Gantry 5

 

Résumé des questions économiques et sociales: semaine du 05.08.2019-09.08.2019

France.
Luttes.
Deliveroo. Grève des livreurs à vélo dans plusieurs villes de France et rassemblement national à Paris les 3 et 7 août. Ils protestent contre la baisse du prix des courses payées par Deliveroo. Le pouvoir tente d’allumer un contre - feu au travers de la loi d’orientation des mobilités (LOM). Il s’agit d’écrire une charte règlementant le travail par chaque plate- forme sans aucune concertation avec les employés. De leur côté un groupe de sénateurs socialistes vient de publier une tribune pour dénoncer les conditions d’emplois de ces travailleurs en oubliant que c’est lorsqu’ils étaient au pouvoir que cette forme d’exploitation poussée au maximum à vu son développement accélérer et que celui-ci à laisser faire. En Espagne, à Valence et Madrid la justice a requalifié les contrats précaires de Deliveroo en contrats de travail salariés.
Hôpitaux. Sisteron (Alpes de Haute Provence). Manifestation de soutien au personnel des urgences à l’appel de la CGT le 29 juin. CHU de Guadeloupe. Après une rencontre sans résultat avec la direction appel CGTG pour une manifestation le 1er août.
Pompiers. Charleville (Ardennes). Dans le cadre de leur grève les pompiers ont manifesté devant la préfecture.
Hôtel Intercontinental. (Marseille) Manifestation devant l’hôtel de ville à l’appel de la CGT pour dénoncer les conditions de travail des personnels de nettoyage le 30 juillet.
Répression en échec. La mairie de Montauban (LR) qui veut expulser les organisations syndicales de la Maison du Peuple et a fait appel à la justice pour les faire expulser vient d’essuyer un échec. La justice vient de débouter la municipalité de sa demande.
Retraite. La retraite par points présente un double avantage pour le capital. D’une part la baisse des pensions et -pour ceux qui le peuvent- la mise en place d’un plan d’épargne retraite qui a coup d’incitations fiscales doit voir le jour au 1er octobre ou encore le recours à la capitalisation. C’est ce que confirme « les Echos » (5 aout). Traitant de l’épargne retraite ils écrivent : Avec une opportunité de mieux financer les entreprises via une épargne longue à ces fonds à la française. Macron est en train de satisfaire cette exigence. Cerise sur le gâteau le patronat n’aura aucune obligation de verser à ces fonds les mêmes sommes que les salariés.
CAC 40. Sur la base des résultats financiers du premier semestre les analystes financiers prévoient que les profits pour l’année 2019 se monteront à 107,4 Mds soit +4,5%.
Immobilier. La machine à crédit s’emballe. Il est d 1040 Mds (+6,3%). Les banques se plaignent de la faiblesse des taux (1,2%) qui entamerait leur rentabilité. Quand elles empruntent à 0%, voire à taux négatif, sur de telles masses 1,2 amène à de jolis profits.
Automobile. « Les Echos » (6 août) écrivent : Automobile, l’inexorable déclin du made in France. C’est vrai que le temps ou les constructeurs français réalisaient 80% des ventes sur le marché national ce qui faisait à l’export de l’industrie automobile une machine à faire rentrer des devises. Le journal parle de la France pour dédouaner les capitalistes qui ont délocalisé à outrance pour réaliser un maximum de profits au détriment de l’emploi. Dans les chiffres du chômage leur part de responsabilité est grande. Et ce n’est pas fini. Le journal annonce la perte de fabrication de 355.000 véhicules dans les usines françaises (22%des capacités) par une nouvelle vague des délocalisations organisées par Renault et Peugeot.102.000 en raison de la baisse de la demande en Europe et en France. L’avenir d’une usine comme Flins est clairement posé, avec d’autres qui vont se trouver en sureffectifs (du point de vue patronal). Pareil pour les sous-traitants. La direction de Bosch annonce : Il y aura des répercussions sur les employés. L’usine de Rodez est sur sellette depuis plusieurs mois et le risque de sa fermeture devient de plus en plus réel.
Vivendi. Le chinois Tencen va prendre 10% du capital d’Universal Music numéro un mondial de la musique valorisé à 30 Mds d’euros. Il a l’intention de monter à 20% dans un futur proche. Tencen c’est fait une spécialité dans les jeux vidéos avec 415 Mds de $ de capitalisation boursière et des participations dans 700 sociétés. Le capitalisme chinois ne laisse aucune activité en dehors de ses ambitions.
