Gantry 5

 

France.
Luttes :

GE Belfort. Débrayage et blocage de la tenue du CSE qui devait lancer le « plan social » le 17 juin. Au cours du rassemblement les syndicats annoncent de nouvelles actions. Le directeur français de Belfort regrette qu’un « débat serein et constructif » n’ait pu avoir lieu. L’intersyndicale appelle à une manifestation Samedi 22 à Belfort. Ils seront tous là à pleurer sur le sort des travailleurs, la droite qui se réjouissait en son temps du « sauvetage » de l’entreprise par Sarkozy et qui a « négocié » avec Général Electric, la « gauche » sous Hollande avec Montebourg toujours prêts à venir au secours des multinationales. Tout ce beau monde se rejette la responsabilité de la situation mais aucun ne propose la nationalisation totale d’Alstom et toute ses branches d’activité. A suivre
Enseignants. Grève le 17 juin des épreuves du contrôle du bac pour protester contre la réforme du bac et au- delà de la mise en place de l’école à deux vitesses qui répond aux exigences du capitalisme, ainsi que la réforme de la fonction publique et pour la hausse des salaires. Interrogé le matin même sur France Inter le ministre après avoir insulté les enseignants qui vont participer à l’action annonce avant le début de celle-ci, le nombre de grévistes : 5%. Chiffre repris par les médias, alors que les lycées ont prévu 30% de personnel en plus pour pallier aux absences des profs.
Radio France. Fort mouvement de grève le 18 juin. La direction reconnait 42% de grévistes. La direction qui accepte de faire 60 millions d’économie imposée par l’Etat annonce la suppression de 270 postes et l’abandon par le reste du personnel de jours de congé, en cas de refus ce sera 390 suppressions de postes. Le CSE qui a mandaté un cabinet pour expertise estime de la direction a volontairement chargé de 7,4 millions la masse salariale pour justifier ces licenciements.
Sanofi Mourenx. (Hautes Pyrénées) Grève le 18 juin à l’appel de la GT pour la prise en compte des effets sur la santé des productions, ce que la direction refuse.
Equipement. Actions diverses à l’appel de la CGT dans la région parisienne, le Nord, à Angoulême contre la privatisation des routes nationales demandée par les sociétés autoroutières.
CAC 40. Le capitalisme français se porte bien. Pour 2018 son chiffre d’affaires est au plus haut depuis 2012 à 1.336 Mds, sa rentabilité est de 8,7%, le résultat net est de 89 Mds, le dividende versé est de 51Mds (+ 4 Mds par rapport à 2017) auquel il faut ajouter 36 Mds de trésorerie nette disponible.
Assurance chômage. Comme prévu ce sont bien les chômeurs qui vont payer les 1 à 1,3 Md d’économie par an, exigés dès le début par le pouvoir. Sur cette somme la modification des règles d’accès au chômage va permettre « d’économiser » 2,2 Mds sur trois ans. Le bonus- malus pour les patrons qui emploient trop de salariés en CDD courts n’est qu’une mesure en trompe l’œil. Cette mesure ne concerne que 7 branches et elle est facile à contourner avec le travail au noir, les travailleurs détachés, les auto entrepreneurs. Le Medef n’a protesté que pour la forme ses exigences ayant été largement prises en compte par le pouvoir. C’est définitivement l’étatisation de l’assurance chômage. Les secrétaires généraux des cinq confédérations doivent se rencontrer le 24 juin. La CGT appelle à une action le 26 juin sans en préciser les modalités, La CFDT « très en colère » appelle avec la CFTC, l’Unsa, des ONG à un rassemblement sans en préciser la date.
Transports. La région Ile de France a lancé un appel d’offre pour la future ligne de tram numéro 9 qui doit être mise en exploitation au 1er janvier 2021. C’est Kéolis (filiale de la SNCF) qui a remporté le marché au détriment de la RATP qui bénéficiait jusqu’à présent du monopole de la construction et de l’exploitation des lignes. Une première étape vers la privatisation du transport collectif en région parisienne au moment où l’attribution de la construction du métro du Grand Paris va débuter.
La compagnie allemande FlixTrain vient de déposer une demande pour exploiter cinq lignes dans le cadre de l’ouverture à la concurrence prévue en 2020
Peugeot. Transforme son usine de moteurs thermiques de Trémery (Moselle) en usine de moteurs électriques en liaison avec son partenaire japonais Nidec. La production prévue est de 180.000 moteurs en 2022. Peugeot ne donne pas d’indication sur les conséquences de cette modification de production sur l’emploi, le moteur électrique demandant 30 à 40% de main d’œuvre en moins qu’un moteur thermique, sans compter la mécanique qui va avec (boites de vitesses, embrayages, etc).
Il vient d’inaugurer une nouvelle usine de montage au Maroc avec 2500 salariés ce qui entraine avec les sous- traitants et services 16.000 création d’emplois. Outre les salaires très bas le Maroc accorde d’importants avantages fiscaux et sociaux à ces nouvelles implantations étrangères, avec en plus la « tranquillité » sociale due à l’absence de syndicat indépendant du pouvoir et à la répression par celui-ci.
Néovia (agroalimentaire, St. Nolff, Morbihan, filiale de l’américain ADM). Supprime 127 emplois dans les services dits « support ». Le groupe emploie 1070 salariés en France.
Sanofi. Poursuit sa politique de suppression d’emplois. Cette fois c’est la R&D présentée comme un secteur déterminant pour l’avenir, qui est visée avec 300 postes en moins (sur 4.000) en France et 166 sur 1500 en Allemagne. En 2018 il en a transféré 750 en Hongrie, en a supprimé 232 au printemps 2019 dans les fonctions commerciales et 600 en R&D en 2015.
Construction. L’Agence qualité construction vient de révéler l’augmentation des malfaçons dans les immeubles neufs, y compris dans les éléments porteurs. Les balcons et fenêtres sont particulièrement visés. Le coût des sinistres pour malfaçons passe de 430 millions en 2008 à 754 en 2017. A rapprocher des mesures de déréglementations prises depuis 2007 (Sarkozy) et poursuivies par tous les présidents qui ont suivi sous le prétexte de construire plus et moins cher.
Gaz. Après une augmentation de 2,2 et 1,3 % en 2018 le prix du gaz pour le tarif réglementé devait baisser de 6,7% au 1er juillet. Le prix du gaz a fortement chuté sur le marché mondial par suite d’une production abondante et une baisse de la demande.
Plastivaloire. (Langeais, Indre et Loire). Poursuit ses investissements dans les pays à bas coût de main d’œuvre. Après des usines au Portugal, en Slovaquie il annonce une usine en Pologne, une en république Tchèque.
CFDT. En liaison avec 43 ONG la CFDT relance l’idée de L. Berger d’un « pacte du pouvoir de vivre » lancé à l’automne pour aider le gouvernement à sortir de la colère populaire due à la politique menée par Macron. Econduites à l’époque, elles reviennent à la charge et préconisent huit mesures telles la « rénovation thermique », « la fin des logements indignes », la revalorisation de minimas sociaux. « Chaque fois qu’il y aura un résultat nous le dirons » clame L. Berger. Ces nouvelles pratiques, la recherche prioritaire de revendications communes avec les ONG, de forme d’action hors de l’entreprise amène, à terme, à transformer un syndicat en ONG en abandonnant toute politique revendicative.
Monde.
USA-Iran : l’impérialisme US poursuit ses agressions, tous les prétextes sont bons pour accentuer la pression sur l’Iran, après le torpillage de pétroliers dédié à l’Iran, c’est un drone américain abattu (par qui ?) qui met le feu aux poudres. Trump est présenté comme étant l’agressé alors que les objectifs clairement affichés depuis plus de 30 ans par l’impérialisme US est de maitriser la région, ses richesses et les voies de passage. Silence complice de l’Europe.
Brésil. Voir article dans l’hebdo.
Suisse. Grève des femmes et fortes manifestations pour l’égalité salariale. La différence de salaire est de 25% avec les hommes.
Salon du Bourget. Présentation de la maquette du futur avion de combat franco-allemand et l’annonce d’une enveloppe de 75 millions pour les deux pays afin de financer les premières études. Les prévisions de budget pour la réalisation du projet se montent à 45 Mds. Le but est de faire un avion de combat européen dans le cadre d’une armée commune. Cette ambition risque d’être mise à mal par la soumission d’un certain nombre de pays -7 sur 28- qui ont déjà commandé des avions F 35 produits par les USA
Est aussi annoncée la création du groupe naval militaire entre Fincantieri et Naval groupe, fusion réalisée à 50-50 entre les deux. Le siège sera implanté à Gène ce qui laisse planer des doutes sur cette fusion présentée « entre « égaux ».
Libra. Il s’agit d’une crypto monnaie que compte lancer Facebook en 2020. Il s’est associé à 26 autres capitalistes dont X Niel (Free, « le Monde »). Sans entrer dans les détails techniques dont certains ne sont pas encore connus, il faut retenir que c’est la première fois qu’un groupe de capitalistes va battre monnaie, privilège des Etats jusqu’à aujourd’hui. Sous une forme qui se veut ironique « les Echos » posent une question des plus sérieuse : à quand une armée et une justice Facebook ? Cette initiative confirme, s’il en était besoin, que ce sont bien les multinationales qui gouvernent. Pas seulement par l’intermédiaire des Etats mais directement elles- mêmes.
Allemagne. Siemens annonce la suppression de 2700 postes dans sa division des turbines, dont 400 en Allemagne, le reste au niveau mondial n’est pas connu pour l’instant. Il vient d’en supprimer 10.400 dans le but d’économiser 2,2 Mds d’ici à 2023.

France.
Luttes :

La Poste. La fédération postale CGT recense une centaine d’actions diverses pour les salaires et les conditions de travail qui se sont déroulées dans cette dernière période.
A Alençon (Orne) après une manifestation en ville et une pétition largement soutenue par la population La Poste renonce à la fermeture du bureau le matin comme elle l’avait prévu. Dans l’Aveyron appel à la grève le 17 juin pour le service public.
Privés d’emploi. Appel à une manifestation nationale le 26 juin pour une meilleure indemnisation.
Télé publique. Tous les syndicats, y compris ceux des journalistes, appellent à une journée de grève le 13 juin pour protester contre la disparition à la rentrée du journal de Soir 3 et son remplacement par une édition télé de Radio France. A Radio France appel à la grève le 18 juin contre les suppressions d’emplois imposées par les restrictions de budget exigées par le gouvernement.
Andreco (distributeur de prospectus publicitaire, Tourcoing) Débrayage le 13 juin pour les conditions de travail.
EDF. Débrayage à la centrale à charbon de Courtenais (Seine Maritime) contre le projet de fermeture en 2022. Il s’agit avant tout d’une fermeture politique pour satisfaire la fraction « écologique » des électeurs des différents partis qui se réclament de l’écologie, EDF ayant un projet de centrale non polluante à mettre en œuvre. La centrale emploie 170 personnes EDF, 150 intérimaires.
Région Bourgogne- Franche Comté. Appel CGT à la grève du 6 au 28 juin pour les personnels de services des lycées avec un point fort le 17 pour la hausse des salaires, le retrait du projet de réforme, le passage au privé de certaines activités.
Enseignants. Les syndicats d’enseignants pour appuyer leur demande d’augmentation des salaires, le retrait de la réforme des lycées et du bac, le retrait de la réforme de « l’école de la confiance » et de la loi sur la fonction publique menacent d’une grève le jour de l’examen du bac. Si les revendications portent sur des questions générales et pas seulement sur des revendications catégorielles, la forme de l’action peut poser un problème vis-à-vis des lycéens et des parents.
Urgences. Voir article dans l’hebdo
Retraite- Sécurité sociale. Le Conseil d’orientation des retraites sort fort à propos un rapport alarmiste sur le déficit du régime. 9 Mds déficit d’ici à 2022. L’équilibre du régime ne serait atteint qu’en 2040 voire 2070. De même pour la SS qui aurait dû être bénéficiaire dès cette année ne le sera pas. Les causes en sont la faiblesse des augmentations de salaire, la prise en charge par la SS de désocialisation des heures supplémentaires et des primes pour un coup de 2,7 Mds. Conformément à la décision du pouvoir ces exonérations ne sont plus remboursées par l’Etat mais sont à la charge de la Sécurité Sociale. Joint aux autres cadeaux sociaux faits au patronat rien d’étonnant donc au « déficit » annoncé. Les « économies » vont être recherchées sur le dos des retraités d’aujourd’hui et de demain. Voir article dans l’hebdo consacré au discours d’E. Philippe devant l’Assemblée le 12 juin.
Groupe La Poste. A compter de 2020 c’est la Caisse des Dépôts qui sera l’actionnaire majoritaire du groupe. La part de l’Etat 73 ,68% passe à 34%. Dans le même temps la Poste au travers de la banque postale va devenir l’actionnaire majoritaire de la compagnie d’assurance CNP après une OPA de 5 à 6 Mds. Cela va créer un important pôle financier et d’assurances avec aussi la participation de la Banque Populaire-Caisse d‘Epargne mais le retrait de l’Etat amorce une nouvelle marche vers la privatisation à terme de cet ensemble. Quant à l’autre activité du groupe La Poste -la distribution du courrier- il n’en n’est même plus question, seule compte l’activité financière du groupe. A noter le silence absolu des médias sur cette restructuration des services financiers de l’Etat.
Plates-formes. Devant les quelques manifestations des salariés contre leurs conditions de travail, des accidents (dont deux mortels de livreurs à vélo depuis le début de l’année), le pouvoir vole au secours du patronat sous la forme d’un amendement à la loi mobilité en proposant une « charte » qui sera écrite par les plates-formes elles- mêmes et définissant les droits (?) et devoirs des employés. A suivre pour en apprécier le contenu.
Ces plates-formes bénéficient d’un grand intérêt de la part du capitalisme. Ainsi Uber (créé en 2009 et qui n’a versé aucun dividende à ses actionnaires depuis sa création) possède une capitalisation boursière de 83 Mds de $ et n’aucun mal à lever des fonds en bourse selon ses besoins. Le dernier en date -1 Md- a été effectué en début d’année.
Dassault Systèmes. (informatique) Achète pour 5,8 Mds de $ la société US Medidata spécialiste des suivis des essais cliniques et des nouveaux traitements médicaux. Le pôle santé de Dassault va dépasser, avec cet achat, le milliard de CA dans le domaine de la santé.
Création d’emplois. Titre des « Echos » (13 juin) La bonne surprise des créations d’emplois, provenant d’après le journal, des mesures prises par Macron (code du travail, allègement sociaux et fiscaux) et qui commence à porter « ses fruits ». Il s’appuie pour cela sur une étude de l’Insee portant sur les prévisions de créations d’emplois en 2019. 12 métiers sont pris en compte tous types de contrats confondus. Ce qui frappe c’est l’absence totale de création d’emplois dans le secteur industriel. (voir article dans l’hebdo) pas plus que dans celui de la santé pris au sens large. Il ne s’agit que d’emplois de services, non créateurs de richesses, et souvent très peu qualifiés, tel le magasinage et la préparation des commandes pour 159.640 créations, ou la restauration pour 103.108.

Monde.
Mexique. La menace de Trump de hausse des droits de douane a porté ses fruits. Le Mexique va durcir sa politique migratoire en faisant la chasse aux émigrés clandestins qui traversent son territoire en provenance de l’Amérique centrale et souhaitent se rendre aux USA. Le Mexique ayant capitulé devant l’impérialisme US, celui-ci consent à annuler la hausse des droits de douane, si les engagements pris par le Mexique sont effectivement tenus.
USA. Fusion dans l’aéronautique militaire entre United Technologies et Raytheon pour donner naissance à un groupe de 96,5 Mds de $ de CA, ce qui le met en quatrième position dans le groupe des fournisseurs d’avions de combat derrière Boeing, Airbus, Lockheed qui vient de se voir attribué une commande de 34 Mds qui devrait être suivie d’une autre encore plus importante.

France.
Luttes :
Cheminots. Manifestation nationale réussie avec des débrayages dans deux régions : Hauts de France et Centre. A noter la faiblesse de la couverture médiatique. Il faut attendre 15 minutes pour que la question soit abordée au 20h d’A2, sans aucune image de la manif et traitant du seul « mal être » qui règne dans l’entreprise, alors que l’objet de la lutte est la suite de la privatisation contre une convention collective qui casse le social. On est loin des dizaines d’heures de direct lors des manifestations de gilets jaunes, des heures de débats sans intérêt. Il est vrai que l’enjeu n’est pas le même.
Hôtels. Campanile et Première Classe à Surenne en grève depuis le 19 mai pour les conditions de travail.
Urgences. Appel à une action nationale les 6 et 11 juin. A l’hôpital Lariboisière pour la première fois une équipe des urgences se met toute entière en arrêt maladie, expression d’une situation insupportable. La ministre A. Buzin sur France inter (4 juin) en réponse aux besoins immédiats vante les mérites de sa loi santé en discussion au Parlement, insulte les personnels en leur reprochant leur manque de solidarité avec les autres soignants. Grèves ou débrayages dans les hôpitaux de Paimpol, Pau.
Nutella. (Villers-Ecalle, Seine Maritime). Grève pour une augmentation de salaire de 4,5% et une prime de 900 euros.
RATP Bus. Appel CGT à des débrayages et une manifestation lors d’un conseil de discipline visant deux adhérents CGT le 28 mai.
La Poste. (Villeneuve/ Lot, Lot et Garonne). Préavis de grève illimitée à compter du 5 juin contre la fermeture d’un bureau.
Elections. Dans 11 hôtels parisien la CGT obtient entre 80 et 86% des suffrages, 39 dans un autre.
Budget 2019. On continue clament en cœur Macron et Philippe. La préparation du budget le confirme. D’après des « fuites » organisées c’est le logement social qui continuerait à être ponctionné (300 à 350 millions) les allocations familiales à partir d’un nouveau mode de calcul (1 Md), audio- visuel public (50 à 100 millions), l’assurance chômage (1 à 1,3 Md) ; l’allongement de la durée de cotisations retraite (500 millions), le gazole non routier (900 millions), les suppressions d’emplois dans la fonction publique (entre 4500 et 10.000). Les cadeaux sociaux et fiscaux au patronat sont bien sûr épargnés.
Assurance chômage. Retraite. Des informations de presse confirment les économies sur l’assurance chômage réalisées sur le dos des chômeurs, le départ réel de la retraite à 64 ans par le biais d’une pénalité sur la pension pour un départ entre 62 et 64 ans.
Radio France. Présentation par la PDG de son plan d’économie de 60 millions imposé par la baisse de subvention du gouvernement. La masse salariale représente 60% du budget annuel (ce qui est normal pour une radio) c’est l’emploi qui va être mis à contribution pour réaliser les économies exigées.
TecSom. (revêtement de sols, Sedan) 38 emplois supprimés après liquidation judiciaire.
Tujagne. (Vic- en -Bigorre, Hautes Pyrénées). La fermeture de cette entreprise de meubles entraine la suppression de 30 emplois.
Bic. Après avoir supprimé plusieurs centaines d’emplois dans ses usines en le délocalisant en Pologne, Bic en ajoute une centaine au siège social de Clichy (hauts de Seine)
Renault-Fiat. Voir article dans l’hebdo.
Transport ferroviaire. Les concurrents de la SNCF n’attendent pas pour se saisir des lignes qui rapportent. Trenitalia par l’intermédiaire de sa filiale Thello annonce pour juin 2020 le lancement d’un TGV entre Paris et Turin avec la desserte de Lyon, une des lignes les plus rentables. Avec deux aller et retour par jour 7 jours sur 7.
Intox. Face à la fermeture d’entreprises et aux suppressions d’emplois qui font la une de l’actualité et dont l’essentiel est le fait d’entreprises étrangères implantées en France un vaste plan de désinformation est mis en œuvre par la capital et le pouvoir. « Les Echos » du 4 juin titre : Investissements étrangers : la France double l’Allemagne, titre repris sous une autre forme par « le Parisien », développé sur France Inter par D. Seux, journaliste aux « Echos », sur A2. Si le nombre de ses investissements est connu -1027- celui des emplois créés n’est indiqué nulle part. Pour sa part A2 apporte sa pierre à l’opération et se fend d’un long reportage sur « la renaissance de l’industrie textile en France ». Cette tentative de dédouaner le capitalisme à un deuxième but que « les Echos » rappelle : En revanche ces derniers (les investisseurs étrangers) sont toujours en attente de mesure de simplification administrative, de développement des compétences et de l’allègement de la pression fiscale. De quoi nourrir la deuxième partie du quinquennat. Impossible d’être plus clair.
De son côté le FMI s’inquiète de la dérive budgétaire de la France et l’invite à réduire ses déficits publics.
Monde.
Chine. En réponse à la guerre commerciale que mène l’impérialisme US, la Chine décide d’augmenter ses droits de douane sur 60 Mds de $ de produits américains. Elle a aussi dressé une liste d’entreprises US qui n’auront plus droit de cité en Chine. Les négociations pour trouver un accord entre les deux sont au point mort.
D’autre part en décidant de taxer les importations mexicaines de 5% qui iront en augmentant tous les mois de 5% pour atteindre 25% en octobre, Trump qui ne peut plus utiliser son armée pour intervenir dans les affaires des autres pays, a trouvé le moyen de la guerre économique pour y pallier. Pour le Mexique il s’agit de faire pression pour qu’il freine les flux migratoires vers les USA, les « sanctions » contre l’Iran pour aider ses alliés du Moyen-Orient, Israël et l’Arabie Saoudite, sa décision d’interdire le tourisme de groupe avec Cuba sous le prétexte que celui-ci aide le Venezuela.
Agence internationale de l’énergie. Elle alerte sur les incertitudes qui pèsent sur les centrales nucléaires et le risque que fait peser sur le réchauffement climatique leurs fermetures. Elle préconise l’allongement de la durée de vie des centrales pour faire face aux besoins en énergie d’ici à 20 ans. L’agence estime à1600 Mds de $ les sommes nécessaires en investissement dans les énergies renouvelables pour y faire face contre 500 à 1Md de $ par centrales pour le prolongement de leur activité.
Arabie Saoudite. Un des premiers producteurs de pétrole vient de décider d’acheter aux USA 5 millions de tonnes de gaz naturel par an pendant 20 ans. (il s’agit de gaz de schiste) et d’investir à hauteur de 25% dans un terminal de liquéfaction au Texas. Le but déclaré est que l’Arabie veut économiser son pétrole pour l’exporter et se servir du gaz pour faire tourner ses centrales électriques. A moins que ce soit pour aider son allié et protecteur Trump à quelques jours de l‘annonce de sa candidature pour un deuxième mandat.

France.
Luttes :
Cheminots. Manifestation nationale le 4 juin à l’appel de la CGT, Sud, Unsea, CFDT. Première action dans la cadre de la négociation de la convention collective à la suite de la privatisation de la SNCF. Sans surprise le patronat de la branche tire vers le bas tout le social. A suivre.
Hôpitaux. Celui de Bourges en grève depuis le 15 mai, sa reconduite est votée tandis que celle de Paimpol le sera à compter du 6 juin. C’est 81 centres des urgences qui sont dans l’action. Une grève générale de cinq minutes dans l’ensemble du secteur a eu lieu le 28 mai à midi. La ministre de la santé répond par la négative à toutes les revendications des personnels, y compris sur la demande d’augmentation de salaire qui pourrait être satisfaite. A condition de changer de politique.
Victalia (transports publics, Perpignan) En grève depuis le 15 mai pour les salaires, la direction dépose plainte pour « entrave à la liberté du travail » en raison des piquets de grève.
St Louis. Avec la CGT les salariés du site d’Eppeville (Somme) poursuivent la lutte contre la fermeture du site à la suite de la décision de l’allemand Südzucker propriétaire de St. Louis. Ce dernier ferme en raison de la surproduction mondiale de sucre. Il sacrifie ses usines françaises au profit de ses usines allemandes. (A noter que les prévisions pour les trois ans à venir font état d’une baisse de production mondiale). En mars les salariés ont été manifester devant le siège du groupe à Mannheim. Ils viennent de manifester devant l’ambassade d’Allemagne à Paris.
FR3. Grève le 29 mai dans les stations de radio bleu contre la fusion des éditions régionales du matin avec FR3, ce qui à terme met l’emploi en cause.
St Gobain (Foug, Meurthe et Moselle) Grève le 25 mai à l’appel de la CGT contre le projet de vente de l’entreprise à un repreneur.
Dockers (Marseille) Ils viennent de réaffirmer leur refus de charger des armes pour l’Arabie Saoudite. Dans la grande tradition des luttes ouvrières pour la paix.
Pompiers (Morbihan) En grève à l’appel de la CGT pour obtenir les moyens en personnel nécessaire à leurs missions.
Casino. La maison mère de Casino, Rallye vient de se placer en procédure de sauvegarde en raison de sa dette (2,9 Mds) qu’elle est incapable de rembourser. Le groupe comprend les 584 enseignes Casino, 5153 magasins de proximité, Monoprix, Leader Price, Franprix pour un CA de 19,1 Mds. Sans entrer dans les détails financiers induits par cette procédure (l’action Casino a pris 7,8% à cette annonce), une des options envisagée serait la vente de certains actifs. Avec des conséquences certaines sur l’emploi.
Timac Agro. (Sète, Hérault). Supprime 38 emplois sur 49 dans son usine qui produit des granulés pour l’agriculture. 200 emplois induits sont eux aussi menacés. Avec une répercussion importante sur l’activité du port et la disparition de 50.000 de fret par an.
