Gantry 5

 

Industrie : la casse capitaliste continue.

« Inamicale–incompréhensible–inadmissible », ces qualificatifs employés par Bruno Lemaire concernant la fusion Air France–KLM après la prise de participation du gouvernement néerlandais à hauteur de 14 % du capital du groupe, pourrait faire penser à un désaccord entre les deux gouvernements. Il n’en est évidemment rien, ce sont les multinationales qui commandent et B. Lemaire le sait bien puisqu’il est mis en place pour appliquer leurs décisions, ce qu’il fait avec application.

 

Cette soit disant « colère » affichée est une énième mise en scène que l’on retrouve à propos d’Ascoval, de Ford à Blanquefort, de Général Electric, d’Alstom. La mascarade organisée vise avant tout à faire croire que l’on ne peut faire autrement. Les multinationales fusionnent ou exportent leurs capitaux pour les rentabiliser, pour plus de profits, c’est la loi du capital.

C’est à cela qu’il faut s’attaquer, lutter pour développer une industrie accaparée par les grands groupes capitalistes, rendre à la Nation la capacité de répondre aux besoins en matière de transports, d’énergies, d’infrastructures diverses, d’agriculture, etc. Pour cela, il faut éliminer le capital c’est la seule et vraie question, car ils veulent aller toujours plus vite et plus loin : Général Electric continue à supprimer des emplois, d’autres alliances ou fusions sont prévues dans les banques, le commerce, Airbus, Sanofi, Areva, Alstom sont dans le collimateur de grands groupes (voir notre article sur le site).

La casse continue et ils sont tous d’accord. Tous les partis politiques se taisent complaisamment sur la casse organisée. Ils se taisent ou condamnent par défaut comme le fait le gouvernement c’est la confirmation qu’ils approuvent la politique actuelle.

À propos d’Air France KLM, les gouvernements français et néerlandais se sont rencontrés pour « éclaircir » l’opération financière. Résultat : les deux gouvernements se sont quittés après avoir approuvé l’objectif commun des multinationales qui est de « renforcer la compétitivité et la rentabilité de l’entreprise ». Ouf ! Air France KLM l’a échappé belle ! !

Même mise en scène pour Ford à Blanquefort, Ford va investir 20 millions pour « réindustrialiser » le site (?) Alors qu’il a bénéficié de 21 millions de fonds publics. En clair les 20 millions pris dans la poche des Français vont finir dans les caisses des entreprises qui voudront venir s’installer sur le site. C’est un mécanisme bien connu, tous les grands groupes en ont bénéficié et continuent à en profiter. La situation pour la fonderie Ascoval est similaire, B.Lemaire a même accusé le repreneur de « traître » parce qu’il n’a pas réuni les fonds nécessaires pour reprendre le site. Tout ce cinéma organisé a des conséquences sociales considérables pour les travailleurs, au nom du profit les grands groupes détruisent des vies et mettent en danger l’économie du pays mais ce n’est pas leur souci.

Carlos Tavares, le PDG de Peugeot, interrogé sur une possible fusion du groupe avec Fiat Chrysler vient de déclarer : « tout est possible, si on gagne de l’argent, on peut rêver de tout » . Dans le journal capitaliste « les Échos », un journaliste rappelle pour qui l’aurait oublié « En affaires, ce sont les plus forts qui gagnent » à propos d’Air France KLM et de Renault Nissan.

Cette course au profit constante doit être stoppée.

Les luttes sont essentielles, il faut les amplifier, les rendre permanentes, les coordonner, sinon les multinationales poursuivront et vont accroître sans cesse l’exploitation du travail pour leurs profits.

La casse industrielle s’accompagne d’une casse sociale sans précédent, retraite, éducation, services et fonction publique, santé passent à la moulinette du profit capitaliste.

Le 19 mars est une occasion nouvelle pour organiser les grèves et des manifestations partout pour faire reculer le capital et satisfaire les revendications .

Mais il est indispensable aussi d’engager la lutte politique pour supprimer définitivement le capitalisme

Notre parti est le seul en France à proposer cette perspective, tous les autres accompagnent la politique des multinationales.

Nous sommes à la disposition de toutes celles et ceux qui cherchent une solution pour que cela change vraiment. Venez en discuter dans nos assemblées avec nos militants. Rejoignez nous, nous aurons plus de force ensemble.

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche