frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 16.03.2020-20.03.2020

France.
Lutte. Bigard. (Quimperlé, Finistère). L’épidémie n’arrête pas l’exploitation capitaliste. Les ouvriers sont appelés à la grève à compter du 16.03 pour s’opposer à la remise en place de pointeuses à l’entrée des ateliers au lieu de la sortie du vestiaire ce qui aurait pour conséquence de réduire leur temps de pose et d’augmenter la productivité sans contrepartie. La direction c’est refusée à toute discussion.
Répression. Marseille. Trois procès sont en cours contre les responsables CGT : dockers à la suite d’une plainte de FO en 2013 qui conteste le résultat des élections professionnelles, dans une entreprise du privé et à la SNCF. Plusieurs rassemblements et manifestations ont eu lieu.
Coronavirus. Confirmation des mesures en faveur du patronat avec 45 Mds d’aide pour les entreprises, 300 Mds de garantis pour les prêts consentis par les banques. C’est la Sécu qui va prendre en charge les arrêts maladies pour la garde des enfants (sans précision pour savoir si l’Etat remboursera cette dépense), suspension du versement des cotisations sociales, des impôts, des factures de gaz, électricité, des loyers. 2,5 Mds sont prévus entre l’Etat et les régions pour indemniser les indépendants des pertes subies.
Dans cette débauche d’argent pas un mot sur les revendications des personnels soignants, aucune annonce de budget pour l’hôpital. Le pouvoir se contente de remerciements et vante la conscience professionnelle ce qui ne coûte rien.
Conséquence du délabrement du service de santé et devant l’engorgement actuel et à venir des services de réanimation au fur et à mesure du développement de l’épidémie la question du tri des malades est posée. Ce n‘est pas l’annonce à grand fracas d’un hôpital militaire de 30 lits qui répondra aux besoins pas plus que le transport de six malades par un avion militaire. Dans le même temps les masques pour les personnels de santé ne sont toujours pas disponibles et encore moins pour les salariés en contact avec le public.
Amazone. Les salariés sont appelés par l’ensemble des organisations syndicales à un débrayage et un rassemblement le 18 mars devant la plate-forme de Saran (Loiret), droit de retrait à Lanwin (Nord) tandis que les protestations se multiplient dans l’ensemble des plates-formes devant les conditions de travail incompatibles avec l’épidémie et la protection de la santé. Même mouvement en Italie et aux USA. Le coronavirus est une source de profit pour Amazone, qu’il ne faut surtout pas rater et qui prévoit en France 10.000 emplois supplémentaires … et précaires.
D’autres mouvements de grève ont eu lieu dans les usines des équipementiers auto, Faurécia et Valéo, dans l’Orne, le Calvados, la Somme, qui sont restées ouvertes car elles fournissent des usines hors de France
L’entrée en vigueur des nouvelles dispositions d’indemnisations des chômeurs sont repoussées au 1er septembre.
La « réforme » des retraites est mise ne sommeil. Il sera intéressant de voir l’évolution des retraites par points là où elles existent, des fonds de pensions face à l’écroulement des bourses où sont placées les cotisations retraites. De même pour les 75 Mds de réserve de l’Agirc-Arco réalisés avec le blocage des retraites et des mesures d’âge.
Les mesures de confinement ne sont pas les même pour tout le monde. En premier pour les salariés qui doivent être présent pour assurer des productions non indispensables. Dans de nombreux département la CGT demande soit l’arrêt de l’activité des entreprises, soit elle appelle les salariés à utiliser leur droit de retrait.
Le CAC 40 est à 3833 points le 19.03 (-27,38% depuis le 1 er mars et -35,51 depuis le 01.01.2020)
Voir le rapport au Bureau national du 18 mars qui développe sur l’ensemble des questions liées au coronavirus.
Presse. La « Novelle République du Centre Ouest » qui couvre cinq départements de la région Centre veut supprimer entre 95 et 100 postes sur 500 sous prétexte de difficultés financières alors que son résultat brut d’exploitation a été de 1,7 million en 2019. Une grève a eu lieu le 12.03 pour refuser ces suppressions.

Monde.
Italie. Les italiens sont confinés mais le patronat maintient les usines ouvertes au nom de la défense de l’économie italienne sans pour autant prendre les précautions élémentaires pour assurer la sécurité des salariés. Des grèves pour exiger les protections indispensables ont éclatées le 16.03 dans plusieurs régions du pays. A la suite de ces mouvements une distribution gratuite de matériel de protection a eu lieu.
Hollande. KLM (filiale d’Air France) devant la baisse du trafic ne perd pas de temps pour sabrer dans ses effectifs. Entre 1500 et 2000 emplois de précaires vont être supprimés. Les horaires de travail vont être réduits (sans précision sur leurs indemnisations) la prime d’intéressement supprimée.
Pétrole. Malgré quelques fluctuations la chute des cours se poursuit : 27,93 $ le baril le 19.03.
Bourses. Les banques centrales ont beau déverser des milliards pour soutenir l’économie les bourses mondiales continuent leur descente. Aux USA les 850 Mds de $ pour l’économie, taux zéro décidé par la banque centrale, n’ont pas empêché les baisses à Wall Street. Pareil en Europe. La BCE annonce 750 Mds d’aide soit 1000Mds depuis septembre 2019. A ces sommes il faut ajouter l’aide décidé par chaque Etat séparément. La BCE n’exclut pas d’autres aides si le besoin s’en fait sentir avec l’aggravation de la crise.
Certains experts font remarquer avec raison que cette crise se produit dans une situation plus dégradée qu’en 2010 avec l’augmentation de l’endettement des Etas, des entreprises, des particuliers. Ils n’excluent pas une deuxième crise de la zone euro dans les prochains mois, ce qui mettrait en péril l’euro, la crise économique conduisant à une crise politique au niveau européen qui ferait la démonstration de son incapacité à maitriser la situation. Ce qui les inquiète.
D’autres interventions de la BCE et une planche à billets qui fonctionne à plein régime ne sont pas à exclure…

Imprimer ce résumé