Gantry 5

 

L’exploitation ne prend pas de vacances, les luttes non plus.

La vie des salariés s’aggrave en France, mais aussi partout dans le monde, les multinationales n’en n’ont jamais assez, elles courent après le profit. Partout dans le monde les salariés agissent.

Grève à Ryan air : 600 vols annulés en Europe

La compagnie aérienne à bas coût a annoncé l’annulation de 600 vols en Europe les 25 et 26 juillet en raison d’une grève du personnel de cabine en Espagne, au Portugal en Belgique et en Italie.
Ryan air ne reconnaît pour l’instant qu’au compte-goutte les syndicats représentant son personnel. Ceux qui appellent à cette grève fin juillet ne sont pas reconnus.
Les syndicats demandent notamment que la compagnie applique la législation de chacun des pays dans lesquels elle emploie du personnel et qu’elle accorde les mêmes conditions de travail aux salariés directement sous contrat avec la compagnie et à ses intérimaires.
« Ces grèves n’ont aucune justification et aucun autre but que de gâcher les vacances familiales et bénéficier à d’autres compagnies » a estimé le directeur marketing de Ryan air.
En France comme ailleurs le même discours, les salariés feraient grève pour embêter le monde…
Amazon: mouvement de grève en Europe pour le "Prime Day".
Un syndicat allemand a annoncé des actions de blocage au niveau européen chez Amazon, à l'occasion de l'opération de super-promotions "Prime Day", afin de protester contre la pénibilité des conditions de travail.
"Jusqu'à minuit les prix vont baisser et les profits vont grimper, les employés d'Amazon quitteront leur poste et manifesteront pour l'obtention d'une convention collective protégeant leur santé", a déclaré dans un communiqué le principal syndicat du secteur, Verdi.
Le syndicat évoque les maux physiques qui frappent les employés des sites où transitent jours et nuits les centaines de milliers de colis commandés en ligne. Des arrêts de travail et des actions sont aussi prévus en Espagne et en Pologne.
Les salariés du plus grand centre logistique d'Amazon en Espagne ont ainsi entamé lundi une nouvelle grève de trois jours pour réclamer une hausse de salaire supérieure à ce que propose le géant américain. 1.200 salariés ont participé au mouvement, soit environ 80 % du personnel du centre de San Fernando de Henares, près de Madrid.
Dans un communiqué transmis à l'AFP, Amazon affirme que "la rémunération totale des travailleurs de San Fernando de Henares se situe dans la fourchette haute du secteur logistique". La aussi les salariés feraient grève pour le plaisir !
Les salariés du centre de San Fernando de Henares avaient déjà fait grève en mars pour les mêmes raisons, pour la première fois depuis l'ouverture du site en 2012.
Les capitalistes avec leurs Etats, leurs partis politiques à leurs soldes vont-ils pouvoir poursuivre leur offensive contre les peuples… Il y a des luttes partout dans les pays européens et dans le monde. Nous sommes solidaires de la lutte des travailleurs de tous les pays, car c’est notre lutte.
En France nous appelons à développer la lutte sans concession contre cette Europe capitaliste. L’heure est à agir sans perdre de temps. C’est cette lutte qui fera avancer les exigences des salariés et non des compromis avec le capital en Europe comme en France.

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche