Gantry 5

 

Pas d’écologie sans lutte de classe contre le capitalisme !

Depuis la démission de N. Hulot du gouvernement et son remplacement par F. de Rugy au ministère de la transition écologique et solidaire, de nombreux articles de presse, des commentaires et des appels en faveur de « l’écologie » se succèdent dans les medias. Pourquoi cette agitation et quel contenu à tout cela ?

D’abord, nous devons considérer comme un problème sérieux toutes les questions qui touchent aux conditions de vie, de travail, de santé et de sécurité des populations. Elles ne peuvent pas être dissociées de leur environnement, elles ne peuvent pas non plus être séparées des rapports de production capitalistes d’exploitation de l’Homme par l’Homme et donc des affrontements de classe qui en résultent.
Les sociétés humaines connaissent un développement capitaliste qui s’est élargi au Monde entier et intensifié depuis un siècle. La production marchande, l’extraction des matières premières et en particulier énergétiques ont bondi, les sciences et les techniques ouvrent des champs considérables nouveaux à l’activité humaine. Le commerce international a fait un bond quantitatif du fait des masses transportées et qualitatif en rapport avec la diversité des marchandises, la mondialisation aussi bien de la production que de la finance accentuent le caractère impérialiste du système capitaliste. Cette évolution accroît et exacerbe les concurrences entraînant des conflits nombreux et violents pour l’accaparement des richesses naturelles, des terres et de la force de travail humaine. Les États impérialistes les plus puissants, anciens ou émergents se dotent de moyens militaires croissant en rapport avec leurs prétentions de domination. La défaite historique de l’URSS et du camp socialiste, le développement du capitalisme, en particulier en Asie, ont ouvert une nouvelle période d’affrontements intenses au sein de l’impérialisme. C’est cette époque que nous vivons.
Il apparaît de plus en plus que le caractère prédateur du capitalisme est un danger pour le développement de l’Humanité. Les lois qui régissent son développement, celles du profit et de l’accumulation du capital rentrent en conflit avec les besoins humains et les politiques nécessaires à mettre en œuvre pour les satisfaire. L’écologie et l’environnement des activités humaines ne sont pas déconnectées des rapports de production, des rapports de classe.
Le capitalisme en imposant sa logique de développement entraîne celle de la société. Au lieu de répondre aux besoins mondiaux d’alimentation, de santé, de logement, de connaissances, d’énergie...par des solutions s’appuyant sur l’utilisation rationnelle des ressources et des connaissances scientifiques et techniques, sa boussole exclusive du profit l’amène à un gâchis entraînant des inégalités de plus en plus criantes. Ainsi, si dans les pays impérialistes les plus puissants, une partie de la population ne peut pas manger correctement, se loger, s’éduquer, se soigner...dans le même temps ces politiques entraînent des migrations massives que l’on peut qualifier de recherche d’une simple survie.
L’urgence est donc bien de dénoncer le système d’exploitation capitaliste et le danger qu’il représente pour l’avenir immédiat de l’Humanité et d’unir les forces sociales qui subissent son exploitation et en premier lieu la classe ouvrière pour l’abattre et construire une société sans exploitation de l’Homme par l’Homme : une société socialiste de producteurs libres et solidaires.
Pourtant au regard de cette exigence, les appels, dont celui paru à la veille de la journée mondiale du climat du 8 septembre, qui se répètent aujourd’hui, font fi du caractère de classe de la lutte nécessaire pour une société du développement humain solidaire et durable. Au contraire, il s’agit de décréter une nouvelle union sacrée pour donner au système capitaliste une nouvelle base sociale et politique si nécessaire au maintien de sa domination. Vert ou pas, le capitalisme ne change pas de nature et les mêmes causes engendrent et engendreront les mêmes effets. Il n’y a donc qu’une voie pour s’en sortir : celle de la lutte de classe pour abattre ce système.

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche