Cours n°5 : Le Parti Révolutionnaire « COMMUNISTES »

 

I- BREF RAPPEL HISTORIQUE

La victoire de la révolution d’octobre 1917 en Russie plaça le mouvement ouvrier européen et international dans une situation nouvelle. Conduite par LENINE et le Parti Communiste russe Bolchevik, elle marqua la victoire du marxisme sur le réformisme. Elle stimula la formation de Partis Communistes dans le monde entier.
En France les ouvriers et les intellectuels révolutionnaires condamnèrent l’attitude du Parti Socialiste qui s’était vautré dans « l’union sacrée » avec la bourgeoisie capitaliste pendant la guerre 1914 -–1918. Au congrès national de ce Parti (TOURS – décembre 1920) la grande majorité des délégués décida de créer le Parti Communiste Français et d’adhérer à l’Internationale Communiste dont le parti Bolchevik était un membre déterminant.
La disparition de l’URSS a eu des conséquences très graves (voir cours N°2)
Ce qui faisait la force et l’originalité du mouvement ouvrier français, un parti révolutionnaire puissant n’existe plus.
Le syndicalisme révolutionnaire est très gravement menacé (voir cours N°4)

II- CONSTRUIRE AVEC « COMMUNISTES » UN GRAND PARTI REVOLUTIONNAIRE FRANÇAIS

La classe ouvrière, les salariés, le peuple ont absolument besoin d’un grand parti révolutionnaire pour mener leur combat contre le capitalisme. Si les conditions objectives de la révolution sont réalisées, les conditions subjectives sont encore très loin de l’être (cours N°3).
L’existence de ce parti est indispensable pour qu’elles puissent l’être un jour. Nous attacher à construire ce Parti avec « COMMUNISTES » c’est donc notre responsabilité absolue, notre tâche N°I, de loin la plus importante.
C’est une tâche de portée historique, dont il faut prendre toute la mesure. Elle nécessitera pendant très longtemps une lutte acharnée contre l’ennemi de classe. C’est à cela que le Parti doit se préparer jour après jour.
Contrairement à ce qu’affirment tous les réformistes, il n’existe rien qui permettrait de l’atténuer et à plus forte raison de l’éviter.

III- LE MARXISME

« l’histoire de toute société c’est l’histoire de la lutte des classes ». K. MARX
Comment cette lutte se déroule-t-elle dans la société capitaliste, pourquoi la classe ouvrière joue un rôle fondamental dans la production, dans le développement de la société moderne et dans la lutte contre le capitalisme…(voir cours N°1)
Le marxisme c’est l’explication scientifique de la lutte des classes, la découverte scientifique du rôle de la classe ouvrière dans la société capitaliste.
Le marxisme est la seule conception scientifique de la lutte des classes. C’est une science en perpétuel développement parce qu’ancrée dans la société.
« Les conceptions théoriques des communistes ne sont que l’expression générale des conditions réelles d’une lutte des classes existante, d’un mouvement historique qui s’opère sous nos yeux ». (MARX –ENGELS : Le Manifeste 1848)
LENINE a beaucoup contribué au développement du marxisme, en particulier à propos du rôle du parti révolutionnaire et de l’Etat Socialiste.
La défense et la propagation du marxisme en France au moment où il est attaqué de toutes parts est pour nous une tâche primordiale.

IV- CONNAITRE LES BASES FONDAMENTALES DU MARXISME

C’est indispensable à un révolutionnaire pour mener son combat
De la perception spontanée à la conscience de classe : la perception première que l’on a d’un événement (social ou autre) est une perception spontanée (le spontanéisme) non scientifique (exemples).
En rester à une perception spontanée de la lutte des classes conduit inévitablement à la défaite.
Déchiffrer la stratégie capitaliste et ses grandes orientations, voir la tactique qu’il emploie pour combattre le peuple jour après jour nécessite une explication scientifique, marxiste, qu’on appelle aussi « conscience de classe ». La conscience de classe est indispensable au révolutionnaire.
Spontanément, sans l’étude des bases fondamentales du marxisme, il est impossible d’acquérir une véritable conscience de classe.
On acquiert ces bases fondamentales au cours des réunions, discussions, lectures, conférences, stages d’éducation…

V- L’IMPERIEUSE NECESSITE D’UNE AVANT – GARDE REVOLUTIONNAIRE

Rassemblée autour du marxisme, c’est une avant – garde idéologique. La théorie marxiste lui permet d’apprécier scientifiquement la situation politique. Seul un parti fondé sur une théorie d’avant –garde peut jouer ce rôle, ce qui ne signifie pas qu’il soit infaillible.
Pourquoi une avant-garde ? Puisque la conscience révolutionnaire ne s’acquiert pas spontanément, il est normal que le nombre d’adhérents d’un parti révolutionnaire soit limité. Cependant « COMMUNISTES » est très loin de compter dans ses rangs tous ceux qui pourraient et devraient en être membres dès maintenant.

VI- CE SONT LES MASSES (les peuples) QUI FONT L’HISTOIRE

D’où la question permanente : de quel côté vont-elles se situer ? (donner des exemples historiques et actuels : La révolution d’octobre – le nazisme – le front populaire - aujourd’hui…)
Les forces du capital utilisent des moyens énormes pour s’opposer à notre combat, pour le dévoyer (moyens politiques, idéologiques, répressifs militaires) ( cours N°3)
Sans l’existence et l’activité d’une avant –garde révolutionnaire la lutte contre le capitalisme et pour le changement de société est vouée à l’échec.
Inversement, une avant–garde trop faible, coupée des masses n’a pas d’influence sur la lutte anti-capitaliste.
Etablir en permanence une liaison réelle et efficace avec les masses, c’est le devoir de l’avant-garde révolutionnaire.
La liaison avec les masses est une source d’enrichissement mutuel. L’avant-garde apporte son analyse marxiste, ses propositions, ses perspectives. Les masses font connaître leurs besoins, apportent leur expérience de la lutte, leur réflexion. Elles montrent jusqu’où elles sont prêtes à aller.
Etre sur le terrain avec les travailleurs, la population. L’avant-garde révolutionnaire travaille à réduire l’écart entre la conscience de la nécessité des luttes quotidiennes et celle de la nécessité des luttes politiques nécessaires pour mettre en cause le système capitaliste, pour changer de société.
Tisser de nouveaux liens avec les masses, est un processus très long. Le risque N°1 aujourd’hui est la recherche de raccourcis qui nous emmèneraient sur une fausse voie.
Notre utilité est bien perçue partout où nous sommes présents avec notre politique (ex)

VII- SE RASSEMBLER POUR AVANCER

La lutte exige le rassemblement le plus large. L’union est indispensable au développement de notre combat, elle est indispensable pour créer les conditions pour un changement de société.
Pour être efficace elle doit se réaliser sur une base claire qui ne peut être que celle de la lutte contre le capital.
Les réformistes qui multiplient les manœuvres pour tenter de faire disparaître l’avant –garde révolutionnaire, proposent une union sans principe.
Ne pas nous laisser détourner par n’importe qui pour faire n’importe quoi. C’est un problème actuel avec le développement de l’extrême gauche, l’émergence des groupes après l’effondrement du PCF.

VIII- LES PRINCIPES D’ORGANISATION DU PARTI

Ils découlent directement du rôle d’avant – garde qui doit être le sien.
« COMMUNISTES » est un parti national et internationaliste :

  1. Le parti développe la solidarité, noue des contacts, prend des initiatives avec les forces qui luttent contre le capitalisme dans le monde entier. « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ». K. MARX
  2. Solidaire des DOM – TOM qui luttent pour leur émancipation économique, politique, culturelle.
  3. Travailleurs immigrés établis en France : mêmes droits et mêmes devoirs que les Français.

Unité et démocratie :

  • l’unité politique du parti se construit sur la base du marxisme. Elle se développe en permanence sur cette base, dans la pratique politique, l’action. C’est un combat permanent.
  • la politique du parti, sur la base des orientations définies par le congrès est le fruit de l’analyse, de la réflexion, de l’expérience collective, de l’échange d’opinions le plus large à tous les échelons.
  • les décisions sont prises à la majorité. Le respect de celles-ci assure l’efficacité dans l’action.
  • les opinions s’expriment dans le débat démocratique. Nous rejetons les tendances

Parti de la classe ouvrière :

  • Sa place dans la production la met au cœur de l’exploitation capitaliste qu’elle vit directement et plus fortement que les autres couches de la société. Tous les ouvriers ont des rapports identiques face au capital. C’est pourquoi notre travail est d’abord dans la classe ouvrière.
  • Les autres couches de salariés – techniciens – employés – enseignants… connaissent dans le développement de l’exploitation capitaliste de plus en plus des conditions qui se rapprochent de celles de la classe ouvrière. Nous devons développer notre travail vers ces couches.

Qui le Parti organise ?
Toutes celles et tous ceux qui approuvent ses orientations, ses statuts.
D’abord dans les entreprises, sur tous les lieux de travail, dans les établissements d’enseignement… Dans les quartiers populaires.
Il est organisé en cellules, sections, organisations départementales
Le journal «COMMUNISTES » joue un rôle irremplaçable dans la propagande politique et idéologique. Il est un lien politique et a un rôle d’organisateur pour l’activité et le développement du Parti. Sa diffusion est organisée dans les entreprises et les quartiers.
Le parti utilise les nouveaux moyens de communication. Par ex. notre Site internet
Le rôle des directions:

  • Est d’organiser, d’impulser le travail politique et idéologique, de prendre des décisions pour le développement de l’activité dans tous les domaines, d’aider les organisations du parti à les mettre en œuvre.
  • Elles sont élues démocratiquement. Le Comité National dirige le parti entre les congrès sur la base des orientations définies par celui-ci.

Dans le développement du Parti nous devons attacher beaucoup d’importance à accroître les qualités politiques des directions. La capacité du Parti de traduire en actes la politique décidée en commun, d’entraîner les adhérents à l’activité de masse, de favoriser la vie démocratique de nos organisations en dépend.