GE. Annonce 1.050 suppressions d’emplois : 792 à Belfort dans les turbines à gaz sur 1900 le reste au siège (Boulogne Billancourt). C’est la disparition annoncée à terme de la fabrication des turbines en France. Pour mémoire GE devait créer 1000 emplois annoncé lors de la reprise d’Alstom (accord signé par CFDT-CGC). La réalité c’est depuis cette date, la suppression au total de 1400 emplois (400 à Grenoble + les 1000 de Belfort). L’amende payée par GE de 60 millions pour non-respect des engagements pris n’est qu’une goute d’eau au regard de son CA mondial. La perte d’emplois chez les sous-traitants et entreprises de service n’est pas chiffrée pour l’instant (on parle de 3 à 5000 ?). En général ce sont les oubliés des plans sociaux.
Whirpool. Chacun se souvient du feuilleton lors de la campagne électorale de 2017 autour de la fermeture de l’entreprise et l’annonce de la reprise de 162 salariés sur 282 par un repreneur WN. (les 300 sous- traitants qui travaillaient sur le site ont tous été liquidés). Après avoir touché 10 millions WN annonce la mise en redressement judiciaire de l’entreprise pour laquelle, selon les syndicats la nouvelle direction n’a fait aucun effort pour trouver des débouchés à ses fabrications. On peut avoir de forts doutes sur l’utilisation de ces 10 millions.
A noter que cette annonce, ainsi que celle de GE, intervient 48 h. après les élections européennes. Le capital sait ne pas mettre en difficulté son pouvoir.
Insee. Vient de publier une enquête sur les marge des entreprises. Celles-ci ont augmenté de 1,1% et se montent à 32,6%. C’est la baisse des cotisations sociales qui est la cause de cette augmentation. Merci Macron.
EDF. Profitant de la hausse des prix de 5,9% au 1er juin, de Rogy ministre de l’écologie, ex député EELV, s’en prend pour expliquer la hausse, aux « avantages » des agent EDF en matière de tarif. Les taxes de l’Etat sur les factures d’électricité lui sont inconnues. Les prix du secteur conventionné d’EDF servent à financer les énergies renouvelables en grande partie privées. D’autre part l’Etat impose à EDF de vendre son électricité au privé presque en dessous de son prix de revient. Le privé en profite pour acheter sur le marché européen son électricité lorsque les prix sont en dessous du prix EDF, il achète à EDF lorsque les prix du marché sont supérieurs à ceux d’EDF. Un seul gagnant : le privé, les perdants : les abonnés au tarif réglementé d’EDF.
Haute fonction publique. Macron veut les hauts fonctionnaires à sa botte. Il veut avoir des hauts fonctionnaires d’accord avec ses objectifs. L’ouverture de la haute fonction publique à des personnels venant du privé pour une mission prévue dans la loi sur la fonction publique ne peut que faciliter cette exigence.
Canal +. Vient d’acquérir pour plus d’un milliard M7 un des plus gros opérateurs de TV, payante en Europe. Cette acquisition permet à Canal de récupérer 20 millions d’abonnés dans sept pays européens.
Monde.
Brésil. Deuxième manifestation de masse dans tout le pays des profs d’universités et du second degré, des étudiants contre le projet de budget de l’enseignement supérieur du gouvernement Bolsonaro qui considère que la jeunesse n’en n’a pas besoin.
Chine. L’ambassadeur chinois à Paris explique dans une longue tribune (les Echos du 29 mai) que la Chine ne se laissera pas faire dans les négociations avec les USA. « Cette guerre commerciale nous ne la souhaitons pas. Mais nous ne céderons pas au chantage » et réaffirme la volonté de son pays en faveur du multilatéralisme et ses efforts pour s’ouvrir aux investissements étrangers.
Dans la bataille qui oppose la Chine aux USA autour de Huawei l’institut Montaigne (de droite) apporte sa pierre dans ce conflit en préconisant de ne pas faire appel au chinois pour l’installation de la 5G au nom de la sécurité des réseaux et pour donner plus de débouchés à l’industrie européenne très en retard dans ce domaine.
Enfin le système bancaire chinois donne des inquiétudes à la finance mondiale après la mise sous tutelle de la banque centrale d’une petite banque provinciale. C’est le résultat de l’endettement de l’économie chinoise encouragée par le gouvernement pour faire face au ralentissement économique du pays. Enfin la finance grise, qui agit en dehors de toute régulation, est passée 335 Mds de $ en 2010 à 8254 Mds en 2017.