frcaendeitptrues
Gantry 5

 

Rubrique Internationale: Colombie, Union Européenne/Ukraine, Palestine

774-22/06/2022 Colombie: Victoire de Gustavo Petro: Le deuxième tour de l'élection présidentielle en Colombie vient de voir la victoire de Gustavo Petro, un ancien guérillero du mouvement M19(1) et sa vice-présidente Francia Marquez du mouvement du Pacte historique d'une courte majorité de 50,44% des voix

avec une participation de 58%, la plus importante depuis 1997, au détriment de Rodolfo Hernandez un riche homme d'affaire qui a bâti sa campagne autour de la lutte contre la corruption. Dans un pays marqué par la violence des forces dirigeantes et de leur appareil militaire et policier répressif, ce succès est vécu comme une grande victoire populaire et une irruption politique des couches populaires. Rappelons que les luttes entre la paysannerie pauvre et les grands propriétaires terriens a donné lieu à une rébellion armée organisée par les FARC(2) Si un accord de paix a été signé en 2016, la répression et les assassinats n'ont pourtant jamais cessé.

Dans sa toute première déclaration après son élection Gustavo Petro a insisté sur la nécessité de la paix civile, de la réconciliation et du nécessaire développement du pays affirmant: « Nous allons développer le capitalisme. Non que le système nous plaise, mais parce que nous devons sortir du féodalisme et entrer dans la modernité ». Il a affirmé en même temps :» Nous rassemblons le passé des luttes contre l'injustice, des rébellions contre l'inégalité " et il a revendiqué la lutte des secteurs de la jeunesse. Dans une allusion aux manifestations et à la grève générale de plusieurs mois en 2020, il a déploré qu'il y ait "des jeunes prisonniers, menottés, traités de bandits simplement parce qu'ils avaient de l'espoir" et il a lancé un appel au parquet général : "Libérez notre jeunesse ". Les grands journaux d'Amérique latine comme Clarin en Argentine soulignent la portée de cette élection qui semble marquer un tournant politique dans la région et qui fait suite à l'élection de Gabriel Boric au Chili. De son côté le journal du Parti Communiste de Cuba Granma rapporte les félicitations adressées par le Président cubain et premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste de Cuba Miguel Díaz-Canel Bermúdez "J'exprime mes félicitations les plus fraternelles à Gustavo Petro pour son élection à la présidence de la Colombie lors d'une victoire populaire historique". S'il est évidemment trop tôt pour mesurer les avancées ou non rendues possibles par cette élection, elle témoigne de ce qui bouge en Amérique Latine et du rejet par les populations des régimes dictatoriaux.        Imprimer cet article

Union Européenne/Ukraine:

L’exécutif communautaire vient de recommander le 17 juin aux Vingt-Sept d’accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l’entrée dans l’espace européen. Il s'agit d'une décision hautement symbolique qui ne changera rien dans l’immédiat pour ce pays en guerre dont une partie du territoire est maintenant occupée par les troupes de la Fédération de Russie. Cette recommandation sera discutée à Bruxelles par les 27 chefs d'États et de gouvernements européens les 23 et 34 juin. Ursula von Leyen présidente de la commission européenne a justifié cette décision par un grandiloquent : « Les Ukrainiens sont prêts à mourir pour défendre leurs aspirations européennes. Nous voulons qu’ils vivent avec nous le rêve européen ». Le côté émotionnel masque mal une réalité plus prosaïque, la volonté de l'UE d'accorder ce statut de candidat pour conforter son engagement et son soutien à l'Ukraine pour la faire basculer définitivement à terme dans le giron occidental et s'assurer un glacis à la frontière de la Fédération de Russie. Dans le même temps, les dirigeants européens des puissances majeures, France Allemagne et Italie, soulignent qu'il y a loin de la coupe aux lèvres entre le statut de candidat et celui de nouvel entrant ce d'autant que l'Ukraine est loin des standards qui sont exigés pour l'entrée dans l'UE et pas simplement du point de vue de la corruption. Curieusement les standards démocratiques ne sont pas invoqués alors que le pouvoir ukrainien a interdit et cela bien avant le début de l'intervention militaire russe, tous les partis progressistes, communiste en premier, ou simplement attachés à une vision plurielle de l'Ukraine.

Cet élargissement est loin de faire l'unanimité parmi les pays de l'UE, le duo France, Allemagne, sans s'y opposer frontalement le juge largement prématuré mais s'y est rallié, tandis que la Pologne et les États baltes, notamment, veulent que l’intégration européenne de l’Ukraine se fasse plus vite, quand les Pays-Bas, le Portugal ou le Danemark expriment des réserves sur l’octroi immédiat du statut de candidat à Kiev. Ainsi, le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a, une nouvelle fois, fait part de ses « fortes hésitations ». La volonté de vouloir intégrer l'Ukraine à l'UE n'est pas étrangère à des considérations de défense dans la mesure ou l'adhésion de pays de l'Europe centrale c'est accompagnée d'une adhésion à l'OTAN ce qui serait un moyen d'intégrer à terme l'Ukraine dans le dispositif  offensif de l'alliance au Sud(3) tandis que les adhésions de la Suède et de la Finlande  le renforcerai au nord.   Imprimer cet article

Palestine

Un Palestinien a été tué par balle, dimanche 19 juin, par les forces israéliennes, près de la barrière de séparation en Cisjordanie occupée, a annoncé le ministère palestinien de la Santé. La victime, âgée de 53 ans, a été identifiée comme étant Nabil Ghanem, un travailleur originaire de la ville de Naplouse. Selon l'agence officielle Wafa, il faisait partie des dizaines de milliers de travailleurs palestiniens contraints de se rendent chaque jour en Israël pour travailler dans le secteur de la construction et de l’agriculture, où ils constituent une main d’œuvre surexploitable et où ils perçoivent des salaires moyens qui représente entre 50 à 75% de celui d’un travailleur israélien.

Sa mort intervient deux jours après le décès de trois Palestiniens armés, dont un commandant local du Hamas, dans des affrontements avec l'armée israélienne dans le secteur de Jénine, où les forces israéliennes multiplient les opérations depuis une série d'attaques en mars ayant fait au moins 19 morts en Israël. Depuis ces attaques, au moins 45 Palestiniens ont été tués, ainsi qu’une journaliste américano-palestinienne tuée par balle alors qu’elle couvrait une opération de l’armée israélienne à Jénine.

Les conclusions du rapport des Nations Unies sur les causes du conflit en Palestine : « pointent dans leur immense majorité vers Israël,  ce que nous analysons comme un indicateur de la nature asymétrique du conflit et la réalité d’un État qui en occupe un autre ». Selon ce rapport, l’occupation de territoires palestiniens par Israël et la discrimination envers la population palestinienne sont « les causes principales » des tensions récurrentes et de l’instabilité, estime une commission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU) dans un rapport publié mardi 7 juin. Le rapport note aussi que les recommandations comme les résolutions de l'ONU restent lettre morte et nous ajouterons avec la complicité active des États occidentaux dont la France :« C’est ce manque de mise en œuvre doublé d’un sens d’impunité ainsi que les preuves très claires qu’Israël n’a aucune intention de mettre fin à l’occupation et la discrimination permanente contre les Palestiniens qui sont au cœur de ces violations répétées aussi bien dans les territoires palestiniens occupés, y compris à Jérusalem-Est, qu’en Israël ».

Notre parti est solidaire de la lutte du peuple palestinien pour ses droits légitimes et en particulier à celui d'un État et le droit au retour des palestiniens chassés de leur terre par la force. Il faut arrêter le soutien économique, militaire et politique à l'État d'Israël et dans l'immédiat rompre les relations diplomatiques.    Imprimer cet article

(1) Le Movimiento 19 de Abril (Mouvement du 19 avril), abrégé en M-19, est un mouvement de guérilla colombien qui prit part au conflit armé colombien de 1974 à sa démobilisation en 1990, se transformant en parti politique

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Forces_armées_révolutionnaires_de_Colombie

(3) L'Union européenne a elle seule offre toutefois une protection. Dans le traité de Lisbonne figure l'article 42.7 de sécurité collective, qui a été actionné en 2015 au moment des attentats qui ont frappé la France. Mais il faut, pour en bénéficier, être pleinement membre de l'UE.