frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 17.08.2020-21.08.2020

France.

Luttes.
Mac Donald’s (Béthune, Pas de Calais). Grève le 8.08 pour les salaires.
Presse La presse parisienne était absente des kiosques en raison d’une grève le 20.08. Aucune information sur l’origine et les causes de l’action. A Marseille la grève se poursuit chez Prestalis contre les suppressions d’emplois.
Répression. A. Smith, inspecteur du travail dans la Marne, syndicaliste CGT, vient de faire l’objet d’un déplacement d’office sur décision de la ministre du travail E. Borne. Rappel des faits : A. Smith au cours d’une inspection demande en mars à une société d’aide à la personne de munir de masques son personnel. Celle-ci refuse et porte plainte auprès du ministère qui met à pied l’inspecteur et le traduit devant le conseil de discipline. Cette décision a entrainé une profonde indignation parmi les inspecteurs du travail qui s’est traduite par des pétitions, manifestations ce qui amené l’ensemble des syndicats à exiger le retrait de la sanction.
Smith a attaqué sa mise à pied (186 jours) et son déplacement devant le tribunal administratif.
Cela doit être considéré comme un avertissement à tous les inspecteurs du travail qui veulent accomplir correctement leurs missions. Un encouragement pour le patronat à contester tous les contrôles et obligations.
A suivre.
Suppressions d’emplois. La reprise de Camaïeu (habillement) après sa faillite par un fond (foncière immobilière bordelaise) va amener à 451 suppressions d’emplois sur3100 salariés. C’est une véritable hémorragie de l’emploi dans les chaines d’habillement ou de chaussures à la suite de faillites. La Halle, Naf Naf, André, Orchestra, Alinéa ont procédé au travers des faillites à des restructurations qui ont réduit l’emploi de 50 à 80%.
Ces faillites sont une véritable mine d’or pour leurs actionnaires. L’ordonnance du 20 mai 2020 permet aux actionnaires qui ont conduit l’entreprise à la faillite de la reprendre devant le tribunal de commerce, les dettes étant annulées et les salaires et indemnités des salariés licenciés payés en totalité ou en partie par le fond d’assurance générale des salaires. C’est le cas de Camaïeux et d’Aliéna (famille Mulliez). Une faillite frauduleuse organisée par l’Etat.
Handicapés. Dans un rapport l’Igas (inspection des affaires sociales) fait le point de l’évolution de l’emploi pour les handicapés. Sa lecture montre comme dans beaucoup d’autres domaines sociaux la distance entre le discours officiel et la réalité. Une loi de 2005 oblige les entreprises à employer 6% d’handicapés dans leurs effectifs. En 2020 ce n’est toujours pas le cas. Les quelques contraintes (aménagement des postes, des horaires) sont trop coûteuses aux yeux du patronat pour employer le contingent d’handicapés prévu par la loi. L’IGAS fait trois propositions non contraignantes à la fin de son rapport. La situation des handicapés va demeurer la même encore longtemps.
Etudiants. L’UNEF vient de calculer que le coût de la vie va augmenter de 3,69% en 2020 (pour une inflation officielle prévue à 0,8%). Cette baisse est la conséquence de l’augmentation des prix du logement et de la nourriture, de celui des masques dont le port est rendu obligatoire. L’UNEF demande une augmentation des bourses de 20% et l’ouverture du système d’aide à 100.000 étudiants supplémentaires.
Impôts d’entreprises. Alors que le gouvernement a décidé de baisser de 10 Mds les impôts dits d’entreprises un certain P. d’Ornano, PDG et vice- président du Meti (mouvement des entreprises intermédiaires) demande-au nom de la lutte pour l’emploi- une baisse de ces impôts de 35 Mds par an. Grands ou plus petits, le patronat n’en a jamais fini avec ses exigences de cadeaux sociaux et fiscaux.

Monde.
USA. L’agence pour la protection de l’environnement vient d’assouplir les règles de production de méthane émis par l’industrie pétrolière, en particulier celle qui pratique la fracturation hydraulique. Une « économie » pour les pétroliers de 100 millions de $ par an. A trois mois de l’élection présidentielle inutile de préciser l’origine de cet assouplissement.
La baisse des prix du baril de pétrole entraine une concentration de cette industrie. Les petits et moyens producteurs se retrouvent dans une situation financière difficile. Une trentaine d’entre elles sont sous la loi de protection des faillites. Un premier achat vient d’avoir lieu. Pour 13 Mds de $ Chevron vient de racheter une compagnie en difficulté.
Inde. Si le travail des enfants est interdit avant 14 ans, les 10 millions d’enfants au travail tous les jours amène à une tout autre réalité. La pandémie, avec la fermeture des écoles, a entrainé une augmentation énorme-mais non chiffrée- du travail des enfants. Les ONG qui s’occupent de l’enfance font part de leur inquiétude que cette situation se poursuive après la réouverture des écoles.
Brésil. 21 jours de grève chez Renault pour s’opposer à 747 suppressions d’emplois prévues dans le plan mondial annoncé. Ces licenciements sont en contradiction avec la signature d’un accord entre Renault et le syndicat. La grève plus un jugement condamnant Renault ont obligé la direction à les annuler. Une source d’inspiration pour tous les syndicats du groupe.