Gantry 5

 

Rejet massif du « plan de refondation » du ministre de la santé Le personnel hospitalier continue la lutte.

La ministre de la Santé a présenté, le 9 septembre la longue liste des mesures du « pacte de refondation des urgences », qui concernent essentiellement l’organisation de l’accès aux urgences, qu’elle veut imposer pour tenter mettre fin à la crise des urgences.
Elle prévoit de débloquer 754 millions d’€ sur 4 ans (2019 à 2022) pour financer une douzaine de mesures visant à désengorger les urgences en faisant appel aux médecins libéraux, ouverture de cinquante maisons médicales de garde accueillant des médecins libéraux d’ici à la fin de l’année.

Parmi les12 mesures annoncées, figure par exemple la mise en place de filières d’accès direct des personnes âgées, objectif : zéro passage par les urgences d’ici 5 ans pour les personnes âgées, « quand les lits sont pleins, l’admission directe d’une personne âgée se fera-t-elle tête-bêche ou dans des lits superposés ? » (Appel de médecins hospitaliers, Libération 9 septembre).
Le transfert d’une partie des compétences médicales vers les paramédicaux des urgences qui seront habilités -contre une prime de 80 €- à ordonner des prescriptions radiologiques, à réaliser des sutures, ou poser un plâtre. Sans création d’emplois cette mesure revient à alourdir la charge de travail d’un personnel déjà au bord de la rupture.
Les mesures annoncées ne répondent pas aux revendications des personnels en lutte : « elles ne sont pas à la hauteur des enjeux, ça va à contrecourant de ce qu’on demande (…), les propositions de la ministre montrent au mieux une méconnaissance du problème, au pire du mépris »
Les 754 millions débloqués sont pris dans les crédits existants et n’entraineront pas une hausse du budget de la santé Ils représentent moins de 10% du budget de la santé et ne sont rien par rapport aux 3 milliards d’économies imposés les 3 dernières années.
Le plan de Buzyn ne comporte rien sur l’embauche de personnels, les grévistes réclament la création de 10 000 postes statutaire de paramédicaux, rien sur l’arrêt des fermetures de lits, rien sur l’augmentation des salaires, alors que ce sont des revendications fortes des personnels en lutte.
La ministre de la santé non seulement n’a pas convaincu les grévistes mais elle a renforcé leur détermination à poursuivre et à élargir la lutte. Les personnels des hôpitaux sont appelé à se mobiliser, étendre la grève à tous les services et à participer aux journées d’actions et de manifestations.
La promesse de débloquer 754 millions d’€ qui vient après la revalorisation de la prime, même si ces mesures sont bien loin d’être suffisantes pour permettre à l’hôpital public de fonctionner, montre qu’il est possible de faire reculer le gouvernement et qu’on peut sous la pression des luttes le forcer à trouver les fonds nécessaires pour les services publics.
Le calendrier des luttes est fourni, touche tous les secteurs de la société. Les appels à la grève se multiplient et se succèdent, c’est en les unifiant et en les faisant converger qu’on pourra gagner. C’est tous ensemble unis dans des luttes longues, massives qu’on pourra faire reculer le gouvernement au service du capital

Imprimer

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche