Gantry 5

 

Etendre la lutte dans les entreprises, partout, pour contraindre le pouvoir à retirer sa réforme des retraites

La lutte se développe de plus en plus dans de nombreuses entreprises. Grèves, à la SNCF – la RATP - dans les hôpitaux de tout le pays - dans la chimie, 7 raffineries sur 8 sont en grève – à l’EDF – dans la métallurgie- dans le commerce – dans des usines, St Gobain, la biscuiterie nantaise…- dans l’éducation nationale – les salariés du transport routier, grève à partir du 16 novembre… Les étudiants organisent des actions.
Leur développement est important, il progresse chaque jour, la détermination des salariés est forte. Le rejet de la politique de Macron est général.

E. Philippe dans un discours de 45 mn sur la réforme des retraites a plaidé pour tenter de la rendre acceptable. Peine perdue, rien de changé, la réforme par point avec les reculs considérables pour toutes les catégories ( voir nos articles ici sur le site) mène à la capitalisation ( prendre des assurances pour compléter si possible sa retraite). Les réactions ne se sont pas fait attendre. Les travailleurs en lutte « on continue ».
Continuer à étendre les luttes dans les entreprises, de tous celles et ceux qui subissent la politique du pouvoir et du capital, les travailleurs, la jeunesse, les étudiants dont l’avenir est en cause, les faire converger est indispensable pour contraindre Macron à reculer.
La réforme des retraites fait partie d’un plan d’ensemble de Macron et du capital. C’est l’ensemble du modèle social français qui est en cause. Nous l’avons dit dès le lendemain de sa venue au pouvoir, Macron a été mis à la tête de l’Etat français pour soumettre entièrement, les travailleurs, la jeunesse, le peuple aux objectifs du capitalisme qui a besoin pour son développement, pour accroître ses profits, d’avoir les moyens d’exploiter le plus possible. Il doit supprimer tous les acquis sociaux, imposés par les luttes depuis 1945 et avant. Il y a eu la loi travail, la réforme de l’assurance chômage, les reculs considérables dans les hôpitaux, ceux des services publics.
La réforme des retraites par répartition a été acquise par la lutte ( De Gaulle explique dans ses mémoires que le rapport des forces à l’époque ne lui permettait pas de s’y opposer). Elle fonctionnait bien , était financée par une cotisation sociale- 50% par les salariés, 50% par les entreprises. . Son système a été attaqué depuis, plusieurs fois avec constance par les gouvernements successifs – droite et gauche-avec le MEDEF- en 1953- 1991-1993- 1995- 2003-2007-2010.
Il faut améliorer le système solidaire par répartition adopté en 1945 et revenir au financement initial : rétablir les cotisations des entreprises – 200 milliards ( qui ont été supprimées progressivement par les gouvernements). Il faut augmenter les salaires ( entre 1980 et 2005, en France, la part des salaires dans la production annuelle des richesses (Produit Intérieur Brut: 2.500 milliards) a reculé de 10% au profit du capital : 3,5% d’augmentation , c’est immédiatement 6,5 milliards pour les caisses des retraites. Ajoutons que l’an dernier, les entreprises du CAC40 ont distribué 51 milliards à leurs actionnaires.
Continuer à développer la lutte, partout, de plus en plus fort, la faire converger, c’est capital pour contraindre Macron à reculer
Dans les entreprises de plus en plus nombreuses, partout les travailleurs, la jeunesse, les chômeurs, les retraités
Le 17 décembre, les organisations syndicales qui ont organisé la journée interprofessionnelle du 5 décembre appellent à une nouvelle journée.
Cette journée importante comptera pour la convergence des luttes, leur renforcement . C’est ce que craignent Macron et le MEDEF. C’est ce qu’il faut encore faire grandir.
Notre Parti est dans ces luttes, il participe à leur développement pour faire grandir le rapport des forces des travailleurs.
« La réforme des retraites », les attaques contre les acquis sociaux, la politique de régression sociale, tout nous ramène à une question : qu’elle est l’origine, la cause de cette situation ? Une réponse : le système capitaliste. Notre pays comme tous les pays du monde est dominé, dirigé par le capitalisme . Partout la situation est la même, dans de nombreux pays, les luttes, la révolte se développent.
Notre parti mène la lutte contre l’exploitation et pour cela contre le capitalisme. Il appelle à mener cette lutte avec persévérance pour changer de Société. Nous invitons tous celles et ceux qui veulent que ça change à nous rejoindre pour mener ce combat.

Imprimer cet article

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche