Faisons tomber les masques.

600 000 emplois ont été supprimés depuis janvier, des dizaines de milliers précarisés. Dans le même temps, des centaines de milliards sont distribués aux entreprises. La facture est présentée au peuple, les entreprises sont exonérées de toute responsabilité.

L’État au service du capital joue son rôle à plein dans la mise en œuvre des décisions des multinationales. S’engager dans la bataille politique est plus qu’urgent pour changer vraiment.
Les sujets qu’ils veulent éviter :

Casse sociale : salaires et pensions bloqués, allocations sociales, indemnités chômage, système de santé, Sécurité Sociale, retraite, les pouvoirs en place, et cela ne date pas d’hier, veulent que toutes les dépenses sociales soient accaparées par les multinationales en privatisant toutes les activités dans ces domaines.

Casse économique : toutes les industries font l’objet depuis des dizaines d’années de restructurations, délocalisations multiples, de fermetures de sites de production… que ce soit dans l’automobile, le ferroviaire, les transports aériens et maritimes… Que ce soit dans la grande distribution, l’agroalimentaire, la construction, la chimie, la pharmacie et toutes les autres industries de production comme le textile et bien d’autres, les multinationales au nom de la compétitivité, de la rentabilité ont supprimé des millions d’emplois pour satisfaire leur soif de profits.
Les profits explosent chaque année au même rythme que le chômage, la pauvreté, la précarité, conséquences directes de cette politique.

Le capitalisme, la société actuelle, c’est ça !
Les intérêts du peuple sont contraires aux intérêts du capital, c’est comme cela depuis la naissance du capitalisme et ça le restera tant qu’il dominera la société.
Aujourd’hui comme hier, les multinationales qui détiennent tous les pouvoirs ont besoin de trouver de nouvelles sources de profits. Tout doit devenir marchandise, rentable, compétitif, et tout y passe… la moindre activité doit être profitable.

L’engagement dans la lutte révolutionnaire est une impérieuse nécessité, c’est la seule issue pour s’en sortir. Cela demande du temps, de la conviction, de la détermination, mais c’est la seule et unique issue.
Arracher par la lutte le pouvoir économique, politique et social aux multinationales, c’est possible mais il faut ensemble s’engager dans cette voie.

Ce « tous ensemble » portons le particulièrement le 17 septembre, journée interprofessionnelle de luttes, de grèves et de manifestations organisée par la CGT. Nous contribuerons partout à ce que cette journée soit puissante et unitaire.
Notre parti existe pour cela, réunir toutes celles et ceux qui veulent s’en sortir en choisissant cette perspective révolutionnaire.
Plus nous serons nombreux, plus forts, et plus vite le changement sera proche.
Une seule issue : la lutte politique pour changer vraiment. Rejoignez-nous, faites-le maintenant.

Imprimer cet article