Achat. Europcar achète Fox Rent (US) qui contrôle la location de voitures dans 15 des plus grands aéroports du pays pour une somme non communiquée.
Rabot contre écologie. Le gouvernement a fait son choix. Cela sera le rabot dans les économies d’énergie allouées aux particuliers qui veulent améliorer l’isolation thermique de leur habitation. Le budget consacré à ce secteur est de 0,88 Md en 2019 contre168 l’an dernier.
Monde.
Guerres commerciales. Il faut en parler au pluriel tant elles touchent de pays ou de groupes de pays.
Chine-USA. Les négociations qui avaient repris piétinent. Dans le même temps Trump relève de 10% les taxes su 300Mds de $ d’importations chinoises. Elles doivent entrer en vigueur au 1er septembre. La Chine a annoncé des représailles si ces nouvelles taxes entraient en vigueur. Ce qui n’empêche pas le déficit US de continuer de croitre. Il s’est simplement déplacé de la Chine vers le Vietnam ou la Thaïlande. Pour ne pas s’aliéner son électorat Trump verse 28 Mds aux agriculteurs tandis que les taxes nouvelles n’en rapportent que 20. La Chine a réagi en bloquant ses achats de produits agricoles et en laissant filer à la baisse sa monnaie, provoquant un début de panique dans l’ensemble des bourses du monde, les spéculateurs se ruant sur l’or et les emprunts d’Etats jugés fiables. L’Asie du sud- est dont la monnaie chinoise est devenue un facteur déterminent accusent aussi de fortes baisses. C’est bien la suprématie mondiale qui est en jeu.
Corée du Sud-Japon. Les deux pays étaient des « partenaires privilégiés » ce qui leur permettait d’avoir des contrôles allégés de leurs exportations. C’est le Japon qui a ouvert les hostilités en retirant la Corée de sa liste, la Corée faisant de même en représailles, ce qui va ralentir les échanges entre les deux pays du fait des contrôles douaniers renforcés.
UE-USA. Une nouvelle fois l’UE capitule devant les USA. Elle autorise l’importation de 35.000 tonnes de bœuf, importation interdite par l’UE depuis 1988 au prétexte de la présence d’hormones. Il s’agit de protéger les exportations de voitures, en premier les allemandes. Une nouvelle fois l’UE a sacrifié les intérêts des agriculteurs au profit du capitalisme.
Colombie. La production de cocaïne bat des records. Selon l’ONU elle est passée en un an de 1058 tonnes à 1120 tandis que le prix du kilo est passé de 1160 à 1300. Ce sont les zones tenues par les FARC qui sont tombées sous la coupe des cartels qui explique cette hausse de la production. I. Duque, nouveau président de la Colombie, adversaire acharné du Venezuela est incapable d’enrayer cette production et l’influence des cartels sur la vie du pays.
USA. Au détour de la présentation de son bilan on apprend que Stop &Shop filiale US de Delhaize (Hollande) a connu la plus longue grève qui ait eu lieu dans le pays depuis trois ans. Pas de précision sur les revendications et les résultats.
Audio-visuel. Disney annonce qu’il va se lancer à son tour dans la diffusion d’émission en « streaming » avec en plus le sport. Il entre en concurrence directe avec Netflix un des géants de ce type de diffusion aux USA comme en Europe. Avec un de CA 20,25 Mds de $ prévu au troisième trimestre 2019 Disney se pose en concurrent sérieux pour tous les acteurs qui agissent dans les contenus. La féroce bataille pour acquérir une position dominante qui existe déjà dans ce domaine va encore s’aggraver.
Dans un autre domaine, celui de l’e-commerce FedEx rompt le contrat qui le liait à Amazone dont il assurait les livraisons. La guerre pour dominer ce nouveau marché va -sans aucun doute- s’amplifier.
Glencore. Un des premiers groupes minier mondial annonce qu’il ferme sa mine de cobalt en République Démocratique du Congo, une des plus grandes au monde. Motif avoué : la concurrence des autres mines de la région. Motif réel : le refus de payer une augmentation des taxes minières en discussion depuis des années avec le gouvernement de la RDC. Le modèle n’est plus économiquement viable explique la direction à ses salariés pour justifier la fermeture.
Allemagne. ThyssenKrupp qui vient de réaliser 683 millions de profit trouve le chiffre insuffisant. Il va procéder à 6000 suppressions d’emplois dont 2000 dans la sidérurgie.