entre les monopoles des centres impérialistes nécessite ces restructurations et concentration du capital. Dans le même temps, les dépenses militaires s’envolent et le patron d’Airbus vient de déclarer récemment que sa société devrait miser beaucoup plus sur le militaire dont les débouchés s’élargissent: belle perspective !
Patronat et pouvoir avec leur armée d’idéologues accélèrent la bataille des idées. Elle vise à rechercher les voies d’une adhésion des salariés à la stratégie du capital. D’articles en déclarations, de colloques en université d’été, tout particulièrement celle du Medef qui sera ouverte par Castex, se profile l’idée qu’il conviendrait de donner quelque « pouvoir » de codétermination de la politique des entreprises aux salariés. Ce sont des vieilles lunes du patronat, l’expérience le montre tous les jours : lui et lui seul décide de la stratégie en fonction d’un seul objectif le taux de profit maximum, tout le reste n’est que de la littérature. Ce qu’il veut, c’est modifier le rapport de force en sa faveur pour aller plus loin dans l’exploitation du travail salarié.
Alors, les salariés, soumis au talon de fer du capital, se posent légitimement la question de : que faire dans cette situation ? Les forces d’opposition au parlement parlent surtout de la méthode mais aucune ne pose la vrai question : celle de la responsabilté première du système capitaliste et de la nécessité de le combattre et de l’abattre. Nous nous disons clairement qu’il n’y a que les luttes unies sur les revendications d’emploi, de salaires, de conditions de travail, de formation... pour faire reculer le patronat et son pouvoir politiques.
Ce tous ensemble, nous devons le porter et tout particulièrement le 17 septembre, journée interprofessionnelles de luttes, de grèves et de manifestations organisée par la CGT, nous contribuerons partout à ce que cette journée soit puissante et unitaire. Pour lui donner sa portée, il convient dans le même temps de poser les questions politiques essentielles. C’est le rôle de notre parti révolutionnaire, il le fera avec d’autant plus d’efficacité que le rejoindront les militants ouvriers et salariés qui pensent, comme nous, qu’il faut en finir avec le système d’exploitation de l’Homme par l’Homme.

Imprimer cet article

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche