frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Les guerres en cours se poursuivent. Les dépenses militaires augmentent fortement

Le rapport de l'institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), a été publié le 27 avril. Les dépenses militaires dans le monde ont atteint, sur la seule année 2019, la somme de 1.917 milliards de dollars, soit environ 1.782 milliards d'euros. Une progression de 3,6 % sur un an. Nan Tian, chercheur au Sipri note "Les dépenses militaires ont atteint leur plus haut niveau depuis la fin de la Guerre froide" (1989). Le plus gros budget reste celui des Etats-Unis avec une augmentation de 5,3% en 2019, à 732 milliards de dollars (38% des dépenses mondiales).

En second on trouve la Chine, avec 261 milliards de dollars, soit une progression de 5,1% sur un an, troisième l'Inde avec 71,1 milliards de dollars (+6,8% sur un an), quatrième la Russie et cinquième l'Arabie Saoudite. A eux seuls, ces 5 pays représentent plus de 60% des dépenses militaires totales. L'Allemagne arrive 7éme juste derrière la France et enregistre la plus forte progression des dépenses +10% en 2019, à 49,3 milliards de dollars.
Le monde se dirige vers une récession mais les gouvernements renforcent les dépenses militaires.
Pour défendre les intérêts de profit de leurs multinationales, ils condamnent des millions de personnes à la maladie et à la mort, ils continuent de faire des guerres partout dans le monde.
La presse se concentre depuis deux mois sur un seul thème : la pandémie de coronavirus. Or, si elle bouleverse nos vies, la planète ne s’est pas arrêtée, les conflits qui étaient en cours avant la crise sanitaire se poursuivent aujourd’hui :
Comme la guerre en Libye, l’organisation des Nations unies a dénoncé la présence “de nouveaux armements très inquiétants” ... “Parmi ces armes: des lance-roquettes à munitions thermobariques, (elles utilisent entre autre l’oxygène dans l’air comme carburant) ou encore des ‘drones suicides’, qui ont surgi ces derniers mois et qui sont souvent utilisés dans des zones habitées par des civils”.
Les États-Unis ont fortement intensifié leurs frappes aériennes contre la Somalie, alors même que la pandémie de coronavirus menace de ravager sa population, ils continuent de soutenir la guerre menée par les Saoudiens contre le peuple du Yémen. L’escalade des menaces de guerre se poursuit contre le Venezuela…
La politique de guerre de l’impérialisme américain s’est donc intensifiée avec la pandémie mondiale.
Dans un tweet, la semaine dernière, Trump menace : «J’ai donné l’ordre à la marine américaine d’abattre et de détruire toutes les canonnières iraniennes si elles harcèlent nos navires en mer ». Une décision qui pourrait enflammer tout le Moyen-Orient et au-delà.
D’autre part, les navires de guerre américains se dirigent vers la Chine et le Pentagone annonce le déploiement de ses bombardiers B-52 à longue portée et à capacité nucléaire, en rendant leur présence moins prévisible pour Pékin et Moscou.
La production d’armes de morts se poursuit :
Pour l’impérialisme, ce n’est pas parce qu’il y a une pandémie qu’il faut arrêter la production des armes:
   *le site Dassault-Aviation à Argenteuil produit le Rafale, le chasseur à réaction de l’armée de l’air français et les Falcon, 1000 salariés y travaillaient sans masque, ni gants, l’heure n’était pas à l’arrêt de la production pour la direction. Il aura fallu la grève pour faire entendre raison à la direction.
   *Lockheed Martin (USA) a encaissé 2,3 milliards de dollars au cours du premier trimestre et s’attend à dépasser les 7,6 milliards de dollars pour l’année. La société a un carnet de commandes de 144 milliards de dollars, un record absolu.
L'institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) fait valoir que les gouvernements devront reconsidérer les dépenses militaires face à des secteurs comme ceux de la santé et l'éducation, mais occulte l’essentiel : les luttes au sein du système impérialiste pour s’assurer la suprématie technologique, des matières premières, celle de la production et des échanges, celle de la conquête des marchés. L’état des concurrences violentes qui sont à l’œuvre au sein de l’impérialisme explique la montée en puissance des politiques de renforcement des arsenaux militaires et permet d’éclairer les conflits régionaux qui se déroulent sous nos yeux.
La loi du capitalisme est celle du profit maximum en permanence et de l’accumulation du capital. Les puissances impérialistes se mènent une guerre sans merci pour contrôler les ressources matérielles et humaines, les exploiter. Elles ont besoin d’aller encore plus loin dans la liquidation des conquêtes qui entravent à leurs yeux ces objectifs. Chaque pays capitaliste met en œuvre des mesures et des lois anti-sociales qui soulèvent la colère des peuples.
La seule alternative pour les peuples c’est la lutte pour mettre fin au système capitaliste pour construire une société au service des peuples qui donne la priorité à la santé, l’éducation, lutter contre la famine…
Le développement partout de la lutte des classes de plus en fort contre l’exploitation capitaliste, contre la politique des pouvoirs et leurs budgets de dépenses de guerre, de mort, est indispensable. S’engager dans cette lutte est le seul chemin, aucun autre n’est possible,
C’est la seule voie à suivre.

Imprimer cet article