Gantry 5

 

La multinationale Monsanto-Bayer exploite et sème la mort

Le jury de San Francisco vient de donner raison à Dewayne Johnson, ce jardinier américain, qui s’est engagé dans une lutte judiciaire contre Monsanto qu'il accuse d'avoir caché la nocivité de ses herbicides, responsables de son cancer. Monsanto est condamné à verser 289 millions de dollars de dommages. Avec leurs coffres remplis des milliards de bénéfices, débourser cette somme n’est pas cher payé grâce à la complicité de la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux), au Congrès US et à Trump, à l’Europe, les affaires restent très bonnes.

Le vendredi 10 août, les Vietnamiens ont commémoré un triste anniversaire: le premier épandage d’agent orange par les forces américaines dans la province de Kontum, au centre du Vietnam. Il a été créé par la multinationale Monsanto avec son complice, la société Dow Chemical. Ils ont conçu une formule spéciale pour l’armée américaine pour combattre les Vietnamiens du Nord lors de la guerre du Vietnam.
L’opération a consisté à pulvériser de l’agent orange sur les forêts détruisant plantes et animaux. En détruisant les récoltes, ils cherchaient à affamer la population. 80 millions de litres d’agent orange ont été pulvérisés jusqu’à la fin de l’opération en 1971. Plus de 5 millions d’hectares de forêts et de terres cultivables ont été détruits, soit 10% de la superficie du Vietnam du Sud.
Entre 3 et 4 millions de personnes ont été exposées au défoliant et un million d’entre elles souffrent toujours de ses conséquences, mort d’un demi-million de civils vietnamiens, un demi-million de bébés vietnamiens sont nés avec des malformations de naissance et des milliers de vétérans américains qui souffrent ou meurent encore aujourd’hui de ses effets !

Les Etats-Unis n’ont pas été reconnus coupables par les instances internationales et ils ne reconnaissent pas leur responsabilité.

Monsanto porte le titre glorieux de la « société la plus maléfique sur Terre » !
*Le Monde du 12 août, rappelle que les ''Monsanto Papers'' ont dévoilé que la multinationale avait, dès le début des années 1980, des doutes sur la sûreté de son produit Round Up. En 1983, une étude commanditée par Monsanto indique que des souris exposées au glyphosate développent une tumeur rénale. Dès 1985, l'Agence de protection de l'environnement des Etats-Unis (EPA) classe dans un premier temps le glyphosate dans la catégorie ''cancérogène possible'' mais au final, la substance est autorisée grâce aux appuis dont elle bénéficie au sein de l'EPA. Une fois de plus les grands groupes  capitalistes  dictent la loi à leur profit pour satisfaire leurs intérêts exclusifs.
Le glyphosate est reconnu comme cancérigène en Californie, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que, le glyphosate est un « probable cancérigène ». La nocivité du Round Up est reconnue mais Monsanto-Bayer, cette multinationale phare des secteurs agroalimentaires et pharmaceutiques continue à faire la pluie et le beau temps sur le marché agricole mondial avec les produits et ses brevets sur certaines semences, dont les OGM.
Les multinationales de l'agriculture sont aux commandes avec la complicité des gouvernements
Il y a les discours en faveur de l’environnement. Le monde entier à célébré la mise en scène à grand coup médiatique de la Cop 21. On a vu la caution « écolo » de Nicolas Hulot dans le gouvernement Macron… mais, l’Assemblée Nationale a rejeté le processus d’interdiction du glyphosate. Au niveau européen son autorisation de vente a été reconduite. Ils mettent en place des lois dictées par les multinationales agricoles pour faire encore plus de profit sur le dos des salariés et du monde agricole.
Les exemples dans l’agriculture sont nombreux de produits utilisés, dans les cultures de bananes par exemple qui polluent les îles des Caraïbes pour de nombreuses années. Les céréales GM (génétiquement modifiée) créées par Monsanto, n’ont pas besoin de la nature ou des abeilles, elles s’auto-pollinisent quand les abeilles tentent de polliniser une plante ou une fleur GM, elles s’empoisonnent et meurent. L’effondrement des colonies d’abeilles est attesté et se produit depuis l’introduction des céréales GM…
Monsanto atteint non seulement la santé des travailleurs agricoles, mais renforce aussi son emprise sur les agriculteurs par l’endettement et la ruine, la multinationale les domine, leur confisquant les brevets sur les semences que celle-ci monopolise.
Des milliards sont mis dans la restructuration du secteur pour lui permettre d’étendre son exploitation et de trouver de nouvelles sources de profits. Monsanto vient d’être racheté le 7 juin dernier pour 63 milliards de dollars (54 milliards d'euros).par l’allemand Bayer, qui lui-même vend une partie de son agro-chimie à son rival le géant allemand de la chimie BASF pour 7,6 milliards d’euros. Bayer a fabriqué les produits chimiques d’Hitler qui ont exterminé des millions de gens durant la seconde guerre mondiale.

Le groupe Bayer entend "former un leader mondial de l'agriculture", visant 23 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, il ajoute : "Les producteurs bénéficieront d'un vaste ensemble de solutions qui répondront à leurs besoins actuels et futurs". En clair une main mise complète sur l’agriculture mondiale. Avec ce rachat c’est une prise de contrôle du tiers du marché des semences, 27% du marché des pesticides. C'est la mise sous dépendance des paysans qui n'auront plus d'autres choix que d'acheter les produits de cette colossale multinationale. Comble de l’ironie, cette entreprise planétaire pourra vendre des poisons (insecticides, fongicides, herbicides) ainsi que les médicaments pour guérir les maladies induites par une alimentation et un environnement pollué par les pesticides…
Ce rapprochement et ces propos font réagir et soulèvent un tollé chez les agriculteurs. Dans un communiqué, la Confédération paysanne a fustigé "la naissance d'un monstre".
On constate une fois de plus que le système capitaliste est un obstacle à l’utilisation du progrès pour le bien humain. Il est incapable d’assurer le développement d’une production agricole qui puisse nourrir l’ensemble de la population mondiale et sans nuire à la santé des peuples et de l’environnement. Le développement d’une agriculture et d’une alimentation saine va à l’encontre de son objectif : faire toujours plus de profits.

Pour  changer fondamentalement cette situation, il faut développer la lutte politique contre le capitalisme, il faut prendre le pouvoir économique, financier, politique aux multinationales qui le possèdent. Il n'y a pas d'autre alternative.

Bimestriel N°131

imgnews

Abonner vous aux dernières publications

Conditions d'utilisation
Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche