frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 09.03.2020-13.03.2020

France.
Luttes
Universités-recherche : Après leur journée de grève et de manifestations le collectif les regroupe et les étudiants qui inscrivent leur action dans la lutte plus générale contre la politique du pouvoir appellent à une « semaine noire » entre le 18 et le 21 mars avec un temps fort le 19 ainsi qu’à l’action le 31 mars avec l’intersyndicale.
Flow Continental Energy. (St Junien, Haute Vienne) Grève et manifestation le 12.03 contre la mise en liquidation judiciaire.
Retraite. Une nouvelle réunion de la « conférence sur le financement des retraites » a eu lieu le 10 mars. Les participants- Etat, patronat, syndicats- sont tombés d’accord sur le montant du déficit à combler d’ici à 2027 : 12Mds. Le document de travail soumis aux participants précise : Les quatre organisations d’employeurs sont favorables à une mesure d’âge et quatre organisations syndicales sont prêtes à la prendre en considération si elle est accompagnée d’autres mesures. En clair tous s’orientent vers un allongement de l’âge de départ. Le rapport de force est tellement en faveur du patronat que la CFTC a été obligé de faire le constat : l’essentiel des mesures chiffrées fait porter l’essentiel de l’effort sur les salariés. Aucune des mesures ne revient en effet à solliciter les entreprises. La CFTC fait une découverte. C’est quand même le but de la « réforme ».
Collectivités locales. Les différents responsables des associations de collectivités locales viennent d’envoyer une lettre à Macron pour refuser la suppression d’un certain nombre d’impôts dit « d’entreprises » qui financent les collectivités prévues dans le cadre du « apte productif » censé relancé l’activité industrielle. Suppressions exigées par le patronat. Ils considèrent avec raison que ces impôts ne nuisent pas à la compétitivité des entreprises et qu’ils leurs revient en partie sous forme d’investissement collectifs. Mais pour satisfaire les exigences patronales ils proposent de diminuer les cotisations sociales patronales. Sans commentaires.
Boiron (homéopathie, Lyon) A la suite de la décision du pouvoir de ne plus rembourser les médicaments homéopathiques à 30% mais à 15, le fabricant annonce 646 suppressions d’emplois sur 2500. Quelques millions d’économie pour la SS qui coûte cher à la collectivité.
Profit. EssilorLuxottica. (lunettes, groupe franco-italien) Résultat net : 1,9Mds (+ 4,8%). Auchan. Le groupe est divisé en activités distinctes mais au total pour Auchan Holding le résultat net est de 432 millions contre une perte de 183 millions en 2019. Ratp : Résultat net : 131 millions avec une perte estimée à 150 millions due aux grèves.

Monde
Coronavirus. (voir article dans l’hebdo) La crise engendrée par l’apparition du virus- au- delà de l’aspect sanitaire- prend de plus en plus l’aspect d’une crise du système capitaliste comme il en apparait à intervalles réguliers, la dernière remontant à 2007-2008 et ayant pour origine la spéculation immobilière aux USA.
Pour sauver le système, les Etats, les institutions financières, les banques centrales ont déversés des sommes colossales sur les marchés et imposé une austérité sans précédent aux peuples de la planète. La crise passée, ils ont continué à pratiquer l’argent facile créant d’une part un endettement très élevé des Etats et des entreprises et une augmentation des marchés financiers et de bourses sans aucun rapport avec la réalité de la production de richesses. La bulle spéculative était en place avant l’épidémie et ne demandait qu’à exploser.
De nombreux économistes, le FMI et la banque mondiale ont alerté depuis quelques mois sur ce risque. La seule inconnue dans leurs prévisions étant la date de l’explosion. C’est chose faite. La purge boursière a eu lieu le 9 mars. Ce jour- là plus 16000 Mds de $ se sont volatilisés. Le CAC 40 a poursuivi sa baisse toute la semaine. De 5253 points le 9 à l’ouverture il tombe à 4084 points le 13.03 et perd 34% depuis le 1er janvier.
Pour y faire face les Etats au service du capitalisme préparent une série de mesures pour permettre au système de surmonter la crise et de repartir dans la course au profit. Au détriment des besoins des peuples. La France entend mobiliser entre 30 et 40 Mds (certainement plus à l’arrivée), l’Allemagne tous les milliards nécessaires, 50 Mds aux USA pour ne citer que les principaux pays.
Dans un même temps cette crise aggrave les contradictions entre les pays capitalistes pour la conquête de nouveaux marchés et de zone d’influences.
L’exemple du pétrole et de la chute des cours en est le meilleur exemple. Avec un cours à 35,92 $ le baril le 9 mars ce qui représente une chute de 21,05% sur le court précédent. La raison en est la rupture de l’accord entre les pays de l’Opep et la Russie qui visait à limiter la production pour assurer les prix à un niveau qui permettent à chacun de s’assurer des profits issus du pétrole.
Le refus de la Russie de baisser sa production lors de la réunion du 9 mars a entraîné la riposte de l’Arabie qui a inondé le marché en cassant ses prix.
Conséquence prévisible : des difficultés pour les autres pays producteurs en premier l’Iran déjà sous les sanctions américaines et concurrente de l’Arabie comme première puissance régionale. Seront également très touchés l’Algérie, l’Irak, le Nigéria déjà en proie à de fortes contestations sociales.
Le pétrole et le gaz de schiste US ne vont plus être rentables avec un prix aussi bas du baril. De nombreuses faillites ont eu lieu dans ce secteur en 2019. Elles devraient augmenter en 2020 et affaiblir les USA concurrent de la Russie et l’Arabie au profit de ses deux derniers.
Sans surprise les 27 pays de l’UE font face à la crise sanitaire et économique en ordre dispersé, chacun défendant les intérêts de son capitalisme. Solidarité et capitalisme deux mots incompatibles. La crise met à nu l’état lamentable des systèmes de santé avec des médecins italiens obligés de trier les malades pour savoir lequel va recevoir les soins appropriés et les autres sans doute remis à la « grâce de dieu ». En France c’est le rappel des médecins retraités qui est mis en place, tandis que les moyens élémentaires de protection- masque, lotion- ne sont pas suffisants pour faire face aux besoins. Cela avec une crise hospitalière vieille de plusieurs années. L’Europe qui protège chère à Macron fait preuve de son chacun pour soi.
Avec leur système de santé privatisé pour l’essentiel, les USA sont encore moins aptes à faire face. Les tests de détection du virus ne sont pas disponibles. Une journée d’hospitalisation est facturée plus de 4600 $. Les mesures d’interdictions d’entrer sur le territoire coûtent moins chères que d’offrir à la population un système de santé digne de ce nom.
Liban. Annonce qu’il est en défaut de paiement et incapable de rembourser une dette de 1,2 Md de bons qui arrive à échéance. Sa dette se monte à 92 Mds de $ soit 170% de son PIB. Le Liban paye la facture de la guerre civile (1975-1990), de son système politique hérité du colonialisme français et basé sur la représentation des trois courants religieux reconnus (chrétien, maronite, musulman) qui facilite clientélisme et corruption. Les manifestants ont fait de la disparition de ce système une de leurs exigences.
Achats. Le coronavirus n’empêche pas les affaires de se poursuivre. Aon, deuxième plus gros assureur du courtage achète pour 30Mds de $ le numéro trois dans le même métier.
Tesco (supermarché anglais) vend ses magasins en Malaisie et en Thaïlande à un groupe local pour 9,9 Mds de $ dont 6,6 seront reversés aux actionnaires sous forme de dividendes.

Imprimer ce résumé