Gantry 5

 

France.
Luttes :
Hôpitaux. Multiples actions depuis le début de la semaine qui se développent en RP et en province Voir article sur le site.
Sans papiers. Les salariés chargés du nettoyage des boutiques Kenzo ont occupé une de celles-ci pour obtenir leurs régularisations le 10.04. Succès après une heure d’occupation.
Nettoiement. (Lyon) En grève depuis le 2.04 pour les salaires et les conditions de travail, dix grévistes sont traduits devant le tribunal à la demande de leur employeur la société Pizzorno
SNCF. Débrayage à Narbonne le 18.04 pour le maintient du service public. Soutient des élus et de la population. Les cheminots sont appelés à une manifestation nationale le 4 juin.
Citroën Rennes. Appel de la CGT pour une grève le 22.04 (jour férié) alors que le travail des samedis et dimanches est monnaie courante pour faire face à la demande. La CFDT sous le prétexte d’heures supplémentaires bien payées ne se joint pas à l’appel.
Dockers. Grève de 4h dans les principaux ports le 15.04 contre l’annonce des fermetures de centrales à charbon, ce qui va réduire l’activité portuaire. La CGT demande le report de l’arrêt à 2025 au lieu de 2022.
Grande distribution. Appel CGT à une grève pendant les jours de Pâque contre les suppressions d’emplois.
Nouvelle-Calédonie. Grève dans une mine de nickel du groupe Eramet contre une modification des horaires de travail. (pas d’autres précision).
Retraite. Avec la réforme des retraites, l’Etat compte mettre la main sur l’ensemble du système, retraite complémentaires comprises. Il serait institué à compter de 2020 une « caisse universelle d’assurance vieillesse » dotée d’un CA de 15 patrons et 15 salariés (désignés par qui, ce n’est pas précisé) et d’une assemblée générale représentant la diversité des métiers ainsi que des personnes tirées au sort. Ces propositions sont soumises aux syndicats qui, si elles sont acceptées, leurs retireront la participation complète à la gestion.
FO se retire temporairement des discussions sous le prétexte de l’augmentation de l’âge de départ et la contrainte comptable pour les pensions à ne pas dépasser 13,8% du PIB.
Achat. Publicis achète pour 4,4 Mds de $ la société US Epsilon pour aider ses clients à prendre le virage du digital.
Bébé Confort. Confirme la suppression de 129 emplois sur 350 dans sa branche R&D à Cholet, R&D qui sera transférée dans l’usine allemande de la société.
Thales Aliéna Space. Le profit avant l’avenir. La direction de cette entreprise spécialisée dans la construction de satellites annonce dans un CCE le 10.04 la possible suppression de 500 emplois, après un plan « d’adaptation » qui concernait 150 salariés et autant de sous-traitants. Motif : baisse des commandes. Dans ce domaine la R&D est déterminante pour l’avenir de l’entreprise et donc de l’emploi. L’Etat majoritaire au capital exige une rentabilité de 10%, ce qui ne permet pas à la R&D d’être à la hauteur des besoins d’où baisse de commandes et d’emplois.
Tarif réglementé du gaz. C’est fait. La loi Pacte le fait disparaitre d’ici le 1er juillet 2023, ce qui va toucher 4,3 millions de foyer et ouvrir un boulevard au privé. Les dispositions de la loi font obligation à Engie de se débarrasser dans les meilleurs délais de ce secteur réglementé avant la date prévue par une campagne vers ses abonnés sous peine de sanctions
Renault. Nouveau recul de sa production en France. 750.271 véhicules produit en 2018 contre 779.000 en 2017. Baisse qui risque de s’aggraver en 2019 avec le départ de la fabrication des Clio de Flins vers la Turquie. Le déficit de la balance des paiements concernant l’automobile augmente tous les ans (9,6Mds en 2018 contre 9,3 en 2017) résultat de la politique des constructeurs avec l’essentiel de leurs productions dans les pays à bas coûts et importées en France.
Travailler plus pour croître plus. On se souvient de la formule de Sarkozy : « travailler plus pour gagner plus ». J.M. Daniel, bien connu pour sa fréquentation des plateaux TV et radios propose ( « les Echos, 17.04) cette nouvelle formule. Tout y passe. Retraite à 67 ans (soixante- sept), liquidation des 35 h. afin de « permettre à chacun de travailler « autant qu’il le souhaite », suppression de jours fériés sans prendre le prétexte de la solidarité pour la dépendance. Il vient ainsi justifier la même idée que Macron devait développer dans son discours du 15.04.
EDF. Divers journaux ont titré sur la réorganisation d’EDF. Voir article sur l’Hebdo.
Armes françaises. Les informations se multiplient sur l’utilisation des armes françaises vendues à l’Arabie utilisées dans la guerre au Yémen. Malgré cela le gouvernement continue à prétendre que ce n’est pas le cas et qu’il va continuer à en livrer et entretenir celles en service.
N. Notat. Après avoir trahi le mouvement contre l’allongement de la durée du travail en 2003 et avoir quitté la direction de la CFDT quelques années plus tard, N. Notat avait monté avec l’aide des grandes entreprises une agence de notation- Vigéo- qui « notait » sur la base de critères « sociaux, environnementaux et de gouvernance ». Moody’s agence américaine de notation financière vient de mettre la main sur Vigéo pour 28 millions d’euros. Les masques sont tombés.
Monde.
Portugal. Grève des conducteurs de camions citernes (motif non précisé) ce qui crée une pénurie de carburant dans les stations. Le gouvernement socialiste en a réquisitionné un certain nombre pour assurer les services publics.
Chine-UE. La rencontre entre les deux pays s’est conclue par les déclarations habituelles sur la nécessité du développement des relations entre les deux parties. Plus concrètement la Chine a marqué » un point avec le groupe dit des « 17+1 ». Il s’agit de pays européens issus de l’URSS ou des anciens pays socialistes de l’Europe de l’Est plus la Grèce qui vient de s’y joindre et qui accepte les crédits chinois pour investir dans « les nouvelles routes de la soie », l’Italie vient aussi d’adhérer. La France et l’Allemagne s’inquiètent de la venue en Europe d’un tel concurrent qui marque aussi vite de tels progrès, alors que ces deux pays considèrent l’espace européen comme leur propriété principale, même s’il la partage avec les USA.
FMI. La réunion des ministres des finances et des gouverneurs de banques centrales vient de se tenir à Washington au siège de l’organisation. Aucune décision n’y a été prise malgré le ralentissement de la croissance mondiale tant la concurrence est féroce entre les grands ensembles capitalistes qui se battent pour dominer le monde. Commentant la réunion « les Echos » disent la même chose sous une autre forme. « Il ne pouvait en être autrement tant les antagonismes nationaux sont prégnants ».
Chine. Le recul du marché auto se confirme. Au 1er trimestre il a encore reculé de 11,3%. Le gouvernement a décidé de supprimer les aides qu’il apportait aux petites voitures, surtout fabriquées par les constructeurs chinois. Avec seulement 200 millions de véhicules en circulation la Chine reste le 1er marché mondial qu’aucun constructeur ne veut abandonner. Ford qui a perdu 37% de ses ventes entend se relancer en sortant 30 nouveau modèles -électriques pour l’essentiel- dans les trois prochaines années. Ce qui explique les fermetures d’usines et les suppressions d’emplois en Europe.
USA. La compagnie pétrolière Chevron achète pour 50 Mds de $ (dette comprise) Anadarko spécialisée dans le pétrole et le gaz de schiste. Chevron devient la deuxième plus importante compagnie après Exxon.
Commerce mondial. Entre les USA et le reste du monde les discussions vont bon train sur le commerce. Outre les négociations avec la Chine, les USA négocient un accord de libre échange avec le Japon qui vise l’ouverture du marché japonais dans les domaines de l’agriculture, des services, des ventes de voitures japonaises aux USA. Le Japon subit déjà la taxation de son acier et aluminium décidée par Trump en 2018. De son coté l’UE à reçu mandat du conseil des ministres européen pour ouvrir des discussions avec les USA avec une conclusion pour la fin octobre. Deux sujets vont dominer : les exportations d’automobiles allemandes et le différend entre Boeing et Airbus sur les aides apportées par leurs gouvernements respectifs. La France qui craint que son agriculture soit sacrifiée au profit de l’automobile allemande est contre cette négociation sous le prétexte du retrait des USA de l’Accord de Paris sur le climat.
Cuba. Les USA envisagent des poursuites judiciaires contre les groupes étrangers qui prendraient des participations dans des biens socialisés par la révolution. Annoncée le 17 avril (58 eme anniversaire de la défaite de l’impérialisme US à la baie des Cochons) elle doit entrer en vigueur le 2.05. L’Europe proteste et menace de rétorsion les entreprises US sur son sol. Elle avait aussi protesté lors les sanctions contre l’Iran avec le succès que l’on sait, c’est-à-dire aucun effet.

France.
Luttes. Bayer. (chimie, Villefranche/Saône). Débrayages journaliers depuis le 12 décembre 2018 contre la mise à pied d’un délégué CGT, dont le licenciement a été finalement accepté par l’inspecteur du travail. La fédération CGT de la chimie appelle à l’action pour sa réintégration.
Intermittents. (Nord) Occupent du lundi 4.03 à 16h jusqu’au mardi à 11h les locaux de l’action culturelle. Motif : ils dénoncent l’essorage de l’assurance chômage et les économies sur le dos des chômeurs. La police les a « évacués ».
Cimetières parisiens. Face à l’idée de la mairie d’ouvrir aux enterrements les cimetières le dimanche les employés sont en grève les 11 et 18.mars
Peugeot. Débrayage et blocage de l’usine d’Hérimoncourt (Doubs) contre le transfert d’activité et la fermeture du site.
Prisons. Une vingtaine d’entre elles sont toujours dans l’action pour les salaires, les effectifs, la sécurité.
Douane. Pour mettre fin à la grève le ministère propose 14 millions pour les salaires contre l’abandon des embauches supplémentaires pour faire face à la sortie de l’Angleterre de L’UE. Les douaniers veulent les salaires et l’embauche. La grève se poursuit.
Prud’hommes. Une quinzaine d’entre eux ont rendu des jugements en faveur des salariés plus favorables que prévus par les ordonnances Macron en matière d’indemnisation. La ministre de la justice a adressé en décembre aux procureurs et présidents des cours d’appel une directive pour exiger qu’ils fassent remonter au ministère tous les jugements de ce genre. Une pression du pouvoir pour faire appel du jugement.
Achat. Les skis Salomon sont acquis par un groupe chinois pour 4,6 Mds.
Cadeaux. Les transporteurs aériens français vont recevoir 200 millions supplémentaires pour des allégements de « charges » annonce la ministre des transports. Insuffisant estime le patronat.
Airbus. L’arrêt de la fabrication de l’A 380 risque de couter cher aux contribuables en raison des avances remboursables faites par les Etats (France pour 1,21 Md, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne) au total 3,3 Mds qui devaient être remboursées au fur et à mesure de la fabrication des appareils. 1/3 de la somme a été remboursé jusqu’à présent. Une close précisait qu’en cas d’arrêt de la fabrication les remboursements seraient annulés. Un bon accord pour les capitalistes.
Suppression d’emplois. Sanofi supprime 232 postes de visiteurs médicaux (256 selon la CGT) après en avoir supprimé 750 en décembre, soit 60% des visiteurs en France. (Sanofi a distribué 3,8 Mds de dividendes en 2018) De son côté le groupe pharmaceutique P. Fabre annonce 80 suppression d’emploi chez les visiteurs médicaux.
Banania. Ferme son usine de Faverolles (Somme) avec 40 suppressions d’emplois pour concentrer sa production en Allemagne. Elle a réalisé 40 millions de profit en 2018.
Savencia (fromages, laiteries) ferme trois usines en Europe dont celle de Claye (Charente) 43 emplois sont supprimés.
Emplois francs. Ils ont remplacé les emplois aidés qui n’ouvraient pas de perspectives d’emplois durables selon Macron. C’est un bide. 4330 contrats signés en mars pour une prévision de 40.000 en 2019. Ce n’est pas cela qui fera reculer réellement le chômage, qui devrait atteindre encore 8,8% fin 2019 alors que les cadeaux continuent pour le patronat. La transformation du CICE en baisse de cotisations qui interviendra en octobre va encore les réduire de 10% au niveau du Smig, de 6% pour les autres salaires.
Loi santé. Elle arrive cette semaine à l’Assemblée. A aucun moment ne sont traitées les questions de fermeture d’hôpital et de maternité qui se poursuivent, des salaires et emplois, questions cruciales pour traiter de la santé publique. La loi comprend deux volets : la réforme des études médicales avec la suppression du numérus clausus, la « réorganisation de l’offre de soins » à partir des territoires et « d’hôpitaux de proximité » essentiellement orientés vers la gériatrie, avec l’interdiction de pratiquer la chirurgie et l’obstétrique. Sous un jargon technocratique c’est la poursuite de la destruction du service public de santé sur la lancée de ce qui a été fait par les gouvernements précédents. La loi ne prévoit pas les financements qui seront précisés par ordonnances. Pour tenter de faire baisser les actions et mieux faire passer sa loi la ministre annonce une enveloppe de 300 millions au titre du budget 2018 et mis en réserve pour l’hôpital public et privé afin d’en diminuer le déficit.
Renault-Nissan. La nouvelle direction s’est réunie au Japon pour la première fois depuis l’emprisonnement de Ghosn, avec comme appellation « Conseil de l’Alliance ». Il est composé des directeurs de Renault, Nissan, Mitsubishi et du PDG de Renault qui coiffe le tout. Un premier rééquilibrage vient de se produire en faveur de Nissan qui aura un PDG Japonais à la place d’un Français. Le capitalisme japonais marque un point dans cette affaire ce qui était le but recherché avec l’élimination de Ghosn. La deuxième étape sera, dans quelque temps celle de l’équilibre capitalistique entre les « partenaires » qui permettra de mesurer le rapport de force à l’intérieur de l’alliance.
Impôts d’entreprises. Les PME ont un taux de taxation sur les bénéfices de 23,7% contre 17,6% pour les plus grandes. Deux raisons : les plus grandes bénéficient plus du crédit impôt-recherche et du CICE, elles déduisent de leurs impôts les intérêts des emprunts contractés, plus important pour les plus grandes que pour les PME. Cette disposition explique -au moins en partie- l’intérêt des entreprises pour la dette. Celle-ci se monte à 4.000 Mds d’euros soit 175% du PIB.
Profits. La Banque de France va verser à l’Etat 5,6 Mds en impôts et dividendes réalisés au travers des mesures destinées à stimuler l’inflation dans la zone euro, les intérêts du portefeuille d’investissements, de la poursuite des suppressions d’emplois et de l’augmentation de la productivité exigée des personnels.
Lagardère. Va distribuer 170 millions de dividendes pour un CA de7,3 Mds.
Ingérences étrangères. Un groupe de 63 dirigeants français de multinationales étrangères s’invite dans le « grand débat » au travers d’un article des « Echos » du 14 mars. Après avoir vanté le poids des ces entreprises pour l’emploi, le chiffre d’affaire dans l’économie, la R&D, les exportations, ils expliquent que les mesures d’Hollande et de Macron ont rendu la France très attractive pour leurs maisons mères. Mais que les gilets jaunes inquiètent. Il faut « chassez le doute ». Pour cela poursuivre et accélérer les « réformes ». Tout y passe : diminution du coût du travail, réduction des dépenses publiques, des contraintes administratives, baisse de la fiscalité. Ils soutiennent la politique européenne de Macron. L’article ne précise pas si les patrons de Ford France ou de St Louis sont parmi les signataires.
Monde.
Voyage de Macron en Afrique. Voir article dans l’Hebdo.
USA. Dans le cadre de la guerre commerciale avec la Chine, les USA usent de tous les moyens à leurs dispositions pour s’imposer. L’ambassadeur des USA en Allemagne menace celle-ci de ne plus lui communiquer les informations venant de leurs services de renseignements si l’Allemagne s’équipe du système 5 G du chinois Huawei accusé par les USA d’espionnage au travers de ses équipements. Les USA sont prêts à vendre les leurs.
UE. Elle vient de publier sa nouvelle liste de paradis fiscaux. Une liste très politique qui évite de se fâcher avec les amis. Ainsi ne sont pas compris dans la liste la Hollande, l’Irlande et le Luxembourg qui à l’intérieur même de l’UE pratiquent des politiques fiscales qui permettent « l’optimisation fiscale » voir la fraude, l’état du Delawaire aux USA ou les Emirats Arabes Unis pourtant sur la première liste mais retirés sous la pression de l’Italie important partenaire commercial. Au total 15 petits pays du Pacifique et des Antilles y figurent contre 5 précédemment.
Allemagne. Après avoir supprimé 30.000 emplois dans le monde dont 23.000 en Allemagne en 2016, Volkswagen en annonce 5 à 7.000 d’ici à 2023 au moyen de pré-retraites. Le prétexte est le passage à la voiture électrique. La réalité ce sont les 5,9 Mds d’économie par an à partir de 2023, l’augmentation de la marge à 6%, en clair une exploitation des salariés.
Pas de réaction syndicale qui cogère l’entreprise.

France.
Luttes. Unilever. (Meux. Oise). Débrayages pour les salaires les 28.02 et 3.03 (équipe de fin de semaine) pour les salaires.
St. Louis. (Eppeville, Somme). Manifestation salariés, population, élus contre la fermeture de la sucrerie.
Douanes. Les douaniers de Calais et Boulogne en grève illimitée à l’appel de la CCT, FO, l’Unsa qui redoutent de ne pas avoir les moyens de faire face à l’augmentation de la charge de travail due à la sortie de l’Angleterre de l’UE.
Prisons. Blocage des accès à la suite de l’agression de deux surveillants par un détenu. La CGT pénitencière met l’accent sur les bas traitements cause du manque d’effectifs, question qui avait abouti à un accord boiteux avec les autres syndicats et le gouvernement lors du conflit de début 2018 avec la même origine.
Arjowiggin.(Papier) Manifestation des salariés devant le tribunal de Nanterre le 6.03 pour l’avenir de l’usine en liquidation judiciaire.
Reuters. Grève de 24h des journalistes le 7.03 contre la suppression de 25 emplois (+ de 50%).
La Méridionale. (marine) Nouvelle grève pour le maintient du service public entre la Corse et le continent.
Verrerie de Oicy (Marne) Débrayage le 5.03 pour les salaires.
Neuhauser (boulangerie industrielle, Fochwiller, Moselle) Débrayage le 7.03 pour les salaires.
Bel (agroalimentaire, Sablé/ Sarthe). Débrayage le 7.03 pour les salaires.
Poste. Déols (Indre) Rassemblement devant le centre de tri pour protester contre la réorganisation des services.
Agriculture. Dans une émission de radio, le ministre de l’agriculture reconnait l’échec de la loi qui devait donner une meilleure rétribution du travail des agriculteurs après la fin des négociations entre la grande distribution et les producteurs. Il cite l’exemple du prix du lait ou de la viande payée en dessous de son prix de revient. Il n’apporte aucune solution sérieuse – et pour cause- à cette situation (enquêtes de la répression des fraudes, commission d’enquête) rien qui puisse inquiéter la grande distribution. Cela au moment ou les dispositions votées entrent en vigueur et font flamber les prix.
Femmes. Beaucoup de bruit pour rien autour de « l’index de l’égalité professionnelle » que doivent publier les entreprises de + de 1000 salariés. Elles doivent, pour respecter la parité pour l’égalité hommes-femmes obtenir 75 points sur 100. La moitié d’entre elles n’ont pas répondu au questionnaire. De toutes manières il n’est prévu aucune sanction. La réduction de l’écart de salaire entre homme-femme se fait par le bas, en particulier pour les jeunes cadres. Les hommes gagnent moins alors que les salaires des femmes stagnent.
Taxe. Celle sur les Gafa soumise au conseil de ministre et qui consiste à taxer à 3% de leurs CA les plates-formes internet est bien une opération poudre aux yeux mise en doute par de nombreux spécialistes quant à son rendement escompté (500 millions par an) que dans ses modalités pratique de recouvrement. De l’avis unanime des mêmes, ce sont les clients des plates-formes qui la payeront au travers de la hausse des prix des services. Il sera difficile de faire passer cette taxe pour une lutte sérieuse contre la fraude fiscale des multinationales.
Dans le même ordre d’idée l’annonce par E. Phillipe de l’ouverture prochaine à la concurrence des pièces détachées d’auto, des syndics de copropriété, des permis de conduire pour améliorer le pouvoir d’achat relève plus du cynisme que de l’inconscience.
Cadeau. A l’occasion du salon Global Industrie de Lyon le gouvernement a réuni une assemblée des « territoires industrie » destinée à encourager les initiatives locales pour réindustrialiser les territoires. En fait il s’agit d’un nouveau cadeau de 1,36 Md réparti entre 136 territoires qui présenteront un projet. A cette occasion une étude sur le solde entre l’ouverture et la fermeture d’entreprises sur 10 ans est faiblement positif dans deux régions (Midi-Pyrénées +5, Paca+10), négatif dans toutes les autres entre -1 dans le Limousin à -87 dans la région Centre, avec toujours de nombreuses fermetures dans les régions sinistrées Nord-Pas de Calais, Picardie, Lorraine.
Université. C’est fait, le capital entre toujours plus à l’université. L’université Paris Sciences et Lettres vient de passer un contrat de licence financé à hauteur de 8 millions par la BNP. Un « comité de pilotage » et une « clause de non-dénigrement » font peser les plus grandes craintes sur les libertés universitaires exprimées par les organisations syndicales. Le président de l’université se félicite de son initiative et annonce d’autres partenariats.
Rafale. La vente des Rafale à l’Inde va entrainer une vague de délocalisation dans le cadre des transferts de technologie prévue au contrat. En plus de Safran qui va construire une usine pour des pièces de moteur (une de Safran existe déjà pour la fabrication de systèmes électriques) d’autres sous-traitants s’installent en Inde pour répondre aux besoins des Rafale qui y seront construits, mais qui en profiteront pour réexporter leurs fabrications y compris vers la France. L’achat à venir par l’Inde de 110 avions pour l’armée de l’air, 54 pour la marine,111 hélicoptères (Airbus Hélicopters envisage de construire une usine en Inde pour les fabriquer), la demande de 6 sous-marins excite toutes les convoitises de marchands d’armes du monde entier. Pour le profit, pas pour l’emploi. (Voir article sur l’hebdo sur le conflit Inde -Pakistan).
Bus Macron. Le nombre de compagnies proposant des voyages en bus à bas coût continue de diminuer. De cinq au départ elles ne sont plus de deux après la vente d’Isilines et Translines (filiale de Transdev, elle-même filiale de la caisse des Dépôts) à l’allemand Flixbus.
Aéroport de Paris. Les sept départements de la région parisienne veulent prendre 29,9% des 50,1% détenu par l’Etat en cas de privatisation telle qu’elle est prévue par la discussion de la loi « Notre ». Le montant de cette initiative n’est pas connu pour l’instant, les départements assurant avoir les moyens de financement sans augmentation d’impôts. A noter que les présidents de départements sont tous issus de partis qui ont privatisé lorsqu’ils étaient au pouvoir se qui fait douter de leur attachement au secteur public.
Retraite. Conséquence des diverses « réformes », l’âge de départ en retraite ne cesse d’augmenter. C’était d’ailleurs le but des « réformes. ». De 61,7 ans en 2006 il passe à 63,3 ans en 2017. Dans sa réforme des retraites, le pouvoir met sur la table l’avenir des régimes spéciaux pour les catégories dites actives. Pour diviser les salariés dans leur lutte contre le projet de retraite par points, pour ne pas trop mécontenter diverses catégories (police, prisons, pompiers) les régimes spéciaux seraientt plus ou moins maintenus à leurs niveaux actuels. Reste la question du financement de cette dérogation. Par les entreprises ou par l’impôt, financement qui n’est pas abordé par le pouvoir.
Suppression d’emplois. Parrot (drone) Avec une trésorerie de 160 millions se prépare à supprimer une centaine d’emplois (15% des effectifs). Motif : « ajuster son activité grand public au rythme du secteur ».
CHU. La Cour des comptes continue d’apporter son aide au gouvernement dans la casse de l’hôpital public. Cette fois- ci se sont les CHU qui sont visés. Il y en a 30 en France. S’appuyant sur la réalité due à la politique de santé des gouvernement successifs et des 405 millions de déficit, elle propose de regrouper les soins les plus coûteux sur une dizaine d’entre eux, ce qui à terme entrainera la disparition des autres en tant que CHU. Cette intervention de la Cour arrive à quelques jours de la discussion de la loi santé par l’Assemblée.
Santé. Conséquence des fermetures de maternités de proximité, à Die (Drôme) une femme enceinte après trois heures d’attente de l’hélicoptère qui devait la transporter à Montélimar accouche d’un enfant mort- né. C’est le deuxième cas dans la région de Die. Le plan santé du pouvoir en action.
Monde.
Paradis fiscaux. La commission européenne a établi un projet de liste de « pays à hauts risques » dans le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et qui comprend l’Arabie saoudite, et quatre petits territoires US. (Guam, Porto-Rico). Devant la protestation des USA et de l’Arabie les gouvernements européens ont bloqué le projet qui a été abandonné. Sans commentaire.
Algérie. L’annonce de la candidature de Bouteflika à l’élection présidentielle assortie de promesses pour la faire accepter par la population ne calme pas la colère des Algériens qui continuent à la refuser. Si ce refus tient à des causes politiques (maladie, absence de présence) la situation économique avec le chômage (26% chez les jeunes) la crise du logement, la stagnation des revenus, la corruption des dirigeants est le moteur premier de l’action du peuple. Reste pour lui à trouver un débouché politique et social, perspective qui ne semble pas se dessiner aujourd’hui.
Allemagne. Succès pour les 1,1 million de fonctionnaires de Länder en grève avec la signature d’un accord sur une augmentation de salaire de 8% sur 33 mois (6% demandé à l’origine) avec un minimum de 240 euros par mois, 380 pour les personnels de santé. La chaine franco-allemande Arte qui ouvre largement ses bulletins d’informations à la « grève » de quelques milliers de lycéens pour le climat tous les vendredis, n’a pas eu un mot pour parler de celle des 1,1 million de fonctionnaires et de son succès. Pour tous les moyens d’information il y a bien des bonnes et des mauvaises grèves.
Chine. L’Assemblée nationale populaire tient sa cession annuelle depuis le 5 février. Le rapport sur la situation économique et ses perspectives indique un ralentissement de la croissance de 0,1% pour 2019 à 6,5%, une diminution des créations d’emplois (11 millions contre 13,6 en 2018), une baisse des impôts pour les entreprises et les particuliers pour relancer la croissance avec comme conséquences une augmentation du déficit budgétaire et une augmentation de la dette qui représentait 248 % du PIB en 2108. La baisse se poursuit dans la vente des voitures, la construction de logements (- 30% en trois ans), la stagnation ses investissements et les ventes de détail qui progressent de 6% par an contre 9 à10% il y a quelques années. Une loi ouvrant plus largement le marché chinois aux investissements étranger, y compris dans les services publics, devrait être votée. Sans encore parler de crise, c’est une situation que connaissent nombre de pays capitalistes et les solutions apportées sont les mêmes. Pendant ce temps les profits des entreprises d’état ou privées se portent bien.
OCDE. Vient de publier ses prévisions de croissance pour 2019, en baisse sur celles d’il y à trois mois. Pour l’Europe elle ne serait que de 1% (1,3 pour la France) et de 3,3 pour le monde contre 3,6 en 2018.
Le déficit commercial américain atteint des records avec 621 Mds de $ dont 419 Mds (+11,6%) avec la Chine malgré les hausses de tarif douaniers. Il est de 81 Mds avec le Mexique et le Canada et de 169 Mds avec l’Europe avec la quelle de nouvelles négociations se sont ouvertes le 6.03.

France.
Action sociale du Calvados. Appel à une grève le 25.02 contre les coupes budgétaires et les suppressions d’effectifs.
Corse-Méditerranée. (navale). Grève les 25 et 26.02 contre l’appel d’offre de la collectivité de Corse qui favorise le privé dans l’attribution des traversées avec le continent.
Poste. (Amboise). Grève contre la réorganisation proposée par la direction.
Sucrerie St Louis. (Cagny, Calvados) Manifestation salariés population contre la fermeture de l’usine.
Action Logement. (ex 1% patronal).Appel CFDT-CGC-Unsa pour des débrayages journaliers d’une heure à compter du 28.02 pour des embauches en CDI, conditions de travail, contre l’externalisation d’activités. C’est la 1ere grève depuis la création de l’organisme.
Appel CGT -FILPAC à manifester le 27.02 devant Bercy en soutien à la lutte d’Arjowiggins contre la fermeture des usines.
Saipol. (agroalimentaire). Les trois usines (Seine Maritime, Gironde, Finistère) sont en grève depuis le 31.01 pour les salaires. +7% et 1500 euros de prime alors que la direction propose 1,2 à 2,2%.
Inspection du travail. La CGT dénonce la diminution prévue de 15% des postes d’inspecteurs d’ici à 2022. Si cela se réalise il y aura un inspecteur pour 10.000 salariés contre un pour 8.600 aujourd’hui. Après les prud’hommes c’est un autre secteur de la protection des salariés qui est remis en cause.
Santé. La CGT des pompiers de la Marne proteste contre la volonté de la direction de faire partir les secours d’urgences sans médecin pour les cas de problèmes cardiaques. Il ne serait appelé que pour constater un décès. But de cette idée : faire des économies.
Suppressions d’emplois. La Caisse d’épargne de la région Grand Est prévoit la suppression de 550 emplois d’ici à 2022.
Konecranes (ponts roulants, groupe finlandais, Vernouillet, Eure). Prévoit le transfert de ses fabrications vers l’Allemagne qui se traduisent par 120 suppressions d’emplois courant 2020.
Ford. Confirme la fermeture de l’usine de Blanquefort pour la fin août. 850 emplois direct, 2000 emplois induits vont disparaitre. Les indignations de Macron, B. Lemaire contre cette fermeture n’ont eu aucun effet face à la propriété privée des moyens de production.
Profits. St. Gobain. Résultat net : 1,7 Md (+6%). Valéo. (équipement auto). Résultat net : 546 millions (-38% du pour l’essentiel à une baisse d’activité en Chine de 17%). Thalès. (numérique) Résultat net : 982 millions (+44%). Cogedim. (immobilier) Résultat net :276 millions (+5%). Banque postale. Résultat net : 726 millions (-5%). Eiffage. (travaux publics). Résultat net : 629 millions (+22%). Dividende par action +20%. Arkema. (chimie). Résultat net : 725 millions (+22,5%). Safran. (aéronautique)Résultat net : 1,98 millions (-17,2%). Suez. Résultat net : 335 millions (+13,4). Trésorerie : 1,023 Md. Bio Mérieux (pharmacie). Résultat net : 256,6 millions (+7,8%)
Peugeot. Résultat net : 2,827 Mds (+46,9%) et une trésorerie de 9,1 Mds, malgré une perte en Chine de 302 millions (ce dont il ne se vante pas). Ces résultats ont valu à Peugeot et à sa direction un flot de commentaires flatteurs sur son redressement en quelques années, son personnel « récompensé » de ses efforts par une prime de 3810 euros pour les salaires égaux ou inférieurs à 2 Smig (dont 400 ou 600 euros de prime Macron, désocialisée et défiscalisée). Ces commentateurs oublient volontairement les suppressions d’emplois, fermetures d’usines, blocage des salaires, surexploitation des salariés. Qui va se poursuivre avec l’annonce d’un ratio masse salariale/ CA à 10% en 2021 contre 11,1 actuellement ce qui doit réduire de 700 euros le coût par véhicule.
Peugeot se lance à son tour dans la fabrication d’une voiture électrique, la 208. L’ensemble des modèles (diesel, essence, électrique) sont fabriqués en Slovaquie et au Maroc., ce qui est passé sous silence.
Retraite. Nouvelle rencontre prévue entre chaque organisation syndicale et J.P. Delevoye sur les régimes spéciaux, le devenir des caisses de retraites et leurs réserves, la place de la solidarité (?) et les transitions douces (?) vers la retraite par points. La presse prétend que le gouvernement est à l’arrêt en attendant les résultats du grand débat. Il n’en est rien.
LVMH. Lance, avec un partenaire italien, une deuxième usine de lunettes en Italie qui devrait employer 700 salariés contre 120 aujourd’hui.
Nexteam (sous- traitant aéronautique) s’implante au Maroc et s’agrandit en Pologne.
Hausses. Le paquet de cigarettes augmente de 50 à 60 centimes au 1er mars avant une nouvelle en novembre. La taxe sur les cabanes de jardins augmente de 3,5%. En revanche la Cour des Comptes revient à la charge pour la disparition de taxes patronales qui rapporte moins de 150 millions par an sous le prétexte qu’elles coutent plus à collecter qu’elles ne rapportent.
Hôpitaux. La ministre de la Santé annonce comme une avancée historique la décision du pouvoir d’autoriser les hôpitaux à revaloriser leurs tarifs de 0,5% après des années de blocage qui ont abouti à la baisse des effectifs, au déficit budgétaire, bref à la situation catastrophique de l’hôpital public. Encore que cette hausse soit en deux parties : 0,2% pour les tarifs généraux, le reste est constitué par un paiement à la qualité (?), institué par la récente loi sur la santé. Le président de la FHF rappelle que les hôpitaux doivent faire 680 millions « d’économie » cette année et que Macron « a dit que 30% des dépenses de santé sont sans doute inutiles ».
Salaires et gilets jaunes. Le journal « Les Echos » confirme l’opinion de « Communistes » sur le mouvement des gilets jaunes dans un article du 25.02. Le journal écrit « Les hausses de salaires sont peu présentes parmi les revendications des gilets jaunes qui semblent avoir intégré que les PME françaises sont trop fragiles pour en accorder. Pour le pouvoir d’achat le levier se situe plus du côté des prélèvements obligatoires ». Sans commentaire.
Monde.
Sud Soudan. Poursuite des manifestations contre la vie chère. Le pouvoir refuse toujours le moindre changement dans sa politique économique.
Allemagne. 1,1 million de fonctionnaires des Länder sont en grève pour une augmentation de salaire de 6%, avec un minimum de 200 euros, 300 pour les soignants.
USA. Pour se désendetter GE vend pour 18,8 Mds d’euros une partie de sa filiale de biopharmacie à l’américain Danaher.
Manifestations massives en Algérie contre la candidature de Bouteflikha sur la base de revendications sociales multiples (voir article sur notre site).