Gantry 5

 

Après les élections européennes, déclaration du Parti Révolutionnaire Communistes.

     Le Parti Révolutionnaire Communistes remercie les électrices et électeurs qui ont voté pour la seule liste ouvrant une perspective claire : abolir le capital, l’empêcher de nuire, lui enlever tout pouvoir économique et politique pour confier au peuple la gestion de la société pour le progrès social et humain.
     Malgré tous les obstacles rencontrés, liés en premier lieu au financement de la campagne électorale,

l’impossibilité d’imprimer les bulletins de vote et les circulaires, les directives de quelques préfectures demandant à retirer les bulletins remis aux maires des communes, malgré l’obstruction des médias, des bulletins du Parti Révolutionnaire Communistes ont été utilisés dans plus de 73 départements confirmant ainsi notre ancrage national.
     La forte abstention (50 %) notamment dans les quartiers populaires et chez les jeunes, les 5 % de bulletins blancs et nuls, démontre la persistance du rejet de la politique actuelle.
     Tous les partis ou mouvements politiques divers présents à ces élections se sont déclarés pour l’Europe capitaliste, aucun n’a remis en cause le capitalisme dont l’existence est l’unique responsable des difficultés croissantes des peuples d’Europe.
     En France, Macron et Le Pen ont été présentés comme étant les seules alternatives alors qu’ils sont d’accord pour accélérer la casse et satisfaire aux appétits du capital.
     La « gauche » et ses nombreuses ramifications sont en échec total, la recomposition politique se poursuit visant à centrer le combat pour le pouvoir politique entre l’équipe dirigeante et l’extrême droite, phénomène déjà observé dans d’autres pays d’Europe.
    Cette recomposition politique vise à marginaliser les partis traditionnels, on voit à quel point l’action des « gilets jaunes » a été utilisée pour servir les objectifs politiques des serviteurs du capital.
    Édouard Philippe a d’ailleurs déclaré dans son intervention après la publication des résultats que les « clivages politiques ne sont plus ceux d’hier » (gauche–droite). De nouveaux clivages apparaissent entre une droite libérale et une droite nationale.
    Le capital dispose pour résoudre sa crise de deux forces en présence, le reste étant marginalisé.
    Le discours d’Édouard Philippe a été très clair : il faut poursuivre et accentuer les réformes capitalistes. Retraites, Unedic, santé, hôpitaux, éducation, fonction publique, casse de l’industrie, privatisations tous azimuts… Philippe promet une accélération dans la domination capitaliste de la société.
    Il n’y a que les luttes pour freiner et stopper le capital, c’est le seul outil dont disposent les travailleurs pour y parvenir.
    L’amplification, la convergence des luttes qui n’ont pas cessé doit devenir l’objectif urgent et essentiel de la classe ouvrière pour satisfaire les revendications, augmenter les salaires, les pensions et allocations sociales…
     La lutte politique pour débarrasser la société du capital est indispensable pour donner au peuple le pouvoir politique sur l’ensemble de la société.
    Nous appelons nos électeurs, toutes celles et ceux qui ont pris part à cette campagne en diffusant nos tracts et bulletin de vote à nous rejoindre pour renforcer le combat politique que nous menons, à faire connaître partout notre perspective politique, à multiplier les rencontres et débats nécessaires à l’engagement.
    Il n’y a pas de temps à perdre.

Bimestriel N°131

imgnews

 

S'abonner à notre Hebdo

 

Notre brochure
brochure
 
Bulletin d'adhésion
bulletin d'adhésion
 
Affiche
affiche